-41%
Le deal à ne pas rater :
-41% sur le Pack enceintes Home Cinéma JAMO PACK
649 € 1099 €
Voir le deal

MJ 35 : le Marteau de Volundr

 :: Galaxie de Pégase :: Planètes explorées
Aller en bas

Emma Hawke
Sous Lieutenant
Pilote F302
Bannière perso (image 901x180px) : MJ 35 : le Marteau de Volundr - Page 2 1562430542-image-profil
√ Arrivée le : 05/10/2020
√ Date de naissance : 26/05/1975
√ Nationalité : Américaine

√ Age : 46
√ Messages : 28
√ Localisation : Quelque part la tête dans les nuages...

Dim 13 Juin - 17:49

Emma Hawke
Notre boss tenta d’engager la discussion avec nos hôtes. Cela était un exercice compliqué auquel je préférais ne pas me risquer. Paraître neutre et inoffensif au possible était pour moi la meilleure solution pour éviter une quelconque bourde qui pourrait nous coûter cher. Karola nous présenta aux autochtones tour à tour. Quand elle prononça mon nom, je fis un simple sourire discret sans bouger. Je ne savais pas si un signe de la main du type “coucou” voulait dire la même chose ici. Comme on le dit souvent : quand tu sais pas… tu fais, ou alors touche pas à ça p'tit con. Là c’était plus : laisse faire les pros. Plus ça allait, plus je me disais que je n’avais pas ma place dans une équipe d’exploration. Toutes ces années passées à voler faisaient de moi une professionnelle dans ce domaine et une parfaite ignorante voire incompétente sur le terrain. Devenir un boulet malgré-moi était ma hantise.
Mes équipiers me paraissaient tellement à l’aise, à savoir ce qu’ils devaient faire et comment. Je restais silencieuse mais je les observais beaucoup pour apprendre d’eux. Shaun était en quelque sorte notre protecteur, toujours sur le qui-vive. Riyel, était notre scientifique, l’homme qu’il fallait écouter pour comprendre le fonctionnement de certains bidules.
Bref, les choses évoluaient doucement et je suivais le mouvement un peu comme dans un film. La tentative d’échange que Karola avait fait avec les deux gardes avait un certain effet. Quand elle eut prononcé le nom de la cité d’Atlantis, il y eut une réaction parmi nos interlocuteurs. Les gens s’étaient mis à parler mais de quoi, je n’en savais rien. Quand les deux gardes discutèrent ensemble et jouèrent de la trompette pour attraper le poignet de Riyel je crus que les carottes étaient cuites. Par chance, je me fiais à mes compagnons pour calquer mes réactions sur eux et je n’avais pas bougé. Il s’agissait juste d’une invitation à les suivre. Il fallait qu’on les suive et du coup, on s’enfonçait un peu plus dans la cité. Tout au long de notre marche je pouvais observer comment elle était construite: beaucoup de réutilisation, peu ou pas de technologie. J’avais l’impression de voir des naufragés de longue date qui s’étaient habitués à leur nouvel environnement.
En cours de route Karola nous donna ces recommandations. Nous devions rester prudents et user de nos armes qu’en dernier recours. « Reçu Major » dis-je simplement pour lui signifier que j’avais compris la demande. Je n’avais rien de plus à ajouter.
Quand elle nous demande si elle était si mauvaise diplomate que ça, je souris. «Non je ne pense pas. Nous sommes toujours en vie, personne ne nous tire dessus. Enfin, vu mon expérience du terrain, mon avis n’a pas vraiment de poids. J’ai juste l’impression qu’ils sont aussi curieux et inquiets que nous tout en ayant l’avantage du nombre. »
A la fin de notre chemin, on pu voir une gigantesque porte en fer noir avec du verre rouge. C’était magnifique et cela devait sans doute cacher quelque chose de précieux. En entrant j’aperçu une vieille femme qui lisait un parchemin. Elle était peut-être une érudite, ou un sage ou la chef de cette tribu? Nous le saurions bientôt.
Je la regardais avec curiosité mais surtout respect. Elle s’était levée et je m’inclinais à son intention en signe de respect. Elle fit un gest à une jeune femme habillée en rouge qui s’en alla et revint avec des rafraichissements. Puis la vieille femme s’adressa à nous dans une langue que nous comprenions. C’était à la fois étrange et une chance. Nous allions pouvoir avancer. Quand la servante me proposa le rafraîchissement, j’acceptais le verre et lui sourit. « Merci » .
Après avoir jeté un coup d'œil à Karola qui s’étais assise, je fis de même prenant soin de respecter la hiérarchie. Le boss en premier. C’était le moment de montrer que nous étions polis et civilisés non? Karola essayais de discuter avec la vielle femme mais semblait avoir quelques problèmes de comprhéension. Apparemment il lui restait quelques bribes de notre langage et essayait de combler les manques avec ce qu’elle pouvait. Nous allions devoir reconstituer le puzzle. Elle voulait savoir quel feu ardent demeurait dans le manteau céleste de notre berceau… Karola l’informa qu’elle ne comprenait pas et la vieille femme reformulait avec une autre version de sa question.
Elle reparla du feu qui éclaire les ténèbres et réchauffe notre terre natale… Cela pouvait-il être de l'énergie ou autre chose… Je décidais de tenter ma chance. « Excusez-moi madame, vous parlez de l’énergie, ou vous désirez savoir qui dirige cette galaxie? »

L’érudite soupira. C’était un son bien plus las qu’elle n’était agacée. L’incompréhension, elle le savait, était dû à l’imprécision de son vocabulaire, son ignorance des mots. Elle n’était toutefois pas en manque de ressources, ni d’images pour faire passer l’idée.

« Nous sommes sur le berceau d’un peuple retourné à la cendre. Un feu ardent lui apporte chaleur, énergie. Nous le nommons Tahm tahgahm, le feu du Savoir même si d’autres civilisations lui donnent d’autres noms.. »

Revenir en haut Aller en bas

Shaun Kelly
Lieutenant
Bannière perso (image 901x180px) : Rangers lead the way!
√ Arrivée le : 25/08/2020
√ Date de naissance : 25/12/1981
√ Nationalité : Américain

√ Age : 39
√ Messages : 112
√ Localisation : Cité d'Atlantis

Liste de vos DC : Aidan Foster

Ven 9 Juil - 16:17

Shaun Kelly

MJ 35 : Le Marteau de Volundr



Il y eut un tic nerveux, des muscles de la main du Lieutenant qui se contractèrent sensiblement, trop sans doute pour être aperçu si on n’y prêtait guère d’attention, lorsque l’un des gardes décida sans préavis de s'emparer du poignet du civil Atlante pour l’entrainer à sa suite. Son fusil rangé à son épaule ne le privait pas pour autant de l’accès à son arme de poing glissée dans un holster très facile d’accès. Dans cette configuration environnementale et au regard de la proximité de la population locale, son arme d’assaut était de toute manière estimée inefficace, là où celle plus petite déployait tout son potentiel. Mais il ne fit pas l’affront de sur-réagir à cet acte, s’étant seulement tenu prêt à ceci sans le mettre en œuvre. Ça n'avait manqué que d’une preuve d’hostilité.

Il se contenta d’hocher la tête, signe discret mais bien visuel à la consigne passée par le Major alors qu’ils s’apprêtaient à suivre le garde. Il n’était pas du genre à faire preuve d’excès de zèle en ce qui concernait les armes. Pas du genre Texan dans l’âme à se livrer à des jeux de rodéo ou de cow-boy à la moindre suspicion, mais il n’en restait pas pour autant démunie de réactivité si cela s’avérait nécessaire. Une nécessité guidée par ses instincts et son expérience du terrain.

Tout comme leur marche première, le Lieutenant se plaça en arrière. Se savoir arrière garde lui permettait de ne pas avoir à s’occuper du chemin, se laissant guider par les pas de son prédécesseur, et laissant son attention fine et rivée sur l’environnement, scruter ce dernier avec détail. Son regard aux nuances gris d’acier passait d’un homme à l’autre, d’une femme à l’autre, tout le long du chemin qui en avait croisé nombreux d’entre eux, mais aussi à l’horizon un peu plus éloigné, de cette architecture assez singulière.

S’il s’intéressait à ces jeux de passerelles et de rouages qui accueillaient leur traversée, ce n’était que par la curiosité néophyte de voir un tel usage à des systèmes plutôt archaïques. Un intérêt bien temporaire donc, de quelques oeillades dans les directions environnantes, avant d’en retourner à sa veille silencieuse, tant des flancs que leurs arrières jusqu’à ce que le groupe soit finalement guidé au devant d’une curieuse bâtisse circulaire, abritant ce qui pouvait sans doute s’apparenter à une bibliothèque, ou une salle des archives. A nouveau, il fut le dernier à pénétrer à l'intérieur, avisant l’extérieur d’un dernier coup d'œil avant de s’engager pleinement à la suite du cortège, se plaçant de manière à être sur le flanc immédiat du Major, bien que légèrement en retrait.

Il eut tôt fait d’aviser la doyenne qui se tenait au centre de la pièce qu’il salua avec déférence, principale protagoniste et quasi unique si ce n’était la présence de cette autre femme, bien plus jeune, qu’il avait repéré de son attention affûtée avant même qu’elle ne soit sollicité. Est-ce une sorte de sororité ? Une apprentie ou une esclave ? Il aurait été difficile d’en définir si aisément la nature, mais il continua de l’observer, tant elle que la vieille dame, et toutes autres personnes étrangères à leur groupe qui se seraient retrouvées en leur compagnie. Lorsque la boisson rafraîchissante fut proposée, Shaun déclina poliment cette dernière, d’un geste de la main équivoque qui escortait ses mots si ces derniers ne furent pas compris, offert d’une voix à la rocaille naturellement grave.

« Non, merci à vous. »

Il resta, pour sa part, debout, l’une de ses mains venant assez simplement accrocher une des sangles de son gilet tactique tandis que l’autre, la droite plus exactement, tombait avec simplicité le long de son corps. Il resta silencieux, à écouter les différents échanges, avant de laisser glisser d’une voix assez portée pour être entendue de tous, bien qu’il s’adressait principalement à sa supérieure, ne sachant pas si dans leur moeurs, il était autorisé qu’un subalterne s’adresse à une figure d’autorité.

« Je crois qu’elle parle de notre soleil. Elle veut savoir d’où nous venons, notre système planétaire, … à moins que je ne me trompe. »

Le regard de la gardienne se porta sur Shaun. Il était le premier à ne pas lui poser une question, qui semblait comprendre ce qu’elle cherchait à découvrir. Elle l’observa donc, plus intensément, s’arrêtant sur les galons et l’équipement, observant ceux des autres. Le lieutenant pouvait se sentir jauger, estimer. Et c’était bien le cas. La femme qui parlait devait être leur chef, vu qu’elle semblait diriger ce petit groupe mais rien n’était certain aussi décida t elle de passer outre ces considérations, afin de résoudre cette incompréhension qui s’était installée entre eux de par la barrière de la langue.

« Que nommez vous soleil ? » demanda t elle, le fixant, donnant presque l’impression d’avoir totalement oblitéré les autres.

° CODAGE PAR DITA | EPICODE °



Shaun Kelly
#006633

MJ 35 : le Marteau de Volundr - Page 2 Shaun
DC : Aidan Foster

Revenir en haut Aller en bas

Riyel Von Gikkingen
Exobiologiste
Bannière perso (image 901x180px) : MJ 35 : le Marteau de Volundr - Page 2 Lu73
√ Arrivée le : 29/03/2020
√ Date de naissance : 18/06/1995
√ Nationalité : Russe

√ Gène : ATA
√ Age : 26
√ Messages : 43

Lun 26 Juil - 20:58

Riyel Von Gikkingen

MJ 35 : Le Marteau de Volundr


Riyel


Les présentations faites, Riyel observe les autochtones qui se mettent d’un coup à parler d’une voix forte, les uns et les autres s'injectant dans leur langue dont il ne comprenait un traître mot. La cité d’atlantis semblait avoir eu l’effet d’une bombe mais comme personne ne s’approcha d’eux dans l’intention de nuire, il ne s’en formalisa pas. Pendant ce temps l’homme qui les avait accueillis après avoir pris réception de leur salutation, sortit un petit instrument de sa poche, pour produire une mélodie de douze notes assez douce. Il n’avait pas la moindre idée de ce que c’était, mais quelques minutes après il entendit trois autres notes plus graves. Ceci devait être un autre système de codes similaire aux piliers à l’entrée du village. A défaut de technologies les autochtones avaient su pallier leur manque, et créer quelques systèmes reposant sur des bases élémentaires, tels que la musique et la géométrie pour le peu qu’ils avaient vu. Et sans qu’il ne comprenne comment, trop pris dans l’observation du peuple face à eux, il sentis son poignet être tiré en avant, il fit donc un pas avant de s’arrêter et d’observer l’homme face à lui, qui avait l’air de vouloir l’emmener quelque part, il n’était pas effrayé outre mesure mais il resta tout de même sur ses gardes et hocha la tête pour le suivre calmement.

Il acquiesce vaguement à la directive du Major. En sa capacité de scientifique du groupe, il était le moins armé du groupe et le moins apte à défendre la vie de ses pairs, tout juste savait-il se servir de son armes et pointer le premier homme qui l'accosterait. Quant au capacité diplômante du Major, il trouvait qu’elle ne s’en sortait pas si mal, comme lui répondit leur camarade.

Bien malgré lui, il navigua entre les infrastructures le poignet tiré en avant. La marche fut tout de même assez lente, lui permettant de regarder partout où il le pouvait, enregistrant la moindre chose. Il ressentait très nettement le niveau archaïque de cette civilisation, la façon dont le bois avait été allié avec le métal faisait parler d’elle-même, mais cela faisait son charme. La progression fut achevée quand ils arrivèrent devant une double-porte en fers au verre rouge, l’ensemble était très harmonieux.

Une fois rentré dans la bâtisse, il découvrit avec surprise qu’elle recelait une bibliothèque, tout l’espace rempli autour d’eux d’étagère, croulant sous des livres à l’allure très ancienne. Il était comme un enfant devant le plus beau des jouets, ses doigts le démangeait d’attraper un livre au hasard pour y découvrir tout leur secret, qui pouvait savoir ce qu'il se cachait par ici.

Mais l’intervention de la doyenne coupa court à toutes ces pensées, il n’avait pas prêté attention à la jeune femme qui venait de leur servir des rafraichissement. Par politesse et par curiosité il accepta volontiers le verre qu’elle lui tendait et la remercia d’un léger signe de tête. Il reporta ensuite son attention vers la doyenne, qui se présenta et leur posa une question. Suivant la discussion avec ses camarades, il n’osa pas intervenir tout de suite, préférant réfléchir à sa question intérieurement. Il avait du mal à en saisir le sens, ce n’est qu’après l’intervention du lieutenant qu’il fit la déduction. Rester toutefois à savoir, ce qu’elle voulait de telles informations.

« Pardonnez mon intervention madame. Ce que nous nommons soleil, et sans doute ce que vous nommez Tahm Tahgahm. Celui qui nous apporte chaleur et lumière. »


Un léger souffle s’extirpa des narines du Lieutenant alors qu’il venait de se faire couper la parole par le scientifique. En témoin de sa désapprobation silencieuse, son regard qui dévia sensiblement vers l’homme, d’un regard périphérique où seuls ses iris bougeaient avant d’en revenir aussitôt à la Doyenne. Il leva sa main gauche, dressant l’index, ce dernier pointant vers le haut d’un geste assez rigide, comme l’était son attitude de toute manière, alors que sa voix apportait une touche d’un calme olympien.

« Le soleil, c’est ainsi que nous nommons l’astre qui luit dans le ciel. »

Il resserra son poing, repliant l’index en le ramenant vers ce qu’il estimait l’emplacement de l’astre qui rayonnait sur cette planète, à peu de chose près à défaut de pouvoir le voir, formant ainsi une sphère compacte. Parfois, une image valait mieux que de long discours.

« Il brille le jour et disparaît la nuit. »

« Ainsi le Feu de votre berceau a pour nom Soleil…» elle pesa longuement le mot, le formulant entre ses lèvres desséchées, espérant qu’il lui évoque quelque chose. Mais rien ne lui vint. Alors elle eut une pensée différente, pour tenter encore et toujours de découvrir qui étaient ces étrangers, d’où ils venaient, ce qu’ils pouvaient leur offrir. « Avez vous franchi l’Anneau ? Ou êtes vous des voyageurs à bord de vaisseaux de métal ? Quels adversaires votre peuple a t il affronté ? Les voleurs de vie ? Ils étaient légions en ce recoin du Manteau Céleste avant que nos ancêtres ne trouvent refuge en cet endroit. Les Poseurs d’Anneau peut être ? »


° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

Revenir en haut Aller en bas

Emma Hawke
Sous Lieutenant
Pilote F302
Bannière perso (image 901x180px) : MJ 35 : le Marteau de Volundr - Page 2 1562430542-image-profil
√ Arrivée le : 05/10/2020
√ Date de naissance : 26/05/1975
√ Nationalité : Américaine

√ Age : 46
√ Messages : 28
√ Localisation : Quelque part la tête dans les nuages...

Lun 26 Juil - 23:10

Emma Hawke
J’aurais tenté de répondre à l’énigme et vu la réaction de notre interlocutrice ce n’était pas ça. Les devinettes n’avaient jamais été mon fort, comme les charades ou autres jeux du genre. J’étais loin d’être une érudite, d’ailleurs l’orientation de mes études et le métier que je faisais en était la preuve. J'étais un peu déçue de n’avoir pas pu aider mais j’avais participé en toute bonne foie et c’est ce qui comptait pour moi. La vieille femme reformula ses paroles et pour moi c’était toujours le même flou total.
Shaun proposa sa solution à son tour et vu la réaction de la vieille femme, il semblerait qu’il ai fait mouche. J’était contente que l’un d’entre nous arrive à faire avancer les choses. Dire qu’en fait elle nous demandait d’où on venait… C’était si simple en y repensant… Quand on rencontre des inconnus et des voyageurs pour la première fois, le début de la discussion commence généralement par d’où on vient pour situer les gens. Je me trouvais un peu stupide pour le coup. Mais bon… Le travail d’équipe avant tout.
Riyel quand à lui avait aussi fait avancer les choses ce qui avait permit à la vieille de continuer la discussion et nous demander si nous avions traversés l’anneau. Là j’avais bien compris de quoi elle parlait : la porte des étoiles. Et elle enchaînait sur les ennemis que nous avions affrontés. Ses voleurs de vie, elle parlait des Wraiths. Je ne savais pas si je pouvais répondre à ça. Alors je regardais la Major, pensant qu’elle seule pouvait décider de la divulgation de ces informations ou non. J’étais une novice sur le terrain. La seule diplomatie que je connaissais se faisait avec un viseur. Rester en retrait n’était pas un problème pour moi.


Revenir en haut Aller en bas

Karola Frei
Major
Second responsable militaire
Bannière perso (image 901x180px) : MJ 35 : le Marteau de Volundr - Page 2 1562430542-image-profil
√ Arrivée le : 14/05/2015
√ Date de naissance : 09/04/1983
√ Nationalité : Allemande

√ Age : 38
√ Messages : 2294
√ Localisation : Site Alpha

Mar 27 Juil - 10:59

Karola Frei
Ses camarades avaient eu plus de nez qu'elle concernant la petite devinette posée par le terme de « feu ardent ». Son regard se posa successivement sur Shaun puis Riyel qui lui avait coupé de l’herbe sous le pied, ce qui ne fut pas au goût du premier, remarqua-t-elle. C’était en tout cas une curieuse manière d’entrer en contact avec des étrangers, se dit Karola. Demander à des inconnus quel était l’astre qui les réchauffait n’aurait pas été une des premières questions qu’elle aurait posées. Cela revêtait certainement une importance pour ce peuple. Mais elle n’eut pas l’occasion d’avoir une réponse à ce sujet. En effet, la vieille femme leur faisait passer un véritable interrogatoire, rien de plus normal mais Karola n’était pas forcément fan de l’exercice. Elle s’y plia cependant de bonne volonté.
Elle décida de passer sous silence bien des détails, encore méfiante face à ces inconnus, elle se contenta de la présentation habituelle. Toutefois, l’utilisation du terme « voleurs de vie » donnait un indice sur les considérations qu’ils avaient pour les Wraiths. Le major ne voyait donc pas de problème à annoncer qu’ils étaient leurs ennemis tout comme elle ferait certainement des déçus de leur apprendre qu’ils n’étaient pas des Anciens.

« Nous sommes des voyageurs ainsi que des commerçants qui maîtrisons en effet les voyages à travers les anneaux mais nous n’en sommes pas les concepteurs. Quant aux voleurs de vie que vous mentionnez, nous les avons souvent affrontés. Vous dites que votre peuple a trouvé refuge ici, à Tehlshee, cela veut-il dire que depuis vous n’avez plus eu à faire à eux ? »
Une réponse qui ne sembla guère convenir à l’érudite. Pensive, elle baissa les yeux sur l’ouvrage qu’elle consultait à leur arrivée, fit claquer sa langue sèchement puis se pencha en avant, comme pour mieux les observer.
« L’anneau se serait ouvert pour vous ? » murmura t elle, s’arrêtant pour réfléchir à l’éventualité mais sans paraître convaincu. Non, décidément cela lui semblait bien absurde. Dans sa façon d’observer désormais Karola l’on pouvait lire de la méfiance. « Pourtant vous ne venez pas du Marteau… Ou leurs pièges sont devenus terriblement grossiers...».

« Lorsque le Marteau s’effondra, notre peuple se cacha sous terre. Seuls quelques-uns choisirent d’y rester... Les émanations et les combats empêchaient toute vie à la surface. Les voleurs de vie ont dû croire qu’il ne restait rien… »
Karola ignora son interrogation qui semblait plus être une simple remarque pour elle-même qu’une véritable question à laquelle elle attendait une réponse. Elle enchaîna sur des spéculations qui mentionnaient le “Marteau”. Cette fois-ci, Karola n’eut pas grand mal à comprendre ce dont elle parlait puisque ce fameux marteau était l’une des raisons de leur présence. Elle faisait référence à l’épave du vaisseau dont ils avaient reçu un signal de détresse. Elle leur confirmait donc les explications que Caldwell leur avait exposé lors du briefing de mission, c'est-à-dire, que le crash du vaisseau appelé “Marteau de Volundr” avait bien été causé par les Wraiths. Et ce peuple que l’équipe venait de rencontrer étaient ce qui restait de l’équipage. Ce qui signifiait également qu’il disposait de capacités technologiques suffisamment élevées pour maîtriser les voyages spatiaux même si cela restait à confirmer. Ces premières bribes d’informations détendirent quelque peu Karola qui chercha à en savoir plus après avoir jeté un regard à son équipe pour voir s’ils avaient tiré les mêmes conclusions qu’elle.
« Nous avons détecté un signal de détresse provenant du Marteau, c’est la raison de notre présence ici. A quand remonte son effondrement ? » demanda t-elle en reprenant le même langage que la vieille femme.
« C’était bien avant la naissance des trisaïeuls de nos trisaïeuls… Nous avons fondé le village de la surface il y a de cela six générations… Et nous avons vécu si longtemps dans la pénombre que Tahm Tagham brûlerait nos yeux sans protection et que nombreux furent ceux à être surpris de découvrir que le Marteau n’était pas qu’une légende portée par les Gardiennes successives. Selon notre temps, entre quatre et huit milliers de cycles se sont écoulés. »
« Je vois…” se contenta de répondre Karola en se tournant perplexe vers ses camarades. Elle laisserait au scientifique ou à ceux qui le voudraient le soin de faire les calculs.
Le Lieutenant Kelly passa son regard rapidement sur sa supérieure. Contrairement à elle, les propos de la femme n’avait fait qu’accentuer le froncement de ses sourcils d’une certaine perplexité et surtout sous la complexité de ce qu’il y avait à comprendre. Il suffisait parfois d’un seul mot pour passer du statut d’ami à ennemi, et c’était toujours une manœuvre délicate.
« Selon les Légendes qui furent portées par vos Gardiennes, le Marteau s’est effondré sur votre peuple, dont une bonne partie a dû trouver refuge dans les souterrains et l’équipage du Marteau a livré bataille contre ceux qui étaient restés à la surface. Est-ce cela ? Est-ce qu’il existe des descendants de ceux venants du Marteau ? »
L’érudite émit un petit rire sec à la question de Shaun, non qu’elle se moquait de lui mais la légère incompréhension qui était née n’avait pas manqué de l’amuser. Elle retrouva son sérieux et lui répondit sur ce même ton qui aurait aisément pu être celui d’une belle histoire, racontée par la vieille femme qu’elle était.
« Le Marteau s’effondra, et ceux qui en sortirent se cachèrent sous terre, pour échapper au combat entre les factions rivales, contre les Voleurs de vie mais surtout à l’air souillé. En un sens, nous sommes tous descendants du même peuple. »
Il hocha la tête d’un mouvement unique en un air entendu. Voilà qui rendait les choses plus claires désormais et peut-être apportait une possibilité : si le Marteau était là depuis si longtemps, alors ces gens pouvaient être des descendants des Anciens, mais il restait sur ces mots que l’érudite avait prononcé, concernant un possible piège. Dans sa mémoire, ce village n’était pas le seul à avoir été relevé par la cartographie aérienne.
« Votre peuple vit-il désormais en paix, ou des tensions résident au sein des différentes factions qui vivent autour du Marteau ? »
« Notre village est en paix. Ceux du Marteau vivent unis. Tout pourrait être paisible, s’ils ne cherchaient à s’emparer de ce qui est notre. Ils pourraient vivre en paix, loin des folies, abandonner les vestiges de ceux que nous fûmes, renoncer à redonner vie à ce qui devrait rester poussière… Mais non… ». Le regret était perceptible dans sa voix, pesant comme une chape sur ces paroles.


MJ 35 : le Marteau de Volundr - Page 2 Signka10

Rédaction en #LightPink

Revenir en haut Aller en bas

Riyel Von Gikkingen
Exobiologiste
Bannière perso (image 901x180px) : MJ 35 : le Marteau de Volundr - Page 2 Lu73
√ Arrivée le : 29/03/2020
√ Date de naissance : 18/06/1995
√ Nationalité : Russe

√ Gène : ATA
√ Age : 26
√ Messages : 43

Lun 2 Aoû - 12:25

Riyel Von Gikkingen

MJ 35 : Le Marteau de Volundr



Riyel


Riyel avait bien remarqué que son intervention avait déplu au lieutenant Kelly, il s' excusa d’une mimique contrite et se désintéressa de lui aussitôt pour prêter attention aux paroles échangées entre le major et la gardienne. Il tenta notamment de faire le calcul du nombre d'années que cela représentait mais il lui manquait quelques données pour faire comparaison, par exemple quelle était leur point de repère dans le temps ou l’espace. Mais pendant qu’il réfléchissait la conversation se poursuivit et il loupa le coche. Néanmoins il la questionna sur ses dernières informations.

« Pardonnez-moi Gardienne, j’essaie de comprendre. Vous dîtes que votre village est en paix et ceux du marteau unis. Vous voudriez dire que ceux des autres villages cherche à vous nuire, c’est cela ? Que recherche-t-il exactement, à fuir ces terres ? »

Si c’était vrai, cela expliquerait peut-être la porte trafiquer, l’homme repéré par le lieutenant Shaun, ainsi que l’accueil plutôt étrange quoique compréhensible des villageois.

« Il n’y a pas d’autres villages. Ici nous connaissons la paix, et vivons du fruit de notre labeur. Le Marteau… Ils ne connaissent pas la paix, mais ils forment une unité. C’est le Marteau qui est nocif et avide. » lui expliqua-t-elle, presque comme si elle s’adressait à un enfant qui n’aurait pas bien écouté ce qu’elle avait dit. Il y avait une certaine douceur dans sa façon de faire, mais aussi un petit côté infantilisant qui pouvait s’avérer désagréable, surtout qu’elle ne regardait alors personne d’autre que Riyel.

« Ils rêvent de combat et de vengeance, de reprendre la route d’autrefois. Mais aucune machine ne bouge sans source de puissance. Laquelle toutefois je ne puis dire… »

Alors qu'il attendait patiemment qu'elle lui réponde, il remarqua son attention toute tournée vers lui et son air étrange. Comme l’étrange impression d’être pris pour un lapin de trois semaines et c’était quelque peu dérangeant. On ne l’avait jamais traité de cette façon, dédaigné, rabaissé mais traité avec une bienveillance digne d’une grand-mère, jamais. Et même s’il n’appréciait pas tellement ça, il allait faire avec si cela permettait de continuer le dialogue.

« Connaissez-vous leur nombre, les moyens dont ils disposent ? »

Il essayait justement de se souvenir des informations dispensées par le colonel Caldwell en début de mission. Les membres du Marteau pouvaient s’avérer plus nombreux que repéré par le dédale, leur technologie inconnu de leur archive était peut-être plus puissante qu'évaluer au regard des événements suite au crash. Tellement d'inconnus à leur yeux, de son point de vue c'était à s’arracher des cheveux, il s’était attendu à tout sauf ça en débarquant sur la station, lui le petit laborantin fou.

Quand elle aborda la question de source de puissance, il sut qu’il touchait là un détail important. Il la regarda d’un nouvel angle. Peut-être qu’elle était limitée en termes de connaissances sur ce point finalement, lui savait très bien de quelle énergie ils avaient besoin mais ce n’était pas son rôle de dispenser une telle information. Son regard navigua alors vers le Major Frai l’air de lui demander que faire à ce stade. Le lui permettrait-elle, vu qu’il était le seul scientifique rattaché à la mission, il espérait parce qu’il avait le sentiment que la gardienne détenait l'information qu’il lui manquait sans savoir quoi chercher exactement. Peut-être que cela était renseigné dans le livre qu’elle avait laissé grand ouvert depuis leurs arrivés.

Riyel eut le droit a un nouveau regard qui, cette fois ci, ne respirait plus cette même bienveillance infantilisante mais un sérieux profond.

« Ils sont peu nombreux. Mais extrêmement dangereux. Certains affirment qu’ils sont immortels. Mais je crois plutôt que leurs guérisseurs usent de savoirs que nous avons perdus. »

Il sentit un changement dans le ton de la gardienne, visiblement le sujet ne prêtait pas à plaisanterie et il y avait de quoi. Des êtres qui se prétendent immortels. La seule race dont il avait connaissance d'une telle capacité à l'heure actuelle était les wraiths. Hors le Dédale n'avait rien signalé s’y apparentant, mais il n'avait pas percé tous les mystères de l'épave preuve en était leur présence en ces lieux. Si cela se trouvait, leur technologie possède des similitudes avec les Wraiths en tant que scientifique, il allait certainement y jeter un œil, ce serait l'occasion d'approcher de nouvelles technologies. Et la gardienne ne se nommerait certainement pas ainsi, si elle n'avait pas quelque chose à garder, peut-être même attendait-elle leur arrivée.

« Plusieurs questions me viennent maintenant. Pourquoi vous nomme-t-on gardienne ? Que gardez-vous précisément ? Et le livre que vous avez laissé ouvert désigne des informations qui me parlent énormément. Dites-moi franchement. Attendiez-vous notre arrivée ? »

« Je suis la Gardienne de Jadis. Je protège notre mémoire, les langues des visiteurs que nous ne pensions jamais entendre un jour. Nous ne vous attendions pas, vous. Nous nous sommes détournés des étoiles, nous avons accepté au fil des siècles que ce lieu était notre. Toutefois nous avons pu remarquer votre approche. Cela répond t il à votre première question jeune homme ? » elle l’observa et à son air pensif, elle déduisit que sa réponse l’avait aidé, sans véritablement l’aidé. Elle parla donc de nouveau, laissant les longues explications pour plus tard, si un plus tard il y aurait. « Vous dîtes voyager par l’anneau. Désirez-vous le voir de plus près ? »

« Je dirais que ça y répond oui. »

L'anneau ils en venaient déjà et ils avaient découvert qu'il avait été trafiqué. Maintenant qu'ils avaient rencontré la gardienne, est acquis quelques précieuses informations, Riyel émettait que l'auteur de ce fait pouvait se trouvait dans le Marteau. Seulement, il ne voulait pas lui dire maintenant, il était méfiant de l'amabilité que pouvait leur réserver la gardienne et le Major dirait sans doute la même chose. Où peut-être que la gardienne cachait très bien son jeu et savait quelques choses de bien plus gros. Elle devait forcément savoir que la porte était en incapacité de fonctionner.
« Vous voulez nous y emmener pour nous montrer quelque chose ? Est-ce que je me trompe ? Auquel cas, j'apprécierais oui. »

Dans le même temps, retourné à la porte leur ferait perdre du temps sur la mission, il espérait sincèrement qu'elle avait des choses à leur apprendre de plus sinon il y avait une chance sur deux que le Major lui fasse faire quelque tours des digues pour apprendre à garder sa langue. Il n'est toujours pas au fait de la hiérarchie, ça lui donnait de l'urticaire.

« Non. A mon âge, ce voyage me serait bien trop pénible de toute façon. La seule chose que je puis vous montrer, c’est ce livre… Et vous dire que ceux qui empêchèrent à l’Anneau de s’ouvrir n’étaient pas de vulgaires amateurs. » elle avait repris ce ton condescendant qu’elle avait déjà eu pour Riyel, lui redonnant ce sentiment désagréable d’être pris pour un enfant à la comprenette difficile avant de retrouver une voix normale.
« Hanniah ? Porte donc ce livre à ce savant. Peut-être ses connaissances nous offriront-elles une nouvelle lumière. » appela t -elle sa disciple en lui désignant le livre d’un geste de la main. La jeune fille qui s’était faite discrète jusque là, se tenant dans un coin sans prononcer un mot, se plongeant dans un ouvrage quelconque, se leva et se déplaça silencieusement, s’exécutant sans un mot, se contentant d’adresser un léger sourire aimable, presque un peu désolé pour lui à Riyel en lui tendant le livre avant de se reculer et s’éloigner des étrangers, restant un peu plus à proximité au cas où l’on aurait de nouveau besoin d’elle.





L’alphabet et les nombres du livre.




représentation d’une des constructions ayant servi pour tenter d’activer la Porte. Un générateur.



Le livre bien sur quel idiot, forcément que la Gardienne voudrait le lui montré et elle lui fit bien sentir son idiotie à renfort de ce ton enfantin, qui lui fit grinçer des dents, il sentait qu'à défaut de pouvoir se déplacer elle s'amusait au dépend des autres. Au nom de la jeune femme, son attention fut reporté vers elle. Elle s'était faite très discrète depuis leur échange, nul doute que la Gardienne devait beaucoup s'amuser à dépend à en juger par son attitude désolée quand elle lui remit le livre.

Sous les yeux de Riyel, le livre dévoilait ses textes et ses représentations schématiques de la Porte des Étoiles. Sous ses doigts, il pouvait sentir le grain du papier, épais, presque rugueux. Les déchirures survenues au fil du temps avaient un aspect duveteux, doux comme du tissu. Sa couleur jaunie ne permettait pas de déterminer sa teinte d’origine. Les caractères inscrits sur les pages n’étaient pas dans une langue connue par le scientifique, ni par aucun des Atlantes présents dans cette pièce. Certains caractères, qui formaient le texte à en juger par leur variété et la façon dont ils revenaient, offraient un esthétique agréable, de courbes légères, l’encre noire, par endroit passés, accentuant la sensation de finesse et d’art de cette écriture. D’autres étaient bien plus géométriques, se présentant sous la forme de carré agrémenté d’un symbole en son sein et étaient disposés d’une façon précise. Certains étaient suivis d’un ou deux symboles du premier type, ce qu’en bon mathématicien, il assimila en un nombre et son unité. Laquelle, il ne pouvait le dire. Il aurait besoin d’un interprète pour cette partie.
Sur la page ouverte, plusieurs coordonnées figuraient. Les combinaisons ne lui étaient pas nécessairement inconnues mais elles n’évoquaient rien de particulier. Elles étaient toutefois assez proches pour qu’elles fassent référence à un secteur restreint de Pégase.

En se concentrant sur les différentes représentation, qui s’étendaient au fil des pages, il put comprendre que l’auteur de ce livre disposait d’une connaissance poussée dans les sciences mécaniques et théoriques, assez fine du moins pour se pencher avec une précision extrême sur des portions de la Porte des Étoiles. Il en avait été fait de même pour le DHD, et Riyel se demanda même si quelqu’un ne s’était pas amusé à le déconstruire pour le reconstruire afin de tenter d’obtenir des réponses.

En poursuivant son étude, oubliant presque le temps qui passait et la conversation qui se tenait autour de lui, il remarqua qu’après quelques pages, que l’ouvrage quittait la simple description de la Porte pour ce qui s’apparentait à des expérimentations. Des pages entières de calcul s’étendaient, toujours surplombées par une série de coordonnées, et se terminant par une autre, légèrement différentes. Puis après ces pages, c’était au tour de schéma de schémas de machines, et de câbles se raccordant à la Porte. Des éclairs avaient été stylisés autour de ce qui s’apparentaient à des générateurs.

De nouveaux des pages de textes et de calculs se succédaient avant de laisser place à un nouveau générateur, plus gros que les précédents, comprenant un panneau de commande et des petites antennes qui émettaient des arcs électriques. Un autre dessin, sur la même page, montrait un cristal rouge strié de noir, et des précisions manuscrites, raturées, suivis de corrections.
Sur la dernière page du livre, une seule ligne d’écriture, soulignée trois fois avec colère et rage.

Extérieurement Riyel avait l'air calme et stoïque, feuilletant le livre comme on regarderait un magazine. Hors intérieurement son esprit était à des années lumières de ces lieux. Des tas de questions s'imposaient à lui. Depuis combien de temps ces calculs avaient été inscrits dans ce livre, est-ce qu'un descendant de l'auteur se trouvait au village, si oui pouvait-il lui en apprendre davantage ? Ou, si non, était-il envisageable de voir les installations de plus près? Le Dédale n'avait pu percer l’intégralité de leurs mystères, et s’ils avaient pu observer des câbles électriques longé des façades, apportant l’électricité qui alimentait les lampes, il n’avait pas pu déceler leur origine exacte. De plus, il restait à savoir dans quel état se trouvaient les machines du village. Le seul moyen de corréler toutes les informations à sa disposition allait être de faire le tour des diverses installations, afin de jauger leur état et peut-être pouvoir les faire fonctionner et observer leur utilité. Cela leur donnerait peut être une base pour appréhender le moment où il leur faudrait approcher le Marteau.

Décidant qu'il avait suffisamment parcouru le livre pour le peu qui l'avait pu déchiffrer, il releva la tête pour faire ses conclusions à la Gardienne.

« Ce livre est… très intéressant. Je n'en comprends malheureusement pas grand chose, il me faudrait un traducteur pour m'aiguiller et même avec cela, cela me prendra des heures, voire des jours pour tout traduire dans l'ordre, effectuer les calculs correspondant au schéma et tout ça dans l'hypothèse que cela fonctionne vraiment. A en juger par les derniers mots soulignés rageusement, j'en doute quelque peu. A dire vrai, je pense que le plus simple serait de me rendre près des différentes machines correspondante, pour les voir de plus près. Si cela était envisageable bien sûr. »

« Ce livre traite des connaissances sur l’Anneau. Hanniah saura vous montrer certains artefacts de cette époque, et devrait parvenir à vous faire la lecture. Cela vous aidera peut être à mieux comprendre ? »

« Cela devrait beaucoup y aider oui, merci. Si ce n'est pas de réussir à les faire fonctionner, au moins comprendre leur utilité et fonction. »

Le sourire qu’eut la vieille avait quelque chose de chaleureux, mais son regard reflétait un certain amusement. Dans son étrangeté, elle semblait avoir décidé de laisser le scientifique découvrir par lui-même des petits détails. Elle l’avait jaugé tout du long de cet échange, évaluant l’homme longuement, jetant un bref regard sur les militaires avant de revenir sur lui et formulé son ordre à son apprenti, d’une façon certe aimable et bienveillante en apparence mais qui ne manqua pas de provoquer un frisson ostensible chez l’intéressée, la laissant hésitante quant à la démarche à suivre, si elle devait y aller maintenant, si Riyel souhaitait attendre, ce qu’il désirait vraiment voir...

« Hanniah ? Guide le. » la disciple s’inclina et porta son regard sur Riyel, attendant qu’il agisse.

Riyel pose un regard compatissant sur la jeune disciple. Il referme le livre qu'il avait maintenu ouvert avant de se tourner vers ses camarades.

« Je vais devoir vous abandonner quelque temps, j'ai de l'exploration qui m'attends ! »
Et il poussa la jeune fille à sortir de la bâtisse, très pressé de découvrir les machines de visu.
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

Revenir en haut Aller en bas

Shaun Kelly
Lieutenant
Bannière perso (image 901x180px) : Rangers lead the way!
√ Arrivée le : 25/08/2020
√ Date de naissance : 25/12/1981
√ Nationalité : Américain

√ Age : 39
√ Messages : 112
√ Localisation : Cité d'Atlantis

Liste de vos DC : Aidan Foster

Lun 2 Aoû - 13:55

Shaun Kelly

MJ 35 : Le Marteau de Volundr



Le Lieutenant avait finalement passé la main au scientifique du groupe. Certes, il avait un esprit assez logique pour ne pas être le dernier des abrutis quand il s’agissait d'énigme ou de compréhension, mais il y avait des domaines qui échappaient - sans doute bien volontairement, à sa simple connaissance. La vérité, c’est que ça ne l’intéressait d’aucune manière. Chacun ses spécialités après tout. Aussi ne resta t-il pas immobile lorsque la Gardienne entama ses échanges un peu plus privés avec Riyel, faisant un simple tour de propriétaire dans la pièce circulaire.

D’un premier instant, il s’était rapproché de l’entrée, afin d’en aviser l’extérieur, les iris de ses yeux se baladant sur le paysage qu’ils venaient de quitter, jusqu’à remonter vers la mire du ciel, si familier et différent à la fois de celui Terrestre. Ses pas étaient lents pour ne pas être envahissant, se déplaçant comme une simple promenade contemplative qui essayait de ne pas être trop intrusive. Il laissait son attention courir sur les différentes étagères, les livres et les décorations parsemées çà et là, tout en essayant de s'imprégner de la pensée de ceux qui avait maintes fois errait en ces lieux avant son arrivée.

De temps à autre, son attention était reporté sur l’échange des deux interlocuteurs, prêtant attention au regard de l’Atlante tout comme à l’attitude de la Gardienne, avant d’en revenir à son tour du propriétaire, à l’instar d’un visiteur de musée qui observerait les œuvres mis à disposition d’un œil contemplatif. Puis vint l’invitation à ce que l’un du groupe se sépare du reste pour ses recherches, ce qui mit un terme au pas de l’officier, la ligne de ses épaules pivotant à nouveau dans leur direction alors qu’il venait de passer dans le dos de la plus jeune présente sur les lieux.

Ses iris grisés passaient de l’un à l’autre, rapidement, avant que son attention soit captée en direction de sa supérieure auquel il s’adressa avec une certaine déférence.

« Major, je me propose pour accompagner Von Gikkingen. »

Il se doutait qu’il n’avait pas besoin d’apporter plus de précision sur les raisons de sa proposition. Pour lui, il était assez clair qu’il ne fallait pas qu’un civil, surtout sans arme et sans protection, reste seul auprès d’un peuple qu’ils ne connaissaient pas bien encore, tout amical qu’ils se sont montrés jusqu’ici. Mais il n’avait pas dans l’idée non plus d’imposer sa vision à l’officier, se tenant à sa décision si elle venait à préférer qu’il en soit ainsi.


° CODAGE PAR DITA | EPICODE °



Shaun Kelly
#006633

MJ 35 : le Marteau de Volundr - Page 2 Shaun
DC : Aidan Foster

Revenir en haut Aller en bas

Emma Hawke
Sous Lieutenant
Pilote F302
Bannière perso (image 901x180px) : MJ 35 : le Marteau de Volundr - Page 2 1562430542-image-profil
√ Arrivée le : 05/10/2020
√ Date de naissance : 26/05/1975
√ Nationalité : Américaine

√ Age : 46
√ Messages : 28
√ Localisation : Quelque part la tête dans les nuages...

Lun 2 Aoû - 20:58

Emma Hawke


La discussion commençait à être intéressante. En effet, la discussion portait sur l’épave du vaisseau, et ce qu’il leur était arrivé par la suite.
Leur sensibilité à la lumière du soleil venait du fait qu’ils avaient vécu sous terre pendant de nombreuses générations à cause des Wraiths. Je n’avais pas beaucoup de connaissances en génétique. Cela se résumait à ce que le commun des mortels apprenait à l’école ou en lisant des articles de journaux. Toutefois, je savais qu’on ne s’adapte pas vite à un nouvel environnement. Il faut un temps très long. J’en concluais qu’ils avaient eu un sacré courage pour vivre aussi longtemps sous terre pour échapper aux Wraiths. Et quand un peu est capable d’une si grande détermination, il faut à la fois s’en méfier et le respecter.
Ce qui m'inquiétait le plus c’était ce qu’elle nous expliquait sur le peuple du vaisseau qui, si je comprenais bien, vivaient en guerre mais formaient une unité. Comment cela pouvait-il fonctionner.
L’échange se poursuivait et des informations intéressantes transparaissaient pas moment. Les habitants du vaisseau se disaient immortels. C’était bizarre cette manie. D’abord les Goa’uld qui se prennaient pour des dieux et vivaient indéfiniment grâce aux sarcophages, puis les Wraith dont c’était la nature de leur espèce. A croire que plus ils sont costaud plus ils ont peur de mourir trop tôt… La conversation s’était arrêtée là et portait sur la porte des étoiles puis un livre qu’une servante apporta à Riyel. L’ambiance était pesante et je ne pouvais pas faire grand chose pour aider mis à part être spectatrice tout en restant polie et respectueuse pour ne pas être la source d’un éventuel problème. Puis quelque chose changea. Riyel demanda à en voir plus pour tenter de comprendre et la vieille dame accepta en désignant la servante de tout à l’heure pour qu’elle guide notre équipier. Même si je ne le montrais pas, j’étais inquiète qu’un membre de notre équipe parte seul à la découverte d’antiquité. Après tout, nous ne les connaissions pas et je ne donnais pas ma confiance aussi facilement au premier venu. Finalement, je n’étais pas la seule à penser cela car Shaun demanda aussitôt s’il pouvait l’accompagner. C’était une bonne chose. La décision finale revenait au Major. Quant à moi, je pensais rester avec elle au cas ou.




Revenir en haut Aller en bas

Karola Frei
Major
Second responsable militaire
Bannière perso (image 901x180px) : MJ 35 : le Marteau de Volundr - Page 2 1562430542-image-profil
√ Arrivée le : 14/05/2015
√ Date de naissance : 09/04/1983
√ Nationalité : Allemande

√ Age : 38
√ Messages : 2294
√ Localisation : Site Alpha

Lun 2 Aoû - 20:59

Karola Frei
Un échange intéressant se développa entre le scientifique de l’équipe et la gardienne. Le point de vue du premier permis de décanter un petit peu les choses et ça n’était pas plus mal. Karola se mit en retrait, observant et écoutant attentivement.
Les propos de la gardienne étaient toujours teintés de points obscurs par moments mais dans l’ensemble ils en apprirent davantage.
Si Von Gikkingen s’en était plutôt bien sortit pendant son entretien avec la vieille femme et que sa curiosité scientifique était elle apprécia moins sa petite initiative lorsqu’il décida de son propre chef sans concertation de partir de son côté avec la dénommée Hanniah. Seul de surcroît. C’était le signe qu’il était temps pour le major de reprendre la main. La bravade ne pouvait pas rester impunie néanmoins, il valait mieux pour eux que cela se fasse en huis-clos. Le major ne voulait surtout pas montrer à leurs hôtes d’éventuelles tensions de groupes qui pourraient les desservir à un moment ou un autre.
Alors que le scientifique s’éloignait déjà avec sa guide personnelle, Shaun s’approcha du major pour se proposer d’accompagner Riyel.
Nous allons tous l’accompagner. ” répondit-elle d’un ton pincé, cachant difficilement la contrariété d’être mise devant le fait accompli sans avoir pu réfléchir à toutes les éventualités et les possibilités qui s’offraient à eux. Elle jeta un regard à Emma et Shaun pour les enjoindre à la suivre puis se tourna vers la gardienne qui les avait accueillis pour se fendre d’un au revoir rapide.
Nous vous remercions pour votre patience et votre précieux témoignage. Nous allons suivre notre collègue, nous sommes tout aussi impatients que lui de découvrir les secret de l’anneau.

Aux paroles de Karola, un silence de mort tomba. La vieille femme, courtoise jusqu’alors ne bougeait plus. Elle avait le regard fixé sur Karola, froid, brillant d’une lueur qui n’était rien de plus que de la désapprobation mêlée à de la colère. Cette bienveillance dont elle avait fait preuve semblait s’être envolée. Chaque parole, chaque mot tombait, comme un couperet.
« Est ce ainsi que vous allez de terre en terre ? Imposant vos désirs, persuadée que vous êtes de votre force ? »
Elle marqua une pause, tout juste suffisante pour amorcer un mot mais pas assez pour laisser le temps de formuler une phrase.
« Si vous souhaitez l’accompagner, il vous faudra renoncer à vos armes. Ou vous verrez que nous savons nous défendre. »
La menace n’était qu’à peine voilée. Si les militaires souhaitaient réellement partir à la suite de Riyel, ce serait sous le signe de la méfiance. L’intéressé passer alors non loin de l’entrée, et il put remarquer la tension soudaine dans les épaules d’Hanniah. La jeune fille se retourna, cherchant du regard un signe, afin de savoir ce qu’elle devait faire, si elle devait attendre, guider Riyel, tous, personne. Mais surtout elle chercha des yeux les réactions des militaires.

L’officier fit volte-face, calmement, mais les lèvres pincées en entendant dans son dos l’aînée lui faire comprendre qu’elle n’appréciait pas son initiative et arguer que s’ils gardaient leurs armes avec eux en suivant Riyel, son peuple n'hésiterai pas à s’en prendre à eux. Le major trouva fort étrange que cela ne lui pose pas de problème que Riyel parte à la découverte de leur civilisation mais qu’en revanche cela en soit un que l’équipe entière le suive. Cela la conforta dans son idée qu’ils devaient rester ensemble. Riyel était certes un civil mais ils disposaient également de tout un tas de connaissances et de compétences qui ne devaient pas tomber entre n’importe quelles mains.
Elle toisa la vieille femme, prenant le temps nécessaire pour réflechir à sa réponse. C’était la première fois depuis leur rencontre, que leur interlocutrice se montrait hostile. Bien qu’ils aient visiblement l’avantage face à eux, il n’était pas question pour les Atlantes de prendre de telles menaces à la légère. Il n’était pas non plus question de perdre le bénéfice de leur première prise de contact qui s’était plutôt bien déroulée. Aussi, elle décida d’obtempérer même si le fait de se débarrasser de leurs armes ne l’enchantait guère. Karola était tout à fait capable de se défendre sans armes mais il n’en n’était pas forcément le cas pour ses collègues.

« Il n’est pas question de s’imposer. Nous avons simplement pour principe de toujours rester ensemble … mais nous avons aussi à coeur de respecter les coutumes de nos hôtes. »

Sans quitter la vieille femme du regard, elle détacha de sa sangle son P90, puis défit son holster pour en retirer son 9mm et fit de même avec son couteau de combat. Elle déposa le tout avec bonne volonté sur la table, devant son interlocutrice.

La Gardienne acquiesça d’un subtile signe de tête. Si l’on y prêtait pas attention, on aurait pu croire qu’elle n’avait pas bougé. Elle ne prêta pas d’attention particulière aux armes, n’étant ni impressionnée ni même intéressée par la menace qu’elles pouvaient représenter réellement pour son peuple. Tout ce qui l’intéressait, c’était l’attitude des militaires, leurs réactions. Elle releva les yeux vers Karola, croisant son regard, avant de lui offrir une réponse, avec calme mais avec une once de reproche dans la voix. Ce n’était pas ainsi qu’à ses yeux l’on respectait les coutumes des hôtes. Elle ne les condamnait pas, ne les chassait pas mais ils avaient fait un pas dans la mauvaise direction.
« Prenez garde à vos manières alors et où votre intérêt se porte. »
Karola se contenta d'acquiescer, histoire de ne pas en rajouter davantage. Elle savait rester à sa place quand les circonstances le demandaient, en l'occurrence, désarmée et en terrain inconnu, mieux valait rester en posture d’observation. Heureusement la vieille femme ne leur interdisait pas de rejoindre Riyel qui se trouvaient à quelques mètres d’eux, la dénommée Hanniah à ses côtés. Cette dernière engagea la visite en les enjoignant à les suivre, ce que les Atlantes firent. Karola profita du fait qu’elle ait le dos tourner pour se mettre à hauteur de Riyel, le tirant légèrement par la manche pour lui glisser en chuchotant “ La prochaine fois qu’il vous viendra à l’esprit de prendre une décision sans même me consulter, soyez assuré que vous pourrez dire adieu aux missions sur le terrain, Von Gikkingen. Votre bravade nous a valu une belle erreur diplomatique.” Elle relâcha sa manche, et sans attendre de réponse, lui fit un geste sec de la tête pour l’inciter à suivre sans discuter leur hôtesse.


MJ 35 : le Marteau de Volundr - Page 2 Signka10

Rédaction en #LightPink

Revenir en haut Aller en bas

Shaun Kelly
Lieutenant
Bannière perso (image 901x180px) : Rangers lead the way!
√ Arrivée le : 25/08/2020
√ Date de naissance : 25/12/1981
√ Nationalité : Américain

√ Age : 39
√ Messages : 112
√ Localisation : Cité d'Atlantis

Liste de vos DC : Aidan Foster

Hier à 13:01

Shaun Kelly

MJ 35 : Le Marteau de Volundr



La situation prenait une tournure légèrement désagréable, et même s’il continuait de laisser son armement, toujours rivé à son dos où il reposait, il conservait conscience que ce dernier n’était pas inaccessible. Au besoin se faisant sentir, il agirait en gardien. Shaun n’était pas un homme à la gâchette facile, pas un homme qui pensait et n’agissait que pour le combat. Ce genre de pensée était d’une absurdité assourdissante pour le militaire qui n’entendait ce genre de réflexion que de la bouche des civils méconnaisseurs du mental d’un véritable combattant. Ceux de sa trempe, eux, savaient de quoi il en retournait, que l’irresprescible besoin d’avoir une arme ne venait pas de sa condition de féroce sanguinaire, mais bien de cette volonté implacable de protéger, quoi qu’il en coûtait.

Mais la situation n’en était pas encore là. Pas encore. La réponse de sa supérieure se fit sans tarder, rejoignant sa pensée de l’instant bien qu’à une échelle bien au-dessus, engageant la totalité du groupe à l’emballement du scientifique réprimé par les regards lancés à son attention. Intérieurement, il trouva la manœuvre de tous les déplacer inutile, mais plus que cela il comprenait à quel point la Major pouvait se sentir échaudé. Si le Lieutenant n’était pas intervenu, le civil se serait échappé ainsi, en total mépris des consignes, des dangers et du respect de ses collègues. Et pour un officier, se voir couper l’herbe sous le pied sur une décision qui en plus était particulièrement irréfléchie, avait de quoi faire grincer des mâchoires.

Il se préparait déjà à se mettre en route, ses pas finissant son arc de cercle entamé pour rejoindre la position du scientifique qui trépignait presque à cette interruption forcée, avant que les mots de la gardienne donnés en réponse n’en attirent à nouveau l’attention. La diplomatie n’était pas vraiment sa grande spécialité. Il aurait été mentir d’ailleurs de prétendre qu’il avait une quelconque aptitude à cela, mais pour le coup le comportement et la réaction en retour fit l’effet d’une douche froide d’incompréhension. Il restait en retrait, observant cette scène qui se déroulait sous son regard sceptique, laissant autorité à la Major d’y répondre et de corriger le tir, et sa décision ne fit pas l’unanimité dans l’esprit du Lieutenant. S’il en comprenait la démarche, il aurait sans doute bien préféré qu’elle choisisse d’annuler cette petite escapade scientifique plutôt que de se soumettre à ces exigences. Et bien que cela faisait partie de leur objectif, de découvrir la cause du blocage de la Porte, il aurait largement choisi de reléguer ceci à plus tard. Mais chose était faite, sa supérieure déposait les armes, et il n’eut d’autre choix que de s’y soustraire également.

Il suivit donc le geste du Major, passant la bandoulière par dessus sa tête pour déposer son arme la plus imposante au côté de celles déjà délaissées, dont la taille surpassaient les autres de par sa nature de fusil de précision, avant de tirer son Jericho de son holster, puis son couteau de combat. Il préférait refouler sa réticence à ce sujet pour ne pas donner de grain à moudre à leur exigeante hôtesse, essayant de garder en tête cette philosophie qui avait toujours du mal à passer dans son esprit, de donner pour recevoir. Une fois fait, il en revint auprès de son groupe, patientant que l’ensemble ai suivi les consignes avant de fermer la marche de cette nouvelle procession qui se mettait en branle.


° CODAGE PAR DITA | EPICODE °



Shaun Kelly
#006633

MJ 35 : le Marteau de Volundr - Page 2 Shaun
DC : Aidan Foster

Revenir en haut Aller en bas

Atlantis
Bannière perso (image 901x180px) : MJ 35 : le Marteau de Volundr - Page 2 1562430542-image-profil
√ Arrivée le : 01/08/2015
√ Messages : 755

Hier à 13:33

Atlantis

MJ 35 : Le Marteau de Volundr


Un rapide apperçu des artefacts d'une Civilisation



La situation n’était pas idéale. Les Atlantes se trouvaient désarmés, au moins des armes les plus visibles, et ils se devaient désormais d’avancer en terre inconnue, avec la crainte qu’une attaque ait lieu, que les villageois ne profitent de leur faiblesse momentanée pour les attaquer.
Silencieuse jusque là, Hanniah les guida, lorsque le dernier fusil du dernier qui partirait voir ces machines d’un temps ancien qui semblait avoir une si grande importance pour le village fut posé sur la table. A son regard, l’on pouvait comprendre qu’elle n’était pas plus rassurée. Pourtant elle prit sur elle, pour fixer le major.
« Veuillez me suivre.
Elle se retourna, prenant les devant, s’engageant sur le chemin précédemment emprunté par les Atlantes jusqu’à une plateforme, bifurquant pour prendre une qui, dotée d’une pente douce permettait de descendre par demi niveau. L’étage inférieur comprenait quelques bâtiments, qui accueillaient principalement des serres, où poussaient des plantes arboricoles et des fleurs, et des lieux de travail et d’études, tournées sur les minéraux ou les insectes principalement. Ils avancèrent ainsi en ligne droite, franchissant certains des jardins couverts, jusqu’à ce qu’ils atteignent le bout d’une plateforme. Là Hanniah s’arrêta, désignant une échelle en métal scellée dans la roche.
« Il faudra passer par là. Ne posez pas le pied sur le quatrième barreau.
L’avertissement donnée, elle entreprit de descendre, démontrant une agilité particulière lorsqu’il fut question de franchir le barreau fragilisé par le temps. Elle se laissa simplement tomber, pour se rattraper au barreau d’une main, avant de reprendre la descente et poser le pied au sol. Elle s’écarta, s’assurant qu’ils suivaient bien, puis regarda autour d’elle. Dans une alcôve, une lumière dansante permettait de deviner la silhouette d’un garde qui les regarda, avant de retourner à ses occupations en reconnaissant la jeune fille qui les guidait. Elle n’avait rien d’une prisonnière, et elle aurait aisément trouver le moyen de l’avertir en cas de problème. Une nouvelle passerelle passée, ils longèrent cette fois une voie taillée dans la roche, parfaitement lisse, presque luisante tant elle était polie, puis ils entrèrent dans la montagne, quittant la lumière pour l’ombre, la chaleur pour la fraîcheur. Quelques lampes disposaient à intervalles réguliers permettaient d’y voir assez, ce qui, permettait à ceux qui ne portaient pas de lentilles de vision nocturne de noter que la cavité n’était pas naturelle. Tout était trop régulier, trop égale. Et avec ce constat, ils découvraient un autre son, une sorte de vrombissement sourd, et une odeur, celle de l’ozone. Une odeur qui irritait les narines, mais la concentration n’était pas toxique, comme le détecteur de vie lantien de Riyel l’indiquait. En le consultant, il pouvait d’ailleurs remarquer qu’il existait plusieurs niveaux, plusieurs couloirs et salles, et qu’ils se dirigeaient vers une source d’énergie. Probablement le générateur, ou une version de celui qu’il avait pu entrevoir dans les pages du livre qu’il tenait toujours contre lui et que Hanniah ne cessait de regarder, craignant de le voir tomber et s’abîmer.
« Nous sommes à l’entrée de l’ancienne ville. Il n’y a presque personne dans cette partie… Trop de lumière. »
Enfin, sous leurs yeux, les machines évoquées et dessinées dans le livre quittèrent le champ du papier pour prendre les atours du métal. Certaines, plongeaient dans un profond sommeil, ne brillaient d’aucun éclat, d’autres vibraient et dégagées de la chaleur, mais la plus impressionnante était la machine centrale qui était animée d’éclairs frappant les parois de la vaste cuve décagonale. Hanniah s’arrêta à mi-chemin, Riyel avait souhaité les voir, espérant mieux comprendre. C’est donc d’abord vers lui qu’elle prêta son attention.
« Sans… Les Souterrains ne seraient plus. Ils ont besoin de chaleur. Les restes de la… Tentative pour actionner l’Anneau sont ici. »
Elle désigna des amas de métal, entassés plus qu’ils n’étaient rangés, poussiéreux, entre lesquels des toiles d’araignées formaient un voile. A la forme, certains devaient se fixer sur les montants de la porte, ressemblant quelque peu à ceux utilisés au SGC. Quant aux câbles, ils avaient la dimension de ceux qui jaillissaient du générateur.
« Si vous avez des… Questions, je peux essayez d’y répondre, même si j’ignore encore beaucoup. Si vous voulez voir autre chose… Certains lieux ne devraient pas poser trop de problèmes. »




° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

Revenir en haut Aller en bas

Riyel Von Gikkingen
Exobiologiste
Bannière perso (image 901x180px) : MJ 35 : le Marteau de Volundr - Page 2 Lu73
√ Arrivée le : 29/03/2020
√ Date de naissance : 18/06/1995
√ Nationalité : Russe

√ Gène : ATA
√ Age : 26
√ Messages : 43

Hier à 17:32

Riyel Von Gikkingen

MJ 35 : Le Marteau de Volundr


Riyel


Comme un enfant devant la promesse d'une montagne de cadeau, il était prêt à partir sur le champ, malheureusement il remarqua que son départ solitaire n'était pas apprécié. Fronçant les sourcils, il se retourna à nouveau vers l'assemblé évaluant les positions de chacun. Déjà le Lieutenant Kelly voulait l'accompagner d'office et Riyel n'était pas assez d'idiot pour ne pas faire la liaison qu'il n'était qu'un simple civil, et dans l'armée on ne laissait jamais un élèment en solitaire. Cela passait encore, le Lieutenant ferait le guet si cela lui chante du moment qu'il pouvait observer les machines en silence. Ce qui posait le plus de problème fut la réponse du Major où il ressentait comme une amertume dans sa voie, manifestement sa décision de partir de son propre chef n'avait pas fait l'unanimité chez elle. Et ce qui acheva de le conforter dans l'idée que la prochaine fois il devrait tourner sept fois sa langue dans sa bouche, fut quand Riyel prêta son attention vers la Gardienne, elle n'avait pas apprécié le retournement de la situation.

Et lui ne comprenait pas non plus comment tout cela pouvait dégénérer à ce point, quand il les vit chacun à leur tour déposer fusil et armes de point. Ne sachant que faire, il suivit le mouvement déposant les deux seules armes que son niveau d'accréditation lui avait permis d'emporter.

Ceci fait, leur jeune guide prit cela comme un signal pour les mener au lieu voulu. Mais comme le destin s'acharnait sur lui, il sentit sa manche être légèrement tiré par le Major qui lui chuchota quelques mots qui lui firent le même effet qu'une douche froide. Se disant qu'il avait suffisamment tenté sa chance pour aujourd'hui il hocha simplement la tête et accéléra le pas pour se remettre au niveau d'Hanniah.

Comme lors de leur arrivée au village, il parcourait le paysage du regard, fasciné par leur ingéniosité. En passant devant les serres sont regards fut plus acérés, intrigués par les personnes gravitant autour de petites cages avec des insectes en leur seins. Mais la route continuait et il ne put poursuivre sa curiosité. En descendant l'échelle de métal, il s'interrogea sur le barreau cassé, peut-être avait-il l'esprit trop perché mais il se demanda s'il n'y avait pas un système de défense caché là-dessous. Poursuivant sa descente prestement et retombant souplement au sol, il attendit que ses camarades finisse de descendre pour reprendre la route, il était de plus en plus pressé d'arriver sur les lieux. La roche polie avait quelque part un côté apaisant et préparait lentement à l'absence de lumière.

Continuant lentement le trajet, il sentit une odeur lui chatouiller les narines, il l'as reconnu de suite mais peu sûr de son effet il veilla à l'aide de son détecteur de vie lantien qu'elle ne soit pas toxique à long termes mais le détecteurs lui indiqua que non, dans le même temps il observa les autres données qu'il lui fournissait comme le plan des lieux, un véritable labyrinthe s'établissait sous leur pieds, tout autour d'eux, mais ce qui l'intéressait pour le moment était la source d'énergie vers lesquels ils se dirigeaient tout droit. Il perçoit Hanniah jetant de fréquents coup d'œil au livre qu'il avait conservé dans ses bras pour corréler les données, il la rassura d'un sourire conscient que ce livre avait une grande valeur pour la Gardienne.

Il comprit son allusion à la lumière quand il remarqua la plus grosse d’entre eux, probablement la source d’énergie indiquait par son détecteur lantien, le model exact dessiner dans le livre, qu’il ouvrit en même temps qu’il s’en approcha pour l’étudier de plus près, ses connaissances en la matière restait un brin limitait mais il saisit quelques nuances. Oubliant à nouveau totalement la présence des militaires, il fit lentement le tour de l'installation, ce fut Hanniah qui le sortit de ses pensées en lui indiquant les restes des tentatives pour activer l’anneau. Tout naturellement il s’en approcha curieux, il remarqua une certaine similitude avec les dispositifs qui avaient pu être mis en place autour de la Porte du SGC, sur Terre. Si les techniciens restés à la surface pouvaient y avoir accès peut-être que cela les intéresserait mais vu les propos de la Gardienne, ils avaient fait un faux pas qui serait fort difficile à surpasser.

Les câbles semblables à ceux reliés au générateur étaient sans nul doute ceux ayant servi à les relier à la porte, mais d’où venait le problème, était-ce le générateur qui ne disposait pas d’assez de puissance ? C’était la solution qui lui paraissait la plus logique. Riyel parcouru le livre une nouvelles fois, essayant de trouver quel machine correspondait au schéma inscrit sur le papier et à juger par le fait qu’elle soit éteinte, soit elles n’avaient pas fonctionner comme elles auraient dû, soit le générateur ne déversait encore une fois pas assez de puissance pour les maintenir toutes en fonctionnement.

« J’ignore le temps dont je dispose pour faire le tour des installations, mais je ne pense pas qu’une exploration approfondie des lieux me soit accordée dans l’instant. » Il regardait la silhouette du Major qui se découpait dans l’environnement des machines, nul doute qu’elle allait avoir son insolence en travers de la gorge pour un bon moment.

«Vous pourriez peut-être répondre à une question. Le générateur à quoi sert-il précisément ? La moitié des installations que j’observe sont pratiquement toutes inanimées et la composition de votre village ne nécessite pas d’un générateur aussi imposant qui consomme certainement beaucoup. »

« En temps ordinaire, nous n’avons besoin que d’une infime partie de sa puissance. Lorsque le froid vient… Le rendement doit être plus important. »

Riyel sentit comme une réticence dans la voie de la jeune femme.

«Je vois, oui. Et concernant les autres machines en fonctionnement, quelles sont leur utilité ? Le livre n'est pas bien précis sur ce sujet. »

« A contenir l’énergie produite et inutilisée, principalement. Le livre l’explique… Mais dans ma langue.»

«Oh, seriez-vous en capacité de me les déchiffrer ? J’apprécierai beaucoup de connaître les détails. » Il lui tendit doucement le livre, prenant garde à sa fragilité. La jeune fille prit le livre, avec d’infimes précautions, avant de jeter un regard à Riyel puis au reste du groupe. Du temps, il n’en disposait clairement pas d’autant qu’il le voudrait.

« Je saurais mais avec du temps. » , baissant la voix, elle ajouta dans un murmure une petite remarque avant de glisser son regard sur les militaires furtivement « Et je doute que vous ne l’ayez. » .

Le ton de sa voix et son regard l’amenant à observer les militaires à son tour, le refroidit un peu. En effet, il n’aurait pas le temps nécessaire aujourd’hui et c’était fort dommage, il y avait encore tellement à explorer, le nombre impressionnant de salle montré par son détecteur lantien le lui prouver. Mais pour l’heure, il se détourna des machines, peu sûr de résister à leur attraction.

Il repensa plutôt à sa conversation avec la gardienne. Il y avait un point qu’ils n’avaient pas éclairci et il se demandait si la jeune femme ne serait pas plus encline à répondre sans la Gardienne à ses côtés. Alors il se rapprocha légèrement d'elle, déportant son regard sur le livre, repensant distraitement les pages que la Gardienne regardait avant leur débarquement.

«Dîtes moi, je repensais aux paroles de votre mentor tout à l’heure. Elle a fait remarquer que le peuple du Marteau cherche à reprendre la route d’autrefois. C’est une chose que je n’ai pas prise en compte plus tôt. D’où venaient vous exactement, qu’elle était la route initiale que suivaient vos ancêtres et que s'est-il passé pour que votre chemin s’arrête brutalement ? »

« Nous venons d'au-delà des Mers de Silence qui séparent les Amas. Lorsque nous sommes arrivés dans celui ci… Nos Chefs, ont cherché à s’en emparer, au moins en partie avant de devoir reprendre le voyage vers nos origines, si on se fit aux textes. Nous avons fini par perdre et le Volundr est tombé. »

«Les Mers de Silence. Est-ce loin d’ici ? Et je ne comprend pas bien, chercher à s’emparer de quoi exactement ? »

« l’Amas, les rassemblements de… » elle s’arrêta, pour se rappeler du mot employé par les Atlantes plus tôt, pour désigner les Feux qui demeuraient dans le Manteau, et reprit avec un sourire satisfait « Soleils et Berceau ? Cet Amas n’est pas le seul et entre eux l’on trouve les Mers de Silence. »

«Soleils et Berceau. » Cela lui prit cinq secondes avant d’enfin comprendre ce que la jeune fille voulait dire. «Vous êtes en train de me dire que vous venez d’une autre galaxie ? C’est fascinant ! Et autre chose c’est cet Amas qui n’était pas votre destination ou seulement ce monde, ce qui voudrait dire que vous vouliez atterrir dans un autre Amas. » Il espérait qu’elle comprendrait son cheminement de pensés, lui-même commencer à s’y perdre un peu, ce serait une énorme découverte pour eux.

« Je ne suis pas sûre de notre destination… Seulement que nous ne venons pas d’ici. »

«Vous n’avez même pas un tout petit indice ? Un mot vide de sens dans votre langue, peut-être que ça me parlera ? » Il aimerait tellement qu’elle lui parle de la Voie lactée, il ne savait pas encore trop pourquoi mais il aimait le fait de se dire que ce peuple était à des galaxies de partager leurs origines.

« Endelwer. C’est ainsi que nous la nommions… Je ne sais ni où elle se trouve, ni qui y demeure. Le seul détail… C’est un monde à trois soleils… Enfin je pense… Les mythes anciens… Ils évoquent le Berceau de notre race, attendant sous l’oeil des trois Divins notre retour… Et ils sont souvent représentés sous la forme de feux. »

« L’oeil des trois Divins. Représentés sous forme de feux c'est-à-dire? Vous auriez plus de détails à ce propos, peut-être une représentation dans ce livre. »
« C’est un livre de sciences pas… De mythes. »

«Excusez-moi, j'aurai pensé y voir une maigre esquisse.» Il garda le silence quelques minutes, ses méninges fonctionnant à plein régime. «J’avoue ne pas du tout savoir ce dont vous parlez malheureusement. »

« Ce n’est pas surprenant. »

° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum