Atlantis Insurrection

RPG sur Stargate Atlantis

-51%
Le deal à ne pas rater :
OCEANIC – Cave à vin de service – 8 bouteilles
49.99 € 100.99 €
Voir le deal

Lorn Fawkes

√ Arrivée le : 12/12/2018
√ Messages : 61

le Jeu 21 Mai - 23:38

Lorn Fawkes
Les esprits en promenade


ft. John Maxell et Lysander Sullivan


Une ruine ! Enfin de bonnes vieilles ruines ! La nouvelle était excellente ! Mieux que ça ! C’était la meilleure nouvelle depuis des mois ! Il y avait enfin des ruines intéressantes à étudier ! Lorn Fawkes était aux anges ! Finis les longues heures passer sur un monde froid et désagréable où tout n’était que engrenages, mécanismes et énigmes scientifiques, où l’archéologie n’avait pour intérêt que de donner une méthode, un cadre pour extraire les découvertes et tirer des enseignements sommaires et peu intéressant. C’était bien simple de deviner qu’une population avait vécu à un endroit, s’était battu à un autre. Une fois datée, et rassemblait par style, l’on pouvait même déterminer assez précisément la période. Mais pour l’heure le plus gros des fouilles était tourné sur la compréhension du mécanisme même de la Dalle, de cet engin du diable (selon les mots de l’archéologue qui avait eu la charge de la piloter au cours de la mission sans avoir eu le temps de lire le mode d’emploi en détail) qui avait manqué de les tuer. C’était lui même qui l’avait demandé, percevant que ce serait la meilleure façon pour accéder à d’autres mystères. Les histoires de déplacement était plus qu’importante là bas. Quant à l’atelier et dernier refuge du peuple disparu, il était sans véritable intérêt pour Lorn qui ne comprenait goutte à la plupart des choses qui s’y trouvaient. Les machines n’étaient pas de son ressort. Mais ce n’était pas tant le fait que les ruines étaient plus simples -ce qui était des plus incertains- que le fait que les images apportées par le drone lui avait évoqué un étrange mélange entre architecture romaine et moyen âge occidental. C’était pour lui une sorte de retour aux sources, aux fouilles ordinaires et compréhensibles sans devoir aller demander l’avis à un collègue insupportable ou trop heureux d’être devenu important pour quelqu’un d’au moins aussi prétentieux que lui. Il fallait dire qu’entre certains membres du corps scientifiques tout n’était que concours d’égo et reconnaître que l’on était pas un géni incontesté était un véritable problème. La fierté… Une notion bien digne des êtres pensants…
Lorn ayant été consulté, puisqu’il eut le bon sens (ou la chance) de se trouver à son bureau au bon moment, demanda ou exigea -tout dépendait de comment l’on voyait sa politesse légendaire- d’y participer. Il lui fut affublé deux autres scientifiques, un géochimiste et un astrophysicien. Deux inutiles de l’avis de Lorn mais il devait faire avec. S’ils avaient été nommés c’est qu’ils étaient utiles et puis vu que les étoiles étaient toujours belles, Lorn pourrait au moins en occuper un la nuit et l’autre il n’aurait qu’à lui montrer des cailloux pour travailler tranquillement. Ou alors il leur donnerait simplement une pelle et une consigne : creusez. Il y avait également une escorte, deux militaires que Lorn comptait déjà chargé de rester près de la Porte. Hors de question de se faire ennuyer par des bourrins. En cas de problème, ils n’auraient qu’à courir un peu. Le sport n’avait jamais tué personne.
Il se rendit en salle de briefing, vêtu d’une tenue parfaite pour des fouilles sur un monde au climat chaud et humide : pantalon beige, chemise, chapeau et chaussures montantes. Un sac avec de quoi écrire, un appareil photographique, des vivres… Bref tout ce qu’il fallait pour faire un premier tour de repérage sur un site de fouille possible. En effet une ruine n’impliquait pas toujours un grand intérêt à creuser.Il était le premier arrivé et il décida de se passer de la présentation prévue par celui qui aurait dû la faire.

“Je présenterai la mission. Trouver l’intérêt archéologique dans une zone inhabitée c’est pas difficile à expliquer. Et de toute façon je dirigerai sur le terrain donc autant gagner du temps.”

Il eut pour réponse un grommellement inintelligible mais qui ne signifiait qu’une chose : Lorn venait une fois de plus de passer pour un empaffé. Il n’en avait rien à faire heureusement ou malheureusement. Lorsque les membres choisis pour la mission furent présent, il commença.

“Bonjour. Mon nom est Lorn Fawkes. Me demandez pas pourquoi ni par qui, vous avez été désignés pour aller sur PX-621. Un monde à l’air paisible, sans signe d’occupation civilisée récente. Pour vous le représenter, il faut imaginer un style romain mêlé à l’art roman. Le drone et l’équipe envoyé sur place n’ont relevé aucun danger et il est temps désormais d’aller creuser un peu tout ça afin de découvrir qui vivait là, et qui…” il s’arrêta un instant dans sa lecture, remarquant une photographie prise sur un mur représentant un système stellaire ou une partie de l’espace “tiens c’est intéressant ça… Ca explique pourquoi ils m’ont collé un astrotruc dans les pattes… C’est lequel de vous d’ailleurs l’astrotruc ?”. Insupportable pas vrai ?

“Pour en revenir au sujet, il s’agit tout bonnement de fouille. D’abord l’on étudie le terrain, recense le visible puis l’on commence à sonder le sol pour voir s’il y a un intérêt à aller plus loin. Et ensuite on creuse. Nous disposerons d’une escorte pour notre protection tout de même.”

Il s’arrêta, se demanda s’il y avait besoin de dire plus puis considérant qu’il avait fait le tour de la question il conclut “Des questions ?”.



° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

_________________
Double compte : Hailey Spalding

Lorn écrit en #08088A

Revenir en haut Aller en bas

Lysander Sullivan
Image perso : Les esprits en promenade (ft Lysander, John Maxwell) 1562430542-image-profil
√ Arrivée le : 29/04/2020
√ Nationalité : Américano-anglais

√ Messages : 29
√ Localisation : Principalement à Atlantis, dans le labo, au club de tir à l'arc, chez lui...

Liste de vos DC : /

le Lun 25 Mai - 16:43

Lysander Sullivan
Tu n’aimes pas beaucoup les missions sur le terrain. Pourquoi, dira-t-on alors que c’est la meilleur partie de ton métier. C’est le moment où tu peux toucher concrètement ce que tu vas analyser, sortir de ta zone de confort et explorer, voir du paysage, changer d’air et ne pas se zombifier devant un microscope et des béchers.. Ou alors c’est le fait de bosser à plusieurs qui te fait peur. Tu ne saurais répondre à cette question avec certitude, tu sais que ce n’est pas quelque chose avec lequel tu es le plus à l’aise. Tu fais quand même des efforts depuis ton arrivée ici. Mais c’est plus fort que toi. Ton intérêt est souvent autre. Le fait est qu’aujourd’hui, tu as devoir faire équipe avec deux autres personnes sur une planète.

Tu dois prendre ton mal en patience et faire ce qu’on te demande pour éviter les bavures. Tu mets un peu de temps pour te décider si tu devais amener Mimi -ton canard en peluche- mais finalement, la raison te dit qu’il prendra trop de place dans ton sac. Parlons en de ton sac tient. Il y a quoi dedans finalement ? A part un bloc de dessin et un cahier ? Du matériel pour les échantillons et ? Ah bah de l’eau. La bonne idée. Tu soupires et cherche aussi tes prothèses auditives. Ce serait idiot de les oublier n’est-ce pas ? Enfin bref. Tu t’étais changé, prêt à aller sur le terrain, abordant des vêtements adaptés.

Un dernier soupire pour te donner le courage nécessaire, te rappeller quelques mots rassurant que tes parents auraient pu dire et te voilà prêt. Tu es définitivement prêt à rejoindre la salle de debriefing pour en savoir plus sur la mission demandée. Tu respires lentement, essayant mentalement de compter pour te calmer. Petit hochement poli de la tête au bonjour généralisé, tu ne dis pas grand chose par la suite, te contentant de mémoriser sans le vouloir tout ce qui est dit. Tu te masses ensuite, pendant tout le long de l’explication et la présentation de ton interlocuteur, la paume de ta main gauche avec le pouce de ta main droite et inversement. Tu ne croises le regard de ce dernier que rarement, trop imposant pour toi, trop présent. 

Et trop bavard.

Tu bascules la tête sur le côté en regardant la photographie affichée et à la question soudaine de Fawkes tu fronces les sourcils. Astrotruc? Ton cerveau cherche dans ta mémoire tous les mots qui peuvent commencer ainsi, reprenant les dictionnaires que tu as pu lire enfant et adolescent. Astrologue ? Astronome ? Astroblème ? Astronefs ? Astro… Ah! Astrophysicien peut-être, vu que la suite de la question fait de suite sens. Dans tous les cas, tu montres silencieusement ton voisin du doigt. Le calcul est rapide à faire. Fawkes ne s’étant pas présenté comme tel… il ne restait que le scientifique qui t’accompagnait. Ce dernier approuve aussi l’appellation. Étrange.

Un bref regard sur ce dernier et tu sens qu’il a l’air tout aussi ravis et serein à l’idée de partir. Tu déglutis et te concentres de nouveau vers le blond en face de vous, en espérant qu’il explique la raison de votre déplacement. Juste des fouilles au final… Très bien. Au moins tu savais à quoi t’en tenir. Tu frissonnes un peu au mot escorte et protection. Est-ce que cela insinue qu’il y a un risque là-bas ? Il a dit que normalement non… Les mots résonnent dans ta tête, paisible, sans signe de civilisation apparent. Tu serres les dents et te dit pour qu’ils ne soient là que pour le côté administratif de la chose, que c’était le protocole et la procédure habituelle.

Tu soupires un peu et te gratte la nuque pour te contenir, contenir ce soudain stress qui s’empare de toi. Recenser le visible, sonder le sol, fouiller plus bas… Ok. Simple. Basique. Le matériel pour faire des carottes étaient normalement aussi avec vous, donc ça, tu pourras gérer sur place si besoin.. Qu’est-ce qui pourrait arriver de pire ? Plus tu y pensais, plus tu inspirais profondément. Tu essayes un peu de te remettre, évitant la panique et te contentes alors de ne rien dire, attendant de bouger pour te rendre sur place. Tu verras bien...

_________________
Sometimes, I say something in WhiteSmoke ~

Revenir en haut Aller en bas

John Maxwell
√ Arrivée le : 30/04/2020
√ Date de naissance : 16/11/1988
√ Nationalité : Américaine

√ Age : 31
√ Messages : 12
√ Localisation : Atlantis

le Mer 27 Mai - 13:53

John Maxwell
John avait appris la nouvelle dans la soirée, il devait se présenter le lendemain matin en salle de briefing pour sa première mission. Il ne savait pas encore de quoi il s'agissait, il avait simplement cru comprendre que ce serait une mission archéologique.

De multiples questions affluaient dans sa tête. Pourquoi avoir besoin d'un astrophysicien sur une mission archéologique ? Est-ce que ça allait bien se passer ? Comment allait se dérouler la mission ? Est-ce qu'il faudra rendre des comptes à un hiérarchique et si oui est-il conciliant ? Ou au contraire, est-ce un monstre sans cœur dénué d'âme qui allait chercher à le ridiculiser ?

John était à la fois terrifié et excité. Il allait enfin avoir l'occasion d'aller sur le terrain, de découvrir un monde nouveau et certainement passionnant. D'autant que même s’il n'était qu'un amateur, il adorait l'histoire antique ce qui serait sûrement pour lui l'occasion d'apprendre plein de choses. Mais il avait aussi terriblement peur de faire des gaffes.

*Ne pas se faire remarquer… ne pas se faire remarquer…* pensait John en s'endormant. Autant dire que la nuit fut mouvementée dans son esprit.

Le lendemain John prépara ses affaires. Il n'était pas du genre à emmener beaucoup d'objets, juste l'essentiel. Il opta donc pour un grand sac à dos dans lequel il glissa son carnet de notes, vieux de 10 ans (c'est vous dire s'il a l'air frais), de quoi écrire, son PC portable, une lampe de poche, un briquet, un modèle de télescope moderne, compact et léger qu'il avait emprunté au labo du coin, et de l'eau.

Bien évidemment John ne partait jamais en expédition sans le médaillon de sa sœur. Il le gardait toujours sur lui, en permanence, dans la poche avant droite de sa veste. Pour rien au monde il ne s'en séparerait.

Mais un boulet bien préparé reste un boulet. Avec le stress du briefing, et ses talents manuels qui ne se démontrent plus, John avait attaché ses chaussures trop fort, à tel point qu'il ne sentait pas beaucoup ses pieds. Les fourmis dans les jambes, c'est en se rendant en salle de réunion qu'il se rendit compte qu'il avait oublié son chapeau…. Quelle plaie.

*Surtout ne pas se faire remarquer, faire comme si de rien n'était…* pensa-t'il en retenant sa respiration lorsqu'il entra dans la pièce. Il était le dernier arrivé et donc (forcément) s'était fait remarquer. Ça commençait bien, il détestait arriver le dernier…

S'en suivit le briefing de l'équipe qui était constituée de 2 militaires pas franchement drôles, d'un autre scientifique qui avait l'air aussi perdu que lui, et d'un autre homme de science qui s'avérait être le chef. C'était lui l'homme à ne pas froisser aujourd'hui. Manque de pot pour John, il était exactement comme il craignait qu'il serait. Expansif et peu enclin à la coopération apparemment.

John allait enfin pouvoir montrer de quoi il était capable car en plein discours de Lorn, il s'arrêta un instant sur la photographie de ce qui semblait être un système stellaire sur une carte antique. John n'avait jamais rien vu de pareil auparavant mais comprit tout de suite le but de sa présence sur site. Enfin… pour des grands décisionnaires planqués dans des grands bureaux ça paraissait évident d'envoyer un astrophysicien dès qu'on trouve la moindre mention de l'espace sur tout et n'importe quoi. Quand est-ce qu'ils comprendront que sa réelle utilité est dans un laboratoire avec des tonnes de données et un tableau croisé dynamique ?

Bref, sortir un peu lui fera sûrement le plus grand bien, et (qui sait), peut-être y prendra t'il goût ?

C'est alors que Lorn fit mention de "l'astrotruc" pour désigner John. Ce qui le mit en panique dans sa tête. On attendait qu'il se désigne, peut-être même qu'il explique ce qu'il fait ? Qu'il se présente même ?

Tout s'enchaîna si vite qu'il ne put que lever fébrilement la main pour sortir un minable :
"L'astrotruc ? Oui c'est…. Moi… L'astrotruc…"

C'était raté. *Bravo John, t'as encore perdu une belle occasion de la fermer* pensa-t-il avec honte. Mais c'était prévisible, car John n'aime pas le conflit et il a du mal à s'ouvrir aux autres en particulier avec ses nouvelles relations. Espérons qu'il ne fera pas d'autres bourdes.
Lorn lui lança un regard désabusé. Ce n’était même pas une tentative d’humour en acceptant le ridicule. Non. Ce n’était que de la timidité… L’archéologue ne pouvait nier cette évidence. Cela promettait si l’homme était aussi peu confiant en lui même. Il décida toutefois de lui laisser une chance et de ne pas l’enfoncer. Il n’y éprouverait aucun plaisir de toute façon.

Quand Lorn demanda s'il y avait des questions, John en avait des tonnes en-tête. Est-ce qu'on a une idée de ce qu'on cherche ? Pour combien de temps partons-nous ? À qui doit-on s'attendre ? Est-ce qu'il pourrait se servir de son télescope ? Quand est-ce qu'on part ?

Mais il ne se sentait pas légitime à poser la moindre question. Il était encore un tout nouvel arrivant sur cette expédition et peut-être n'avait il pas sa place ici car il n'avait pas eu l'occasion de prouver sa valeur. Et John était plutôt un observateur dans l'âme, à calculer et à analyser dans l'ombre, dans son introversion. Il jeta un rapide coup d'oeil, aux autres membres de l'équipe dont cet autre scientifique qui n'avait pas dit un mot. Et voyant que rien ne lui venait, il décida de garder ses questions pour lui en grommelant un timide :
"Non non."

Puis il resta là, le regard vide, à attendre la suite des évènements. Il était pris entre deux feux, d'un côté l'envie de sociabiliser avec les autres membres, de l'autre l'envie de retourner dans ses explorations mentales. Le type à côté de lui semblait sympathique, le chef beaucoup moins par contre. Mais ses craintes furent plus fortes que l'envie. Et voilà le travail. Il venait encore de se perdre dans ses pensées, seul lieu où il se sentait vraiment en sécurité. Il resta là un temps, à fixer le vide, guettant d'une oreille les prochaines informations données et le départ de l'équipe.

“ Vraiment ? Bien… Je suppose…” Lorn n’était pas certain que cette absence de questionnement soit une bonne chose. Il avait l’impression d’être tombée sur deux bleus, deux bleus indécis même. Il s’était attendu à se voir interroger sur les rôles de chacun, le matériel emporté ou pouvant l’être, le temps de la mission…
“La distance avec la Porte n’est pas très importante. Une heure et demi de marche. Cela facilitera les approvisionnements.” il donnait au moins cette information, afin de ne pas se la voir poser en cours de route.

_________________
" Depuis quatre mille ans il tombait dans l'abîme.
Seul et derrière lui dans les nuits éternelles
Tombaient plus lentement les plumes de ses ailes."

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 1

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum