Atlantis Insurrection

RPG sur Stargate Atlantis


Lorn Fawkes

√ Arrivée le : 12/12/2018
√ Messages : 65

le Mer 23 Sep - 23:53

Lorn Fawkes
In conatus veritas

L’avénement du Commandant avait été suivi par sa chute. Un règne bien court pour cet homme persuadé d’être dans le vrai, de mener un juste combat alors qu’il n’était qu’un monstre encourageant les pires penchants de l’humain. Violence, persécution, délation… Ces jours n’auraient pas été aussi marquants s’ils n’avaient été menés par un terrien, un homme qui avait été choisi pour ses compétences, pour la mission fondamentale que représentait Atlantis. Cela remettait en cause les raisons, les motivations de chaque personne, chaque membre d’un programme secret et ô combien important.

Ce militaire était il digne de confiance ? Pouvait on se fier à ce technicien ? A ce savant ? A ce médecin ? Qui était un réel ami ? Qui était là pour protéger la Terre, non en reniant l’ensemble du programme de la Porte des Etoiles mais en combattant avec le soutien de tous ?

Lorn Fawkes n’était pas un homme d’action. Il préférait grandement l’étude, les questions. Et naturellement, lui qui avait toujours un instant pour réfléchir à différentes choses n’avait pu s’empêcher de se poser ces questions. Et, non sans mal, il s’était obligé à se regarder dans le miroir. Qu’avait il fait durant cette période ? Il n’avait pas cherché à entrer en rébellion contre l’ennemi, le Commandant. Il n’avait pas non plus chercher à l’aider, à lui faciliter la vie. Mais le fait était là : il avait continué son travail, traînant lorsque les sujets avaient des liens avec des armes, des technologies, des ressources que ce dernier pourrait utiliser sans considération, sans prudence, sans moral. L’archéologue avait regardé tout cela de loin, attendant que la tempête se calme, se persuadant à force de se le répéter que ce n’était pas son rôle que de lutter. Il n’était après tout qu’un intellectuel. Et cela avait eu une conséquence pour le moins désagréable : il faisait parti de ceux sur lesquels les regards se tournaient parfois avec mépris. Il était l’un de ces sales collaborateurs. Ces critiques, il les entendait, les comprenait. Elles étaient logiques, humaines. Il ne pouvait leur en vouloir, mais il ne parvenait pas pour autant à se défaire de l’idée que ce n’était là que les propos, les pensées d’imbéciles. Le monde était bien plus compliqué qu’une question de bien et de mal, de lumière et de ténèbre, de pour et de contre. Il ne pouvait tolérer d’être réduit, jugé sur une simple considération arbitraire.

Lui qui était déjà peu réputé pour sa personnalité excécrable ne s’était pas arrangé. Lorn Fawkes s’était refermé encore plus, s’était fait plus sarcastique, plus scinique. Cela avait été sa défense contre tout ce qui lui était désagréable, la seule qu’il pouvait exprimer sans mal, sans réfléchir. Mais cela ne l’empêchait pas d’accumuler la frustration, la rage de voir les conséquences d’une folie. Un de ses rares amis lui avait suggéré de faire un peu de sport, de canaliser ses pensées sur un sac de frappe ou ce qui lui ferait plaisir. Mais ce n’était pas aussi simple, pour lui du moins. Plusieurs fois il s’était approché de la salle de sport, et il avait à chaque fois changé sa destination. Il évitait les gens, les questions, les regards. Quelque part, il avait honte de n’avoir rien fait, d’avoir simplement accepté et simplement pris grand soin à ne pas se rappeler quand il lui était demandé s’il avait vu des rebelles. Puis finalement il avait franchi le pas, à sa manière. Il avait opté pour courir sur la cité, en profitant pour s’aventurer dans des couloirs qu’il fréquentait guère. Cela avait été un premier pas, celui qui lui avait permis de reconnaître quelques bienfaits à l’épuisement physique. Quelques jours plus tard, il avait pénétré le complexe sportif, regarder les instruments de musculations d’un regard vague puis enfiler des gants de frappe et chercher à ruiner un sac, tout en ne parvenant qu’à s’abîmer les mains. Il ne cherchait pas à discuter, il ne semblait pourtant pas inapprochable. Il n’était simplement pas le type à qui l’on aurait envie de sauter au cou en premier.







° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

_________________
Double compte : Hailey Spalding

Lorn écrit en #08088A

Revenir en haut Aller en bas

Shaun Kelly
Lieutenant
Image perso : Rangers lead the way!
√ Arrivée le : 25/08/2020
√ Nationalité : Américain

√ Messages : 12

le Mar 29 Sep - 11:43

Shaun Kelly
Il n'avait pas fait ça toute sa vie. Pour dire vrai, il était plutôt du genre a avoir fait quelque peu l'impasse, ces dernières années, sur son jeu de jambes et ceux de ses bras dans l'usage et la pratique de la boxe. Pour autant, il se souvenait encore de ses jeunes années au temps de son incorporation, à fréquenter les salles dans quelques créneaux de son temps libre - chose qu'il n'avait pas beaucoup à l'époque, il fallait l'avouer. Ca aurait pu paraître comme acharné si tant est que tous ses collègues n'en avaient pas fait autant, mais quand on s'engageait dans l'armée, qui plus est celle américaine, on ne laissait guère de doute sur ses acquis premiers : il fallait être un sacré accro de l'adrénaline, l'endorphine et la dopamine pour tenter l'aventure et y rester. La boxe avait été un de ses choix qui mixait l'aspect pratique à celui de l'efficacité. Y'avait sans doute peu de choses qui faisait travailler d'un même temps tous les muscles possibles tant est des bras que des jambes, qui augmentait par l'expérience la réactivité, et qui n'exigeait pas un espace très large pour être mis en exerce.

Mais les années l'avaient rattrapé, et sans mentir, il avait sans doute perdu de sa superbe d'antan dans l'usage d'une poire de rapidité. Son arrivé avait été plus mouvementé qu'il ne l'avait seulement imaginé, et trouver une détente sportive après les événements qu'avaient éprouvé la cité, en avait attiré plus d'un. Chacun avait ses raisons d'évacuer, par la sueur et les souffles d'effort, toute cette charge accumulée sur leur épaule, cette pression des épreuves. Mais Shaun, lui, ne faisait cela par besoin d'évacuer quoi que ce soit, mais plutôt par habitude, application et convenance. Il s'était amusé à se remémorer les séances d'entraînement avec les gars du 75ième, qui laissaient toujours dans son sillage des salles résonnantes d'élans de fraternité testosteronné. Et quand bien même cette séance-ci serait solitaire, ça avait l'avantage que réalimenter sa mémoire d'un goût d'authenticité.

Cela faisait déjà une bonne demi-heure qu'il avait commencée sa pratique, de quoi seulement se mettre en tour de chauffe par quelques assouplissements et faire partir son cœur en cardio par l'usage de corde à sauter. Un grand classique qui ne perdait pas d'efficacité quand il fallait faire tourner le moteur. C'est seulement au terme de ceci qu'il avait finalement opté pour la poire de vitesse. Ses mains seulement bandées en tension, il enchaînait devant cette boule rembourrée qui rebondissait à mesure de ses frappes, les élans rapides de ses mains qui percutaient le cuir. Gauche, droite, direct, chassé, il cherchait à regagner cette rapidité que la pratique exigeait avec une certaine concentration. La sueur avait gagné déjà son front qui luisait de quelques-unes de ces perles translucides et dégringolait parfois le long de sa tempe ou sur l'arceau de son sourcil épais sans qu'il n'en accorde commune mesure à l'instant même de ses séances, patientant la fin des exercices qu'il s'imposait pour amoindrir l'épaisseur de transpiration à son front d'un revers négligé de son poignet où était fixée une bande éponge.

Une douleur articulaire finit par interrompre sa pratique au terme même d'un ultime coup. Il recula de quelques pas en laissant les muscles de sa mâchoire se crisper à ce tiraillement impromptu, son regard fixé pourtant à cette poire qui peinait à retrouver de son immobilité malgré l'accalmie que son bourreau lui accordait. D'un geste lent, sa senestre s'éleva pour s'apposer sur l'épaule opposée, son bras moulinant quelque peu pour faire passer la douleur légère qu'un mauvais mouvement avait provoquée. Une sentence sans doute bien méritée qui lui rappelait qu'il fallait reprendre ces entraînements avec plus d'assiduité. Il profita de cette pause, pour continuer à faire bouger son articulation et ne pas la laisser refroidir, tout comme son corps d'ailleurs, pour laisser courir son regard sur les personnes présentes.

Certains s'étaient associés, à discuter entre deux poussées, de conversation que Shaun n'en prêtait guère d'attention, d'autres pratiquaient, entre appareils, poids, tapis ou vélos, dans le seul silence de leur esprit alors que leurs poumons exprimaient bien lourdement quelques souffles fournis, certains, encore, cédaient seulement au besoin d'une pause voir même d'un arrêt, circulant dans la salle pour rejoindre les vestiaires ou les douches. Aucun des visages présents n'apparaissait familier au Lieutenant nouvellement incorporé, et pour cause, son arrivée était bien trop récente et n'ayant pas eu la ligne d'une qui avait suivit le protocole habituel - de quoi éveiller peut-être quelques regards intrigués à ceux qui se connaissaient déjà bien trop et qui voyaient une nouvelle tête se profiler.

Et alors qu'il jouait de son bras droit placé à l'horizontale et son bassin s'articulant de droite à gauche dans l'élan, son bras opposé posé en soutien sous son coude, ses iris bleu terni trouvait l'ancrage à cet homme qui s'acharnait sur un sac de frappe sans réelle pratique experte. Sa contemplation dura quelques minutes, à l'observer avec une attention partagée entre l'amusement et le jugement critique, le temps de finir avec cette épaule récalcitrante. Finalement, à terme, il finit par s'emparer de sa serviette grise sombre qui avait patienté à quelques pas de là, déposée avec négligence sur le cordage du ring voisin en compagnie d'une gourde remplie d'eau. Le premier objet rejoint rapidement son front, puis sa nuque, estompant la sudation qui s'était emmagasinée çà et là sur sa peau, avant de finir en pendant autours de son cou. L'autre déversa un peu de son contenu dans le gosier de son propriétaire, à peine une rasade pour ne pas se charger trop à l'optique que sa séance de sport n'était, à son sens, pas terminé.

Ses mouvements - et surtout pas suivants, furent effectué en direction du fameux type qui avait attiré son attention. Il n'était pas bien grand, du moins à ses yeux et à la comparaison de sa grande stature. La trentaine de visu, peut-être plus ? Difficile à dire d'un simple et seul coup d'œil. Lorsqu'il parvint à sa proximité, il prit un instant à faire silence, à continuer de l'observer devant ainsi les bras croisés, immobile dans sa posture et sa carrure qui en imposait. Sans aucun doute que le type pouvait sentir sa présence, ou la voir selon son degré d'attention à l'environnement extérieur et prendre le partie de s'y intéresser ou s'y désinteresser, mais ce ne fut que lorsqu'une pause dans ses assauts ravageurs furent faite, que la voix grave et légèrement rocailleuse de l'ex-ranger finit par s'extraire d'entre ses lèvres fines avant même que l'intéressé n'ai eu le temps de prononcer le moindre mot s'il en avait eu l'intention.

"Tes poings sur la frappe, ils sont pas assez en pronation." Expliqua-t-il de cette voix intelligible et presque professorale alors qu'il schématisait son explication d'un mouvement de poignet après avoir délié ses bras croisés, présentant ses poings bardés d'une bande noire. "La paume de main doit-être face au sol bras tendu au moment de l'impact. Il faut que tu pivotes plus pendant le mouvement, sinon ton poignet va s'incliner au coup et bouger, et ils risquent de ne pas apprécier."

_________________

Shaun Kelly


In Conatus Vertitas ? ft. Shaun Kelly Shaun

Revenir en haut Aller en bas

Lorn Fawkes

√ Arrivée le : 12/12/2018
√ Messages : 65

le Ven 2 Oct - 11:31

Lorn Fawkes
In conatus veritas

Interpellait par une voix professorale inconnue, Lorn s’interrompit dans ce qui n’était qu’un défouloir douloureux, sans maîtrise véritable. Il n’était pas là pour apprendre à frapper, à se défendre. Non, il n’était là que pour passer ses nerfs et entendre quelqu’un lui donner des leçons l’agaça plus qu’autre chose. Il fallait toujours que quelqu’un se mêle de ce qui ne le regardait pas. Toutefois il devait bien admettre que donner des coups n’était pas suffisant, ni agréable. Le conseil n’était pas à jeter, et l’homme qui le prodiguait à envoyer se faire voir sans plus de cérémonie. Il fit donc un pas en arrière, puis se tourna vers le soldat. Il ne l’avait jamais vu, ou il n’avait jamais fait attention à lui. Cela ne semblait pas réellement important mais depuis l’incident du Commandant qui avait secoué Atlantis, savoir qui était nouveau et qui était ancien n’était plus réellement pareille. Une rumeur ne disait elle pas que les derniers arrivés étaient là pour enquêter sur ce qui s’était passé ? Une rumeur qui n’était pas pour rassurer Lorn, car si certains avaient choisi de se révolter, lui avait continué sa petite vie, traînant simplement des pieds. Il avait d’ailleurs eu pendant un bon moment une excellente excuse pour justifier que ses compte rendus et analyses prennent plus de temps que d’ordinaire : il était revenu de Zana avec une main fort abîmé.

« Ce sera toujours moins douloureux qu’un rocher sur les doigts. » répondit il plus séchement qu’il n’aurait voulu avant de baisser son regard sur ses mains. Son médecin, enfin celui que lui imposait le nombre limité sur Atlantis, n’allait guère apprécié qu’il se mette à une activité si violente si peu de temps après. Il ressentait d’ailleurs une certaine douleur dans la main, qui pouvait fort bien être dû à ses mauvais coups ou à une fragilité encore trop grande. Il se dit ds lors qu’il ferait bien de se concentrer sur des activités moins violentes : lecture, promenade et encore lecture. Cette perspective le fit soupirer. Il ne pourrait au final pas se forcer à se changer les idées, à quitter son petit bureau. L’objectif serait mis en suspens, le temps de bien guérir et finirait oublier une fois de plus.

« De toute façon je ferais bien de cesser là. devait il le remercier ou l’envoyer bouler ? Lorn envisagea la perspective et au prix d’un effort se résolut à ne pas se montrer trop injurieux. Ce gars ne voulait qu’aider, après tout. « Merci tout de même. »

Ce type… C’était une montagne. Une montagne inconnue. Enfin pas tant que ça, il avait dû débarquer avec le Dédale pendant l’assaut. Rien qu’à repenser à cette longue journée, Lorn eut un frisson. Il n’était pas un adepte des batailles, sauf, à la rigueur au cinéma ou dans la littérature. Etre au milieu, entre deux feux, à se demander si la porte du bureau suffirait à le protéger puis à se demander si le bureau était une bonne protection pour finir par éponger le sang sur un livre (précieux comme tout livre selon lui) parce qu’un crétin de milicien n’avait pas voulu se rendre et s’était pris une balle dans l’épaule… Non décidément pas une bonne journée.

  « C’est plutôt calme… A croire que les gens ont dû mal à retourner à leurs loisirs... » constatat il. Il y avait eu plus de fréquentation de la salle qu’aujourd’hui. Beaucoup n’étaient pas remis des blessures, certains étaient inquiétés pour leur collaboration.

  « Lorn Fawkes, archéologue et linguiste au fait. » dit il en tendant la main, se rappelant que s’il était un être bourru, il n’était pas non plus totalement dénué de politesse. Dire bonjour, se présenter, c’était tout de même un minimum.   « L’on vous a déjà dit que vous ressemblez à l’archétype du militaire de la salle de sport ? Grand et musculeux ? » ne put il s’empêcher de lâcher, non sans un sourire ironique.






° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

_________________
Double compte : Hailey Spalding

Lorn écrit en #08088A

Revenir en haut Aller en bas

Shaun Kelly
Lieutenant
Image perso : Rangers lead the way!
√ Arrivée le : 25/08/2020
√ Nationalité : Américain

√ Messages : 12

le Mer 14 Oct - 12:53

Shaun Kelly
Ses lèvres se tordirent d'une légère moue de nonchalance, plissées et pincées, tandis que ses mains effectuaient un bref mouvement rotatif, comme un haussement parasite vers le ciel, avant de retrouver une posture simple. Il logea l'une dans l'autre, le pouce de sa senestre massant sa paume opposée d'une petite pression appuyée par dessus la bande noire qui ceinturait toujours cette dernière. Il semblait plutôt détendu, dans sa posture et l'expression neutre de son visage dénué d'intérêt, non pas qu'il se fichait totalement du manque de ténacité de son vis-à-vis, mais bien qu'il n'escomptait pas y accorder une quelconque importance, lui laissant bien le choix de ses objectifs et de ses motivations.

Son menton se réhaussa légèrement, forçant ses yeux d'acier à pointer plus encore vers le bas, tandis qu'il laissait cet homme partir à la recherche d'une continuité à la conversation entamée pour ne pas paraitre impoli, de l'avis du militaire en tout cas. Shaun balaya à son tour la salle peu bondée, sans doute peuplée des seuls habitués et qui se dispensait des occasionnels après les épreuves subi par cette révolte épique, avant d'en revenir au type qui avait bel et bien décidé d'abandonner là ses infructueuses tentatives. Il n'eut pas vraiment le temps d'apporter sa propre opinion à cette constatation qui nouait de toute manière l'échange assez rapidement, décidant de lui tendre sa main et se fendre d'une légère présentation ponctué d'une tentative d'humour.

Un très léger temps flotta entre l'instant où l'archéologue de profession acheva sa phrase et le moment où Shaun décida de réagir. Un temps qui, même s'il fut bref, aurait pu laissé un doute planer sur l'impact que l'ironie eu sur son égo, profitant de l'instant de silence et d'immobilité quasi-acquise, pour laisser la pointe de sa langue repousser sa mâchoire inférieure. Ses deux lèvres, elles, restèrent résolument scellées, donnant à son air une certaine raideur suffisante, qui n'était là qu'une volonté bien affichée d'en paraitre ainsi.

Mais avant, ou peut-être juste après que la gêne commença à poindre le bout de son nez, il fini par rompre cette attente d'un mouvement de bras, déployant ses doigts tendus et rigides pour s'emparer de celle portée à son attention, y exerçant une pression assez ferme. Il n'y avait pour autant aucune intention de faire quelconque démonstration de sa force - là n'était pas le but, mais la vigueur était de mise, surtout après avoir mis ses muscles à rude épreuve quelques instants plutôt, ces derniers restaient échaudés et terriblement prêt à la réaction.

Un léger claquement de langue fit écho au même instant qu'il s'empara de cette poignée de salutation, sa réponse se déployant d'un même temps après avoir soufflé d'une légère aspiration entre ses dents, gardant de côté l'ironie qui avait été perceptible sur la propre lancée de ce fameux Lorn.

« Je suppose que si les militaires avait compté sur un archétype plus oscillant vers le votre, nos victoires n'auraient été que de glorieuses défaites. »

Il laissa volontairement planer cet instant garni de doute, la main enserrant toujours la sienne, avant de se fendre d'un sourire volontaire qui aurait décoincé une appréhension tendue si sa phrase en avait incité autant, reprenant aussitôt après quoi :

« Lieutenant Shaun Kelly. Le militaire de la salle de sport, mais pas que. Alors, si vous avez besoin de vous défouler et vous vider l'esprit sans faire rougir de fureur le corps médical, et le votre par la même occasion, hésitez pas à demander conseil. »

Il retira sa main simultanément, désignant le sac de frappe resté non loin, oscillant toujours des derniers coups donnés, très sensiblement, d'un index droit dressé dans sa direction, son visage s'inclinant d'un même effet pour suivre du regard ce qu'il désignait s'accordant dans ce geste un instant de réflexion avant de reprendre aussitôt.

« Vous êtes ici depuis longtemps ? »

_________________

Shaun Kelly


In Conatus Vertitas ? ft. Shaun Kelly Shaun

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 1

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum