Le deal à ne pas rater :
STRADOUR Evier cuisine à encastrer 1 bac + 1 égouttoir Aloa – ...
51.44 €
Voir le deal

C'est du fond de la caverne que nait l'espoir - pv Shaun

 :: Cité d'Atlantis :: Continent de Lantia :: Environnement Lantia :: Grottes
Aller en bas

Shaun Kelly
Lieutenant
Bannière perso (image 901x180px) : Rangers lead the way!
√ Arrivée le : 25/08/2020
√ Date de naissance : 25/12/1981
√ Nationalité : Américain

√ Age : 39
√ Messages : 135
√ Localisation : Cité d'Atlantis

Liste de vos DC : Aidan Foster

Lun 28 Juin - 9:33

Shaun Kelly
C'est du fond de la caverne que nait l'espoir
feat Shaun & Chenoa


Il reprenait l’appui d’une main sur son genou dressé et se relevait aussitôt. Le froid avait encore gagné un stade supplémentaire. Si l’activité avait su réchauffer son corps quémandeur d’un peu plus de chaleur, la transpiration dont il était maintenant légèrement recouvert ne faisait qu’empirer ses sensibilités, arrachant à son souffle quelques brumes supplémentaire, le forçant à essayer de ne pas perdre l’activité de ses muscles encore sous la tension de l’effort. Il ignorait combien de temps s’était écoulé depuis leur chute dans ce cratère. Trop peu sans doute pour espérer un quelconque renfort immédiat mais assez pour commencer à ressentir la déclinaison du soleil dans le ciel, l’exercice ayant débuté au troisième quart de l’après-midi.

« Ok. » Laissa-t-il entendre, plus pour lui-même et se donner l’élan de se remettre à la tâche, tandis que son regard reprenait le parcours de la paroie qu’ils avaient grimpé, et leur objectif, juste là, à portée de bras… ou d’un bras et demi plutôt.

Entre leur plateforme et le conteneur en tissu suspendu, il y avait une certaine distance, certes étroite, mais aussi un vide de plus d’un mètre entre les deux, sans renfoncement, sans relief, sans rien pour s’accrocher et se maintenir le temps de l’en décrocher. Le pied posé au mauvais endroit, un équilibre mal ajusté, et c’était la chute. Ils avaient été épargnés de la première, mais à l’instar du Caporal gisant toujours là, en bas, au bord de la cavité inondée, trois fois rien pouvait changer la donne, du tout au tout. C’était pourtant un risque pour un autre : sans le contenu de ce sac, la couverture de survie, et les quelques allumes feu qui pourrait un temps soit peu les réchauffer, c’était l'hypothermie assurée.

Son regard dériva sur la paroi contre laquelle leur plateforme était soudée, irrégulière, clairsemée de ces dents pointues de calcaire qui s’élevait vers les hauteurs. La roche était lisse, le tout arrondi, formée par l’accumulation d’une eau. La prise était risquée, et il n’était pas bien sûr que la solidité du tout. Une lui sembla néanmoins un peu plus large que les autres, mais un peu plus éloignée, ce qui leur ferait perdre de trop précieux centimètres pour atteindre leur butin. Toujours dans un silence pensif, et calculateur, alternant entre le vide, l’accroche et le sac, il finit par se retourner vers Chenoa, inspirant brièvement avant de prononcer quelques mots d’un ton assuré.

« J’vais avoir besoin de ta ceinture. » La sienne ? Il l’avait ôté avant de se glisser dans la crevasse qui lui avait coûté une belle blessure au bras, et n’avait pas vraiment pensé qu’il pourrait en avoir besoin ensuite.

Chenoa s’était terrée dans le silence elle aussi. Observatrice, ses yeux perçants calculaient le meilleur chemin pour rejoindre ce sac suspendu. La paroie ne présentait pas de prises évidentes, mais peut-être qu’elles n’étaient pas bien visibles. La lumière n’était pas très bonne, et la roche luisante et grise semblait sans défauts. Cependant, l’amérindienne ne s’avouait pas vaincue. Ils n’avaient pas grimpé jusqu’ici pour des prunes… Et encore, personne n’avait parlé de la descente, à moins qu’ils ne se décident à rester sur ce promontoir jusqu’à l’arrivée des secours. Mais chaque chose en son temps.

Instinctivement, elle avait placé ses bras autour de son buste, sans prendre conscience vraiment qu’elle avait froid. Cette sensation s’imposa à elle quand elle bougea un peu et que la veste se colla à sa peau, glacée. Il fallait faire quelque chose, car elle ne donnait pas cher de leur peau en l’état actuel des choses. Shaun était en t-shirt en plus… Il semblait certes un peu plus gras qu’elle, mais c’était relatif à ce niveau-là !

Cette pensée l’amusa, alors qu’elle croisait son regard maintenant qu’il se retournait vers elle pour lui demander sa ceinture.

« Ok. » dit-elle simplement en défaisant la boucle et en tirant sur le côté qui était justement pourvu de la boucle pour la faire coulisser dans les encoches de son pantalon et l’en libérer. Elle sentit ce dernier se relâcher, mais il ne glissa heureusement pas. Elle allait juste devoir le remonter plus régulièrement, ce n’était pas bien grave.

« Tu as une idée ? » demanda-t-elle en lui tendant la ceinture en cuir, avant d’observer la paroie. « Parce que je ne vois que la solution de se rapprocher comme on peut et d’essayer de l’attraper… comme on peut. » Elle se gratta la tête. « Pas très élaboré je sais. Tu veux le faire tomber avec la ceinture comme avec un lasso ? » demanda-t-elle enfin, lui laissant l’opportunité de répondre.

« Non. » laissa t-il échapper, le plus simplement du monde, s'interrompant à ce seul mot comme s’il suffisait pour conclure la conversation.

Shaun s’était emparré de la ceinture avec une énergie retrouver, son souffle distillant de plus en plus de vapeur qui remontait en volute épaisse, sentant les tremblement de sa mâchoire inférieure à commencer à le saisir, le forçant à étirer sa dentition comme un bâillement retenu, secouant la tête après ça. Il s’était approché du ciblé pic de roche qui s'élevait en pointe devant lui, tout en passant la sangle de cuir dans sa propre boucle jusqu’à en former un cercle assez large.

« J’ai pas assez de pur sang yankee du sud pour m’essayer à cette technique. Et puis, honnêtement, ça ne serait pas assez spectaculaire. »
« Tant que le spectacle ne consiste pas à finir éclaté en bas... » commenta Chenoa tout en se frictionnant les flancs.

Il se hissa assez haut en se collant à la paroie pour aller passer sa boucle de cuir autour de l’épaisse stalagmite, la laissant ainsi redescendre. D’un geste sec de la main, il tira sur la sangle pour en tester la solidité, soufflant un peu plus largement au constat que rien ne bougeait.

« L’idée… c’est que je vais te pencher au-dessus du vide, assez proche pour que tu déloges le sac. Je me servirais de cette accroche pour faire contrepoids, et tu n’auras plus qu’à prier que mon bras de ne détache pas trop vite. » termina t-il sur un ton ironique, rehaussant ses deux sourcils simultanément. « Alors, t’en dis quoi, Timber ? C’est assez bourrin pour toi ? »

Il fit un tour de ceinture de cuir autour de sa senestre, resserrant l’ensemble jusqu’à ce qu’un crissement de matière soit légèrement audible, comprimant sa peau au passage.


(c) AMIANTE



Shaun Kelly
#006633

C'est du fond de la caverne que nait l'espoir - pv Shaun - Page 2 Shaun
DC : Aidan Foster

Revenir en haut Aller en bas

Chenoa Penikett
Sous Lieutenant
Pilote F302
Bannière perso (image 901x180px) : C'est du fond de la caverne que nait l'espoir - pv Shaun - Page 2 7foc
√ Arrivée le : 13/06/2018
√ Nationalité : Américaine

√ Gène : ATA
√ Messages : 212
√ Localisation : Entre le Dédale & Atlantis

Mar 29 Juin - 11:36

Chenoa Penikett
C'est du fond de la caverne que nait l'espoir
feat Shaun & Chenoa



Elle l’observait faire son petit montage tout en écoutant ses explications. La ceinture qui ferait office de sangle leur donnerait un peu d’allonge, en espérant qu’elle soit suffisante pour pouvoir atteindre l’objectif. Ça va qu’elle était plutôt grande. Scott l’appelait la grande gigue, ce n’était pas pour rien.
Ce serait un numéro d’équilibriste, mais elle se sentait d’attaque, et elle voulait surtout bouger, pour chauffer, car le froid la rattrapait sévèrement et elle sentait qu’elle accusait le coup. Bientôt, ça allait taper dans ses forces.
Elle espérait également que la ceinture réglementaire était plutôt solide pour pouvoir les supporter tous les deux. Pour un pantalon de pilote, il fallait du costaud non ? Elle pariait là-dessus, de toute façon, ils n’avaient pas trop le choix.

La jeune femme lui adressa un sourire amusé et secoua la tête :
« Toujours dans la compétition à ce que je vois. » Elle haussa des épaules : « Tu as un surnom dans l’armée ou je dois t’en trouver un ? Parce que je commence à avoir des idées. » dit-elle en tendant sa main pour prendre la sienne. Shaun s’en saisit d’une poigne ferme, encerclant ses doigts épais autour de son maigre poignet pour une prise bien plus solide et ferme.
« Certains m'appelaient Sky, mais on peut pas dire qu’ils s’étaient beaucoup foulés. » laissa t-il entendre en plantant son gris d’acier aussi directif que possible dans les yeux de son binôme de galère, avant de continuer. « Mais j’suis curieux de connaître tes idées à mon sujet. »
« Pourquoi Sky ? » demanda d’abord Chenoa en soutenant son regard, tout en verrouillant sa poigne qui se voulait ferme sur le poignet de son vis-à-vis.
« Shaun Kelly. S.K.Y. J’l’avais dis. Ils ne se sont pas beaucoup foulés. Un peu trop terre à terre si tu veux mon avis, pour un mec du ciel. Faut croire que je règne sur les deux royaumes. » laissa-t-il filer en réhaussant les deux sourcils simultanément, avant de continuer en baissant le ton, davantage sur la confidence. « Et prétentieux avec ça. »
« Un mec du ciel ? A part le vol plané que tu viens de faire pour arriver dans c’trou, j’ai pas l’impression que tu sois très aérien comme mec. Mais prétentieux ouais, ça je te l’accorde. » fit elle avec un rictus amusé et d’ajouter parce qu’elle aimait bien parler : « SKY, c’est quand même plus un acronyme qu’un surnom. Je te dirai quand on s’ra rentré celui que je te donne. J’ai besoin encore d’affiner. »

Elle lui glissa un sourire entendu. Elle était surtout nulle à chier pour filer des surnoms et Cross se foutait souvent de sa gueule. Seulement, elle n’avait pas peur de se lancer. Le ridicule ne tue pas, et elle appliquait cette maxime à outrance, sans vraiment s’en rendre compte. Elle était juste… naturelle.

« Banco. Et on verra s’il correspond à mon véritable surnom. »
Elle tira un peu sur son bras sans délicatesse quitte à le secouer un peu, avec un sourire narquois : « On dirait qu’il tombera pas aujourd’hui, alors si je me ramasse la gueule en bas, je considérerai que c’est purement de ta faute et que tu as eu une faiblesse. » balança-t-elle en s’approchant du bord, manifestement prête à tenter le coup pour attraper ce fichu sac de toile.

Elle se tourna une dernière fois vers lui pour le pointer du doigt avec un air parfaitement sérieux et fermé : « Et personne n’a envie d’être hanté par la fille du Coyote, crois-moi. »

Mais, comme c’était Chenoa, elle ne parvint pas à garder son sérieux et elle rigola un peu. Elle était bonne publique, et il lui était impossible de faire une blague en essayant de faire penser qu’elle n’en faisait pas une. On la grillait assez vite.

(c) AMIANTE



C'est du fond de la caverne que nait l'espoir - pv Shaun - Page 2 Cc597010
DC : Erin Steele ; Pedge Allen ; Warren Butler

Revenir en haut Aller en bas

Shaun Kelly
Lieutenant
Bannière perso (image 901x180px) : Rangers lead the way!
√ Arrivée le : 25/08/2020
√ Date de naissance : 25/12/1981
√ Nationalité : Américain

√ Age : 39
√ Messages : 135
√ Localisation : Cité d'Atlantis

Liste de vos DC : Aidan Foster

Mer 30 Juin - 11:31

Shaun Kelly
C'est du fond de la caverne que nait l'espoir
feat Shaun & Chenoa


Il avait grondé et grimacé à son geste brusque à l’égard de son bras, sa mâchoire s’étirant pour en marquer la rudesse tandis qu’au même instant, sur ses lèvres germaient une certaine forme de sourire qui força un souffle à la fois rieur et grognant à en émerger, comme un savant mélange d’amusement et d’agacement que son geste et ses propos avaient fait naître. Dans sa main gauche, la ceinture qui formait une sangle autour de sa main se tendit un peu plus, alors qu’il escortait l’avancement de Chenoa sur le bord, voir davantage, imposant sa stature presque comme une menace juste à côté d’elle.

« On a déjà dû te dire que c’était pas malin de provoquer celui qui avait ta vie entre ses mains. J’hésite entre blâmer ton impudence ou féliciter ta témérité, mais on va se contenter de mesurer cette fameuse faiblesse quand t’auras tes cinquante kilos suspendu au vide. » Il se rapprocha un peu plus d’elle, rigidifiant sa main qui gardait le poignet de la pilote captif et solidement ancré pour la repousser d’un même geste, assez lentement.
« La fille du Coyote ne m’impressionne pas encore assez pour que j’en ai peur. »

Il avait glissé ces derniers mots sur une tonalité plus basse, continuant de sa main rigide à la repousser vers le rebord. Il avait calé l’un de ses pieds, celui d’appui contre la chaussure de Chenoa pour qu’elle s’en serve comme appui. Il la laissait y aller doucement, retenant sa descente. Les muscles de ses bras se gonflaient à la tension qui se faisait de plus en plus grandissante à mesure qu’il continuait de la faire pencher, détendant son bras. Il gardait son regard rivé sur ce qu’il faisait, sur la descente progressive qu’il donnait au corps de la pilote qu’il espérait le plus tendue possible. C’était un véritable numéro d’équilibriste où le moindre dérapage, la moindre hésitation, le moindre doute, pouvait tout faire basculer.

« On me l’a déjà dit, mais j’ai la tête dure. Mon copilote essaie d’y faire entrer des choses depuis un moment maintenant, mais il n’y arrive toujours pas ! » blagua-t-elle.
« C’est parce qu’il y met pas vraiment du sien. »

Son bras arrière était finalement entièrement tendu et il avait encore une légère marge, très légère, sur celui avant. La pression de la contraction avait fait jaillir de nouveau quelques perles de sang qui s'étiraient longuement le long de son bras en tension, même si le plus gros était jugulé par la bande d’appoint apposée serrée, celle-ci se marquant d’ailleurs d’une auréole rougeâtre. Il en avait perdu tout amusement placé à sa provocation, concentré autant que possible à l’effort qu’il fournissait, car, littéralement, il maintenait la vie de la femme à bout de bras.

« Tu tiens le choc ? » demanda-t-elle au bout de quelques instant maintenant qu’elle était bien suspendue dans le vide.

Son bras faisait un petit angle au niveau de son coude, signe qu’elle se tenait avec ses biceps pour ne pas se laisser complètement tomber. C’était une sécurité, dans le sens où en agissant de cette façon, elle conservait un semblant de force dans son bras, et donc, une illusion de contrôle. Cependant, c’était peu ou prou ce qui manquait pour atteindre le sac maintenant qu’elle était bien suspendue.

Ce qui ne l’empêcha pas d’ajouter : « Parce que je n’ai pas démenti pour mes cinquante kilo mais c’est possible que j’en fasse un poil plus aussi. » dit-elle en se dévissant le cou pour essayer de situer le sac et de l’approcher selon un angle plus optimisé.
« J’confirme… .»


(c) AMIANTE



Shaun Kelly
#006633

C'est du fond de la caverne que nait l'espoir - pv Shaun - Page 2 Shaun
DC : Aidan Foster

Revenir en haut Aller en bas

Chenoa Penikett
Sous Lieutenant
Pilote F302
Bannière perso (image 901x180px) : C'est du fond de la caverne que nait l'espoir - pv Shaun - Page 2 7foc
√ Arrivée le : 13/06/2018
√ Nationalité : Américaine

√ Gène : ATA
√ Messages : 212
√ Localisation : Entre le Dédale & Atlantis

Ven 2 Juil - 9:38

Chenoa Penikett
C'est du fond de la caverne que nait l'espoir
feat Shaun & Chenoa


Son poids d’un côté, l’attache de l’autre. Les bras de Shaun étaient tendus comme un supplicié qu’on écartelait, mais avec cette résistance visible à la contraction bombée de ces derniers qui redoublait d’effort. Il restait concentré sur le contrôle qu’il exerçait à sa descente jusqu’à atteindre le point de blocage. S’il allait davantage plus bas, il n’aurait plus l’amorce nécessaire pour la ramener ensuite.

Rien à faire, elle allait devoir s’abandonner totalement pour pouvoir grappiller quelques millimètres, voire quelques centimètres, afin d’attraper ce fichu sac. Il n’aurait pas pu tomber avec eux ? Vraiment, il fallait que tout soit compliqué dans cette affaire !

« Je vais me détendre un peu plus pour jouer sur l’élasticité de mes articulations. Je vais ptet peser un peu plus, alors attention. »

Elle attendit un assentiment, qui se manifesta par un « Ok » à peine relâché dans un souffle, avant d’inspirer, et de relâcher ce bras qu’elle tenait légèrement plié pour se donner de la consistance et de la force. Elle sentit son centre de gravité basculer encore un peu, tandis que son bras tenait le poignet du lieutenant, non plus par le muscle, mais par les os. C’était purement mécanique.

Ses ongles éraflèrent la hanse du sac, mais ne parvinrent pas à l’attraper complètement. Elle pesta un peu, s’étirant encore un peu du mieux qu’elle pouvait. Elle grogna, jura, parla même un peu Navajo pour s’encourager et finalement, elle parvint à glisser son majeur sous la hanse. Cependant, elle n’avait pas assez de force pour la soulever et la décrocher. A force de grappiller et de tirer sur le bras de Shaun, elle réussit l’exploit d’en glisser un deuxième et cette fois, elle parvint à la basculer.

Seulement, à force de se tendre, son pied ripa sur la pierre humide à l’instant même où la paroie se mit à trembler à nouveau après quelques légers frottements. Dans un cri strident, elle lâcha le sac mais pas le poignet de l’officier qui se retrouva à faire office de pivot, d’axe sur lequel elle glissa pour venir heurter durement la paroi, n’offrant définitivement plus aucun soutien pour compenser son poids, comme elle pouvait le faire avec ses pieds en se maintenant le long de la roche.

Elle n’avait pas eu le temps de se protéger du choc réellement, et son front heurta douloureusement un morceau du relief qui lui entama la peau, tandis que ses genoux s’étaient instinctivement repliés pour encaisser le reste du choc. Quant à sa main libre, elle avait battu l’air férocement pour se refermer sur une aspérité rocheuse saillante, laquelle lui écorcha la moitié des doigts et lui retourna quelques ongles. La douleur était là, mais elle ne remplaçait pas encore l’adrénaline de la chute et la volonté de vivre de l’amérindienne qui avait verrouillé plus encore sa poigne dans le bras de Shaun, en y plantant définitivement ses ongles dans son derme.

« Putain… putain… » marmonait-elle en essayant de retrouver un semblant d’équilibre avec ses pieds pour se stabiliser, tandis qu’elle sentait du sang couler depuis son front vers son oeil droit. Ça allait bientôt piquer. Le sac était tombé sur le corps du soldat qu’ils avaient repêché, et elle espérait ne pas suivre le même trajet.

(c) AMIANTE



C'est du fond de la caverne que nait l'espoir - pv Shaun - Page 2 Cc597010
DC : Erin Steele ; Pedge Allen ; Warren Butler

Revenir en haut Aller en bas

Shaun Kelly
Lieutenant
Bannière perso (image 901x180px) : Rangers lead the way!
√ Arrivée le : 25/08/2020
√ Date de naissance : 25/12/1981
√ Nationalité : Américain

√ Age : 39
√ Messages : 135
√ Localisation : Cité d'Atlantis

Liste de vos DC : Aidan Foster

Sam 3 Juil - 21:53

Shaun Kelly
C'est du fond de la caverne que nait l'espoir
feat Shaun & Chenoa


Shaun avait accusé le coup un peu par surprise. La vérité c’est qu’il n’avait pu avoir d’autre réflexe que de resserrer l’accroche de sa main au poignet de la pilote, pour pallier à la brusque charge qu’allait exercer son corps se relâchant d’un seul coup dans la chute pour s'alourdir aussitôt. Il s’était affaissé sur ses appuis pour accompagner sa bascule, gardant l’emprise sur la ceinture de son autre main, ce qui brutalisa ses articulations. Il en relâcha un long et sourd grondement, poussé sur plusieurs secondes et relancé par les ongles qui s’enfonçaient dans sa peau comme des serres de rapace.

Sa posture permit à Chenoa d’éviter quelques éboulements supplémentaires qui roulèrent le long de la paroi, s’échappant au contrebas en suivant le chemin que le sac avait emprunté. De la menue caillasse, pas de quoi en faire tout un plat, mais qui n’augurait rien de bon. En revanche, il avait sentit tout le corps de la femme s’écraser contre la roche, que les propres jurons ne pouvaient que renforcer la certitude qu’elle avait morflé.

Il s’était finalement retrouvé, emporté par la chute, un genou à terre. Son bras qui se tendait en arrière avait un angle plus que désagréable à tenir, déployé un peu trop haut par rapport à sa posture. La prise sur la ceinture était tellement serrée qu’elle en comprimait sa peau, la pinçant si fortement qu’elle en laissa ses marques, les bords sciant un peu plus son épiderme. De l’autre côté, son avant bras reposait contre la roche aux bords adoucit, bien que douloureux, forçant sur l’os à cette hauteur-ci.

Il avait beau être un adepte des salles de sport, consacrant plusieurs heures par semaine à l’entretien de sa forme et de sa masse musculaire par l’usage de diverses machines, de sa force aussi brute que sèche, mais les conditions dans lesquelles il usait de celle-ci en l’instant rendait son application terriblement douloureuse. Les raclements contre la roche se firent à nouveau entendre, de plus en plus distinctifs, résonnant presque maintenant contre les paroies.

« Hey... » Il y eut cette voix, atténuée, distante, étouffée, qui se fit entendre vers les hauteurs. « Vous m’entendez ?! ». Un nouveau raclement leur parvint, entraînant une nouvelle chute de rochers de leur côté, les gravats roulant, frôlant la pilote juste en dessous.
« TOUCHEZ PLUS A RIEN ! » Hurla brusquement Shaun d’une voix assez grave et portée, transcendée par l’effort.
« Lieutenant ! On est … coincé. On est coincé avec Hooper. Y’a pas d’accès. Il faut qu’on sorte. » La voix était sensiblement paniquée, comme si on venait de lui ôter un espoir de se libérer.
« TOUCHEZ À RIEN BANDE D’ABRUTIS VOUS ALLEZ NOUS FAIRE TOMBER LA MONTAGNE SUR LA GUEULE !! » gueula Chenoa au bord de la panique qui n’avait pas envie de sentir la roche trembler sous elle alors qu’elle était déjà dans une posture délicate.

La tension devenait trop forte pour Shaun. Les douleurs musculaires trop intenses, sans parler de sa blessure que le tissu n’avait pas réussi à garder fermée sous l’effort, laissant sur le biceps du militaire trois stries rouge se dessiner. Il n’avait plus le choix. Si Shaun ne mettait pas les deux mains à la soutenir pour la tirer de là, il ne parviendrait jamais à la hisser sur le promontoire.

« Tend moi l’autre main ! »

Il inspira longuement à plusieurs reprises avant de délier sa prise qui maintenait la ceinture, la relâchant brusquement. D’un même temps, il se jeta littéralement au sol, entraînant quelques centimètres supplémentaires de perdue pour Chenoa qu’il maintenait à bout de bras, tout en envoyant son autre main tenter de crocheter celle qu’elle lui tendait en une prise croisée. Il avait écarté ses jambes pour s’assurer une prise au sol la plus stable et lourde possible, pour ne pas se faire entrainer par la femme par dessus bord.


(c) AMIANTE



Shaun Kelly
#006633

C'est du fond de la caverne que nait l'espoir - pv Shaun - Page 2 Shaun
DC : Aidan Foster

Revenir en haut Aller en bas

Chenoa Penikett
Sous Lieutenant
Pilote F302
Bannière perso (image 901x180px) : C'est du fond de la caverne que nait l'espoir - pv Shaun - Page 2 7foc
√ Arrivée le : 13/06/2018
√ Nationalité : Américaine

√ Gène : ATA
√ Messages : 212
√ Localisation : Entre le Dédale & Atlantis

Lun 5 Juil - 14:56

Chenoa Penikett
C'est du fond de la caverne que nait l'espoir
feat Shaun & Chenoa


Chenoa ne put s’empêcher de gueuler en sentant qu’elle descendait de nouveau et qu’elle ne put rien y faire par sa pseudo prise sur la roche. Ses jambes grattèrent la paroi dans l’espoir de se raccrocher futilement à quelque chose, mais à part faire tomber des gravats en bas, elle ne fit rien de plus. Elle lança cependant sa main vers le Lieutenant pour essayer d'agripper sa deuxième main qu’elle voyait tendu devant elle. Par un effort de volonté et par une tension musculaire extrême, elle parvint à gratter quelques centimètres pour lui attraper le bras. Pour se faire, elle avait dû se hisser en tirant sur le membre du lieutenant qui la soutenait encore, mais il serait vite soulagé dès que leur deux mains se verrouillèrent. La prise était bancale, mais la situation ne permettait pas des ajustements trop conséquents non plus sous peine que les doigts ne ripent et que le brutal changement de pression dans un bras ou dans l’autre n’entraîne une chute fatale par un relâchement soudain.

Parallèlement, elle sentit sa rangers se poser sur un petit accroc rocher plus ferme, ce qui lui assura un peu de stabilité.

« Je perds mon pantalon ! » dit-elle en sentant qu’il glissait légèrement sans sa ceinture. C’était complètement inutile comme information, mais ça lui semblait important à elle là tout de suite. Ou alors, c’était nerveux.

Ainsi posté, Shaun avait une vue assez directe sur elle. Les pointes de ses rangers tentaient frénétiquement de conserver une accroche sur le sol rocheux pour se faire le plus lourd possible. Il resta brièvement immobile, de ses deux mains accrochant les bras de la pilote afin de s’assurer que l’ensemble était solide et stable. Son bras blessé tremblait sensiblement, ce qui le rendait un peu plus faible que l’autre, d’autant plus qu’il ne s’agissait pas d’ordinaire de son bras le plus fort. Les traînées de sang continuèrent leur chemin sur sa peau humide jusqu’à atteindre les doigts de Chenoa qui s’y accrochait solidement. A sa remarque, il ne put retenir un souffle rieur assez nerveux également, assez pris au dépourvu par la remarque alors qu’il cherchait à être le plus concentré possible.

« Merci de m’donner... motivation... à te faire remonter au plus vite. » souffla t-il d’une réponse entrecoupées de quelques grondements d’effort. « Ok… on y va...»

Il essaya de tirer sur ses bras de manière simultanée, espérant qu’elle s’en serve comme soutien pour qu’elle le soulage par l’effort de ses jambes. Son corps, lui, restait le plus immobile possible. Il n’y avait personne pour l’ancrer au sol à maintenir ses jambes, ce qui rendait d’autant plus périlleux l’exercice.

« Lieutenant ! Il faut ouvrir un passage ! » continua de harceler la voix en panique derrière son monticule de roche.

Mais Shaun était bien trop crispé, son visage si contracté qu’il se voilait d’un rouge sombre, pour parvenir à y répondre, bien plus occupé à gronder sourdement.

« M’fait pas rire... bordel. » grogna Chenoa en essayant de participer à l’effort en accrochant la paroie avec ses rangers.

Quand il tira, elle profita de sa prise du bout du pied pour pousser sur ses jambes, ce qui leur fit gagner quelques centimètres, tous précieux autant qu’ils sont. Elle s’était décidée à ignorer les suppliques des types enfermés pour ne pas s’énerver, même si elle rêvait de gueuler un bon coup. C’était surtout le stress qui parlait, parce qu’en soit, elle n’avait rien contre eux, et surtout, elle pouvait comprendre la panique dans laquelle il se trouvait.

« Ok… Encore un effort, et je pourrai accrocher le bord. » dit-elle à bout de souffle. « J’ai une prise sous ma chaussure, je vais pouvoir t’aider encore une fois. » l’informa-t-elle en grimaçant. Elle avait froid, chaud, elle avait mal, mais pas vraiment. Une chose était certaine, elle avait peur, mais au moins ça mobilisait ses forces dans la bataille.
« Lieutenant ! Vous m’entendez ?! Il faut qu’on ouvre ! On est en train d’étouffer là dedans !! Lieutenant ?! »


(c) AMIANTE



C'est du fond de la caverne que nait l'espoir - pv Shaun - Page 2 Cc597010
DC : Erin Steele ; Pedge Allen ; Warren Butler

Revenir en haut Aller en bas

Shaun Kelly
Lieutenant
Bannière perso (image 901x180px) : Rangers lead the way!
√ Arrivée le : 25/08/2020
√ Date de naissance : 25/12/1981
√ Nationalité : Américain

√ Age : 39
√ Messages : 135
√ Localisation : Cité d'Atlantis

Liste de vos DC : Aidan Foster

Mar 6 Juil - 9:43

Shaun Kelly
C'est du fond de la caverne que nait l'espoir
feat Shaun & Chenoa


La barrière physique était dépassée. Désormais, seul le mental jouait. Ce n’était pas tant la situation qui était difficile, car un tel effort aurait été presque une sinécure en temps normal. Mais l’environnement et tout ce qu’il avait dû faire avant, des efforts à grimper et ramper, à la maintenir en équilibre au-dessus du vide, le corps tremblant du froid qui le saisissait de toutes parts, son froc encore trempé et alourdi d’eau, sa blessure… tout ceci faisait que la limite avait été atteinte. Il se ferma complètement à ce qui pouvait bien se passer autours de lui, ignorant les appels du soldat emmuré, ignorant presque aussi les mots de la pilote qui faisait pourtant de son mieux de son côté. Il avait abaissé sa tête, collant presque son front contre la roche sur laquelle son corps reposait pour transférer une partie de son énergie là où il en avait besoin le plus.

Il gagna quelques centimètres de plus aidé par la poussée de Chenoa, quelques millimètres, et dans une dernière et ultime impulsion que la rage exprima en un grondement d’autant plus féroce il parvint à la hisser à hauteur. Elle pouvait désormais atteindre le rebord avec ses mains, voir même élancer une jambe si elle pouvait pour se faufiler de flanc.

Chenoa dû s’y reprendre à deux fois pour bien verrouiller sa main sur le rebord. Il avait fallu qu’elle accepte de lâcher un des membres de Shaun pour cela, et cela se passait aussi au mental, avec sa farouche volonté de survivre qui la suivait depuis fort longtemps maintenant. Depuis qu’elle était petite en réalité, comme si elle était insufflée par un de ces précieux totems qui guidaient ses pas, tout en les entravant d’épreuves à surmonter. Bref, lâcher la sécurité d’un bras pour de la roche humide ne lui semblait pas une bonne idée, mais c’était la meilleure solution pour avancer un bon coup, surtout que le lieutenant semblait avoir tout donné pour la tirer sur ces quelques derniers centimètres. Elle devait le soulager un maximum.

A la force des bras, elle parvint à faire passer son avant bras et son coude sur l’aplat rocheux, puis à se hisser pour poser son menton. Si elle parvenait à basculer une jambe, elle parviendrait à se hisser pour de bon. La fameuse planche que certains appréhendaient plus qu’autre chose. Elle était plutôt sportive, obligée de s’entretenir pour maintenir sa forme et sa condition de pilote. Mine de rien, assise dans son cockpit, elle prenait aussi des claques dans la gueule et il fallait qu’elle tienne le coup. En plus de ça, elle avait cette petite fierté de faire sombrer Scott avant elle dans les vapes quand elle pilotait. Par principe, elle devait donc être la meilleure et assurer.

Dans un effort qui lui demanda beaucoup, elle lança sa jambe pour crocheter la roche au niveau de ses bras, mais elle ne parvint pas à se hisser vraiment, manquant de punch sur le dernier mouvement, restant à moitié bloqué, menaçant même de se déséquilibrer pour de bon et de basculer à l’enver une nouvelle fois, avec une issue probablement fatale.

Une prise sur l’arrière de son pantalon mit fin au calvaire. Le Lieutenant vint agripper le vêtement de sa main libre, l’autre la maintenant toujours à son bras pour la maintenir en équilibre, sans aucune délicatesse. Il la rabattit donc sur le promontoire, son corps raclant le sol rocheux avant que pris dans l’élan, il ne retombe sur le dos, à bout de souffle en relâchant tout. Le gris de ses yeux fixèrent l’étroite sortie inatteignable loin au-dessus de sa tête, que quelques nuages vinrent occulter, assombrissant un peu plus le gouffre au fond duquel ils se trouvaient. Mais il ne le fixait pas vraiment pour y prêter attention, prenant le temps d’une déconnexion brève pour se remettre de l’effort. Il se demanda un instant s’ils avaient vraiment gagné quelque chose dans l’histoire, et si leurs blessures n’avaient pas réduit leur chance de survie pour un contenu de sac à dos.

Il ne ressentait plus rien en dehors du soulèvement douloureux de sa cage thoracique sous sa respiration lourde, n’entendait plus rien sinon les pulsions de battement de son propre cœur qui tambourinait contre sa tempe. Et pourtant, il y avait à entendre et à sentir, parce qu’un nouveau tremblement fit rouler de nouvelles roches le long de la pente, percutant le flanc du promontoir sans l’atteindre, là où s’était tenu Chenoa juste avant. Ce fut bref, encore une fois, rien de dramatique, mais ça pouvait tomber à tout instant.

« On commence à voir de la lumière ! »

(c) AMIANTE



Shaun Kelly
#006633

C'est du fond de la caverne que nait l'espoir - pv Shaun - Page 2 Shaun
DC : Aidan Foster

Revenir en haut Aller en bas

Chenoa Penikett
Sous Lieutenant
Pilote F302
Bannière perso (image 901x180px) : C'est du fond de la caverne que nait l'espoir - pv Shaun - Page 2 7foc
√ Arrivée le : 13/06/2018
√ Nationalité : Américaine

√ Gène : ATA
√ Messages : 212
√ Localisation : Entre le Dédale & Atlantis

Mar 6 Juil - 10:46

Chenoa Penikett
C'est du fond de la caverne que nait l'espoir
feat Shaun & Chenoa


Ce dernier coup de main lui avait permis de se retrouver, non pas sur le plancher des vaches, mais au moins sur le promontoir rocheux qui était plutôt stable et qui avait le mérite surtout, de la soutenir. Recroquevillée sur le bord où elle avait échoué, elle s’était instinctivement reculée de quelques centimètres pour ne pas risquer d’y être attiré, comme si une force démoniaque aurait pu la pousser dans le dos pour y retourner. Après tous les efforts fournis, cela aurait été bien le comble. Le souffle court, son corps se rappelait à elle par différents signaux douloureux qui commençaient à se manifester ici et là maintenant qu’elle n’était plus focalisée essentiellement sur sa survie.

Elle ignorait pour le moment ces différentes alertes, focalisée sur sa respiration et son cœur qui tambourinait encore. Péniblement, elle se redressa au bout de quelques longues secondes. Et heureusement, car un morceau de roche s’était détachée et avait frappé le rebord où elle était suspendue il y a quelques instants.

Elle se décida à ignorer les commentaires des types en train de creuser. Elle n’avait pas le courage d’élever la voix ou de leur dire de faire attention. Ils essayaient aussi de se sortir de là.

« Merci de m’avoir tiré par le fut’, sans quoi je crois que je le perdais pour de bon. » fit-elle sérieusement, avant de commencer à rire nerveusement, la pression retombant tout doucement, et la frayeur prenant du large. C’était aussi une façon de le remercier de ne pas l’avoir lâché et d’avoir tenu bon.
« Me fait pas regretter... » lâcha-t-il en pivotant sensiblement son visage sur le côté, détachant ses iris de sa contemplation pour se fixer à elle.
« Et puis après Lieut’ ? T’aurai vu mes guiboles. » lança-t-elle en haussant des épaules.
« Sois pas rabat-joie. »
Il grimaça sensiblement alors qu’il tentait de pivoter de flanc, lancé par sa blessure. Le tissu était rouge sale, entourant son biceps. Le nœud avait tenu, c’était presque un miracle.
« Ta tête ? » s’enquit-il à la place, passant son attention sur l’emplacement du choc qu’elle avait reçu.
« Ça pourrait être un de mes surnoms. » blagua-t-elle, avant de se palper le front du bout des doigts. Elle ne put réprimer une petite grimace, comme si elle prenait conscience du coup du bout des doigts et de la douleur qui allait logiquement avec.
« Je ne pense pas que ce soit trop grave, c’est juste que ça saigne fort la tête... » dit-elle sans être certaine cependant. Peut-être qu’il allait falloir des strips ou une connerie comme ça mais pour l’heure, ça attendrait. Elle n’avait rien de spécial pour comprimer. Ses genoux lui faisaient un mal de chien, sans parler de ses doigts assez sensibles pour le coup, surtout aux extrémités.
« J’espère que ça valait le coup ce qu’il y a dans ton sac, car si c’est juste tes slips sales, je te préviens, ça va chier... » finit-elle par dire en écartant les bras derrière elle pour se soutenir en basculant son centre de gravité vers l’arrière justement, afin de se détendre un peu en libérant sa ceinture abdominale. Cela l’aiderait à respirer un peu mieux.

(c) AMIANTE



C'est du fond de la caverne que nait l'espoir - pv Shaun - Page 2 Cc597010
DC : Erin Steele ; Pedge Allen ; Warren Butler

Revenir en haut Aller en bas

Shaun Kelly
Lieutenant
Bannière perso (image 901x180px) : Rangers lead the way!
√ Arrivée le : 25/08/2020
√ Date de naissance : 25/12/1981
√ Nationalité : Américain

√ Age : 39
√ Messages : 135
√ Localisation : Cité d'Atlantis

Liste de vos DC : Aidan Foster

Mar 6 Juil - 15:54

Shaun Kelly
C'est du fond de la caverne que nait l'espoir
feat Shaun & Chenoa


« Méfie-toi Timber. T’as beau être coriace… un choc à la tête avec le froid qui fait, ça peut vite dégénérer. »

Le ton de sa voix était redevenu sérieux, accentuant d’autant plus le froncement de ses sourcils tandis qu’il quittait son attention de la femme pour se porter sur le flanc du gouffre, à la recherche de la hauteur où la voix lui était parvenu.

« Whitworth ?! »
« J’vous entends Lieutenant ! »
« Ecoutez, ne touchez plus à rien ! Plus vous creusez et plus vous faites écrouler de la roche sur nous. Si vous continuez, on se retrouvera enseveli ! »
« On peut pas rester là ! »
La mâchoire de Shaun se contracta sensiblement, les lèvres retroussées alors qu’il se redressait de son bras valide.
« On va venir nous chercher, alors si vous pouvez encore rester là-dedans, ils se chargeront de vous ouvrir un passage en toute sécurité. »

Il ne fallait pas rester là de toute façon. En effet, le froid allait vite devenir problématique et le pire, c’était qu’ils n’allaient pas s’en rendre compte tout de suite. Chenoa avait entendu dire que c’était lorsqu’on arrêtait de trembler que l’hypothermie était déjà installée. Pour le moment, elle n’avait pas de soucis de ce côté-là, elle claquait presque des dents tellement elle tremblait. Le froid revenait la chercher après cet effort qui l’avait poussé dans ses retranchements.

Elle écouta les propos du lieutenant, en restant assise. Elle se promettait intérieurement qu’elle se laissait encore deux minutes, et puis qu’elle se bougerait. Seulement deux minutes.

« Hooper est en train de péter un cable, j’crois qu’il est claustro Lieutenant. Si je n’ouvre pas, il va le faire lui-même ! Il me fait flipper ! » Et comme pour donner un peu de poids à cette déclaration, ils purent entendre très clairement un : « Calme toi bordel de merde !!»

« Tu arrives à situer où ils se trouvent à peu près ? » demanda Chenoa qui ne s’était finalement pas relevée encore.
« J’crois que ça vient de là. A trois mètres encore au-dessus. » Il braqua son index dans la direction supposée, bien que l’obscurité ne permettait pas de donner confirmation à ses dires. « C’est à partir de cette zone que les roches se détachent on dirait … j’pense qu’ils sont dans la zone où on aurait dû atterrir à l’origine, mais l’effondrement les a enfermé et a ouvert cette cavité. » Il descendit son regard vers le contrebas où il percevait la silhouette du corps du Caporal. « On pourra jamais les atteindre. »

La jeune femme avait suivi du regard les explications du Lieutenant. Blasée, elle semblait attendre que ça se passe. « Peut-être qu’on devrait s’éloigner un peu et les laisser creuser… De toute façon, je n’ai pas l’impression qu’on arrivera à les raisonner, surtout si Hooper est claustrophobe. » Elle ne se sentait pas en état de faire de la grimpette pour les rejoindre, quand bien même serait-ce possible. Déjà, l’idée même de devoir redescendre lui semblait improbable et pourtant, leur salut se trouvait dans ce putain de sac qui mettait un certain point d’honneur à se tenir éloigner d’eux.

« Sinon on attend là que les secours arrivent… Devraient plus tarder… » balança-t-elle avec un haussement d’épaule et l’air dépité.
« C’est trop risqué de rester ici. Aller Timber, c’est pas l’moment de lâcher. On va juste crever de froid si on ne chope pas ce sac. Faut que j’sois sûr que c’est vraiment “pas l’genre de la maison”. Ok ? »
Il s’était pivoté vers elle à nouveau, en appui de sa main valide pour s’en rapprocher, fixant son regard sur elle avec une intensité assurée, cherchant à capter la moindre étincelle dans le sien.

Chenoa leva son regard sombre sur lui pour le détailler. Elle ne comprenait pas vraiment ce qu’il voulait dire, certaines expressions lui passant parfois au-dessus de la tête, ou alors elle les déformait.

« Qu’est-ce que tu entends par : “pas le genre de la maison” ? » demanda-t-elle simplement.

De sa dextre qui quitta son appui, Shaun vint porter son pouce et son index à l’effleurement du menton de Chenoa, le portant en arceau pour le déplacer sur le côté, essayant de l’obliger ainsi à tourner sensiblement le visage. Le contact de sa main fut glacé, il commençait à avoir les doigts engourdi par le froid. Il voulait avoir un meilleur visuel de l’impact qu’elle avait subi sur la tête, essayant d’estimer si c’était possiblement plus grave qu’elle ne le prétendait. Néanmoins, il y allait doucement, pour ne pas la brusquer, ayant largement bien noté ses réflexes de défense quand il avait seulement essayé d’approcher sa main de sa veste.

« Tout à l’heure, tu disais que te décourager n’était pas ton genre. La descente sera bien plus facile. On y est presque, ne lâche rien. » confiait-il sur un ton un peu plus encourageant, bien que le froid rendait sa prononciation tremblante.

« Ah… je croyais que j’avais encore dit une connerie, ça m’arrive de mélanger les expressions. » dit elle laconiquement.
Elle ne se leva pas pour autant, au contraire. Elle recula sa tête pour se soustraire et se reculer vers le mur.
« J’ai pas envie de redescendre. On va se rater et se fracasser en bas, c’est tout ce qu’on va gagner. Et pour quoi ? Un sac. Les secours ne vont pas tarder. »
Elle marqua une pause et releva son regard sombre sur le lieutenant.
« J’ai froid putain, et j’ai failli y passer. Les deux autres qui creusent ça me rassure pas. »
Se découvrait-elle un petit côté claustrophobe ? Avait-elle atteint une limite ? Elle qui enfonce portes après portes depuis toute jeune ? Elle était toujours de celle à tirer, même avec Scott alors que là, elle avait juste peur.

L’électrochoc. C’est instinctivement ce à quoi Shaun se mit à penser en voyant l’attitude défaitiste de la pilote qui semblait avoir perdu courage. Il lui fallait un électrochoc, quelque chose qui lui réveille ses instincts primaires, qui réactive son esprit reptilien, qui réanime cette volonté farouche de survivre, quoi qu’il en coûtait, si tant et bien qu’elle l’ai déjà possédé. Après tout, il ne connaissait pas grand-chose d'elle, hormis ce qu’elle s’était évertué à se vanter pendant leur longue et éprouvante ascension. Tout le monde n’était pas fait du même bois que lui, à porter l’espoir aussi infime qu’il soit à bout de bras s’il fallait. Ou peut-être que si, et que le choc reçu à la tête avait été plus violent que pensé. Dans tous les cas, c’était la seule chose qui avait germé, et il n’y avait pas cent milles méthodes d’y parvenir.

« Whitworth ! » se mit-il à gronder assez fortement en se redressant, pointant son regard vers les hauteurs.
« Oui Lieutenant. Vous avez trouvé une solution ? »
« On va vous laisser creuser, mais avant ça, il faut qu’on s’éloigne. Vous avez une corde dans votre matériel ? »
« Le reste de ce que j’ai coupé. Doit y avoir six bons mètres. »
« Essayez d’ouvrir un passage sans trop forcer, juste de quoi faire glisser la corde, je la rattraperais. On va en avoir besoin pour s’éloigner. Ensuite, vous pourrez creuser davantage. Vous êtes plus proche que nous de la sortie alors, y’aura moyen. »
« Ok. Ok ! Hooper, vient m’aider…. Non, non, juste… arrête putain. »

Il jeta un regard rapide vers Chenoa qui restait prostrée avant d’en revenir sur les hauteurs, espérant qu’ils ne fassent pas s’écrouler la montagne sur eux. Il n’avait pas l’intention de mourir comme ça, enterré comme un ver. Il perçu un mouvement, quelques roches supplémentaires tombant encore le long de la façade, un soulèvement de poussière, avant de voir apparaître ce morceau d’espoir qui se faufilait comme un serpent hors de sa tanière, et glissait lentement vers le bas. Leur position était un peu plus haute et plus à droite qu’il ne l’avait jaugé, mais ce n’était pas plus mal. Il n’aurait pas à faire grand effort pour l’atteindre et l’attraper.

« C’est bon, je l’ai ! » affirma-t-il en quasi équilibre sur le bord du promontoire, s’appuyant contre la paroi en tendant le bras davantage vers le vide. Au même instant, le reste de la corde tomba bien plus vite, le forçant à agripper plus fermement ce qu’il avait déjà atteint pour éviter qu’elle ne s’échappe hors de son emprise, et ne suive le même parcours que le sac… juste hors d’atteinte.

(c) AMIANTE



Shaun Kelly
#006633

C'est du fond de la caverne que nait l'espoir - pv Shaun - Page 2 Shaun
DC : Aidan Foster

Revenir en haut Aller en bas

Chenoa Penikett
Sous Lieutenant
Pilote F302
Bannière perso (image 901x180px) : C'est du fond de la caverne que nait l'espoir - pv Shaun - Page 2 7foc
√ Arrivée le : 13/06/2018
√ Nationalité : Américaine

√ Gène : ATA
√ Messages : 212
√ Localisation : Entre le Dédale & Atlantis

Ven 9 Juil - 20:45

Chenoa Penikett
C'est du fond de la caverne que nait l'espoir
feat Shaun & Chenoa


Revigoré par cette nouvelle acquisition, secouant la tête pour évacuer les tremblements qui devenaient de plus en plus incontrôlé, ses lèvres évacuant une buée à chaque souffle, Shaun porta ses mains à ses dernières pour leur redonner un peu de couleur, l’une après l’autre alors que ses pas le ramenait promptement auprès de la femme. Sans ménagement, il l’agrippa par le col de sa veste, la soulevant vers les hauteurs pour qu’elle se redresse, la coinçant aussitôt d’une force mesurée contre la paroi alors qu’il plantait son regard dans le sien. L'électrochoc vint immédiatement après, lorsqu’il força l’accès à ses lèvres des siennes. En l’état, ça n’avait aucune volonté d’un quelconque sentiment, seulement à réveiller ces fameux instincts qui s'étaient cachés quelque part, un peu trop profondément. A réactiver ses mécanismes de défense. Si ce qu’il avait vu de ses gestes qu’elle avait manifesté quand il avait approché sa main était plus réel et tangible que cela, il ne doutait à aucun moment que ça aurait un effet. Quel qu’il soit.

Chenoa déconnectait. Elle n’était même pas certaine de s’intéresser à ce que faisait son collègue. Elle se disait que de rester statique, recroquevillée sur elle-même de cette façon, elle conserverait assez de chaleur jusqu’à l’arrivée des secours. L’ascension lui avait coûté beaucoup en force, et elle avait transpiré pas mal, ce qui se retournait contre elle maintenant. Pourtant, au fond, elle savait qu’elle ne devait pas rester immobile, et qu’elle devait lutter pour retrouver le ciel bleu. Cela ne lui ressemblait pas de rester prostrée à attendre que la mort vienne la chercher ou que quelqu’un se décide pour elle.

L’amérindienne ne devait sa réussite qu’à sa volonté, qu’à son envie de vaincre ses démons, ses peurs, et surtout, à son envie de vivre ses rêves. Avait-elle tout réussi pour ne plus avoir cette ambition ? Était-elle blasée par la vie ? Elle n’en savait fichtrement rien. Son moral était dans ses chaussettes, et c’était surtout le froid qui venait paralyser son métabolisme habitué à la chaleur d’un désert plutôt chaud et sec. La condensation de son souffle ne suffisait pas à réchauffer ses mains qu’elle tenait devant sa bouche, alors que les tremblements se faisaient plus violents.

Là où Scott l’aurait insultée et forcée à bouger, le lieutenant Kelly opta pour une méthode un peu plus invasive qu’elle ne vit pas arriver. Instinctivement, elle se crispa entièrement alors qu’il l’attrapait par le col pour la relever, et ses deux mains se portèrent sur ce poignet qui avait décidé de la malmener. Avant qu’elle n’ait pu protester quoique ce soit avec sa grande gamelle, signe qu’elle commençait à geler sur place pour ne pas réagir au quart de tour, elle se retrouvait plaquée contre la paroi soumise à un baiser qui n’avait pas de sens, mais qui venait l’agresser au plus profond d’elle-même, lui rappelant quelques souvenirs qu’elle peinait à occulter depuis de longues années. Mais guérit-on un jour de ce genre d’acte odieux ? Et voilà qu’il parlait tout en agitant sa corde :

« Va falloir me faire confiance, parce que c’est la seule alternative qu’on a. Soit on bouge, soit on crève. Et personnellement, j’ai encore pas mal de choses à vivre avant d’aller voir comment c’est de l’autre côté. Qu’t’ai décidé d’abandonner, j’en ai rien à foutre, moi, j’t’abandonne pas. Tu vas voir, ça sera un jeu d’enfant. Ça aura l’allure d’un bis repetita mais tu comprendras vite que les cordes et moi, c’est une grande histoire. »

« Tu… Tu dégages avec ta corde oui… Même pas en rêve tu m'accroches avec ça, pas après… Putain mais t’es un malade ou quoi ?! » L’électrochoc était en train de faire son effet et l’amérindienne montait dans les tours au fur et à mesure qu’elle prenait conscience de la faiblesse qu’elle venait de ressentir ainsi relevée, plaquée et embrassée, sans qu’elle ait son mot à dire. Elle se pensait plus forte qu’à l’époque, et elle constatait que non. Alors, cette corde, ce moyen de contention, ce moyen de l’immobiliser pour de bon, elle ne voulait même pas la voir, et encore moins la voir autour de sa taille. Il fallait espérer que Shaun soit solide sur ses appuis, car c’est avec une certaine violence qu’elle le poussa des deux mains en visant sa poitrine comme point d’impact et d’appuis.

Il avait entamé de passer la corde autours de la taille de la jeune femme, avant qu’elle le repousse avec violence. Au même moment, un grondement sourd remonta des entrailles de la terre, sous ses pieds, le sol commençait à s’agiter, comme s’il était soudainement mu d’une volonté bien vivante, comme un animal endormi qui s’éveillait.

Sous l’impact, il recula de quelques pas en arrière, les vibrations déstabilisant son appui tandis que son pied rippa sur le rebord et son genou percuta durement le sol rocailleux du promontoire sur lequel il se trouvait. Il ressentit comme une décharge brutale émanant du point d’impact et remontant comme s’il avait été parcouru d’un vif éclair jusqu’à son épine dorsale, lui arrachant un grondement de circonstance. Réaction logique, il avait obtenu l’effet escompté, à quelques détails près, mais il ne s’était pas attendu à ce que le temps joue contre eux. Ses paupières s’ouvrirent davantage au constat de ce qui semblait s’amorcer, quelques roches entamant leur dégringolade de la pente sur le côté.

Tout en essayant de garder son équilibre d’une main en balancier, il se redressa lourdement en lui tendant l’extrémité de la corde de l’autre, s’exprimant aussitôt d’une voix empressée.

« T’aura tout le loisir de m’en foutre plein la gueule quand on sera en bas. Mais maintenant, tu sautes ! »

Chenoa observa autour d’elle en entendant le grondement. Cela avait le mérite de détourner son attention du jeune homme. L’inquiétude voilà son visage l’espace d’un instant. La montagne était en train de leur tomber sur la tête, et ils étaient fortement exposés là, sur ce promontoire. Son instinct de survie balaya son agressivité qui n’était pas coutumière, et elle attrapa la corde.
« Ouais compte sur moi. » dit-elle en la passant autour d’elle, la verrouillant d’un nœud qui allait la comprimer douloureusement, mais elle ne savait pas mieux faire, et au moins, ça tiendrait. Quelques petites roches dégringolèrent autour d’eux, commençant à disperser un peu de poussière. Une stalactite se décrocha sur leur gauche et alla s’écraser plus bas avec un grand fracas. Tout était en train de se casser la gueule !

Sa confiance s’était déplacée quelque peu mais elle n’avait que Shaun dans l’immédiat et il avait un plan avec sa corde. Il allait certainement la descendre jusqu’en bas. Il suivrait certainement ensuite en accrochant le bout à quelque chose.

Une nouvelle roche s’écrasa très près, trop près, et cela décida Chenoa à se lancer dans le vide. Après l’expérience précédente à bout de bras, elle n’était pas super chaude. Mais l’éboulement achevait de la convaincre. Elle se laissa glisser en s’asseyant, et en basculant sur le ventre pour se laisser tomber, tendant la corde pour de bon. Cette dernière remonta le long de la veste de près, et vint se glisser sous ses bras, les remontant de façon grotesque, tandis que sa poitrine venait de se faire raper douloureusement.

« F’chier... » grogna-t-elle en attendant que ça se passe alors que le monde semblait tomber autour d’elle. Auraient-ils plus de chance de se planquer en bas ? Franchement elle en doutait.

L'exercice était plus facile que de supporter un poids à bout de bras. Il ne s’agissait pas d’empêcher une chute mais de la ralentir, pourtant la douleur surgissait plus insidieusement. Shaun avait passé la corde dans son dos, enroulant cette dernière autour de ses bras pour faire office de poulie, ce qui lui permit de contrôler la descente de la pilote. Ses pieds s’étaient calés au sol le plus stablement possible pour s’empêcher de glisser, ce qui était aussi très sportif, mais le pire venait des frottements, sa peau prenant la teinte de marque rouge à l’instar de brûlure qui serpentait le long de ses avant-bras.

Elle n’était pas loin du bas quand un rocher plus important se décrocha et vint la percuter au niveau de l’épaule. La douleur fut fulgurante, tandis que la corde la faisait se balancer mollement.

« Elle est cassée… elle est cassée…. » gémit-elle au bord des larmes alors que ses pieds touchaient le sol. La corde s’était fortement ressérée autour d’elle et elle galéra à la détacher, surtout que son bras ne répondait plus vraiment.

« J’SUIS DETACHEE !! » gueula-t-elle pour Shaun avant de tituber jusqu’à un mur pour s’appuyer. La douleur ne s'estompait pas, elle pulsait dans tout son bras qui était gourd, lourd, et presque impotent. Elle arrivait à remuer ses doigts, et elle ne semblait pas saigner. Le choc avait dû engourdir son bras pour quelque temps.


(c) AMIANTE



C'est du fond de la caverne que nait l'espoir - pv Shaun - Page 2 Cc597010
DC : Erin Steele ; Pedge Allen ; Warren Butler

Revenir en haut Aller en bas

Shaun Kelly
Lieutenant
Bannière perso (image 901x180px) : Rangers lead the way!
√ Arrivée le : 25/08/2020
√ Date de naissance : 25/12/1981
√ Nationalité : Américain

√ Age : 39
√ Messages : 135
√ Localisation : Cité d'Atlantis

Liste de vos DC : Aidan Foster

Sam 10 Juil - 10:50

Shaun Kelly
C'est du fond de la caverne que nait l'espoir
feat Shaun & Chenoa


Il avait vu la roche tomber, et avait senti dans sa prise un alourdissement brusque et soudain, l’inquiétude marquant brutalement ses traits. Mais il ne pouvait rien faire d’autre que continuer, jusqu’à ce qu’elle touche enfin le sol. Continuer pour qu’elle puisse se mettre en sécurité, s’éloigner de la paroi le plus loin possible dans le fond, jusqu’à ce que le relâchement vienne. Une énorme pierre se détacha du reste dans le grondement et le tremblement incessant, percutant l’avancée de roche à quelques pas de l’officier, effritant brutalement le promontoire où ses jambes étaient en appui et commença à basculer à son tour dans le vide.

Le Ranger en perdit l’équilibre, se jetant de flanc à la recherche d’une prise pour ne pas s’écrouler avec l'amas de pierre qui continuait sa dégringolade. Il y eut un craquement sec, puis un autre. Tant de grondement qui tirèrent un tas d'incertitudes sur l'avenir et le devenir, des tremblements incessant de la roche qui criait son agonie, se tortillant de soubresauts déchaînés qu'aucune volonté ne pourrait réprimer. La terre grondait, insensible à ces fragiles humains qui se débattaient en son antre, subissant la gravité de toute part, son corps maladif se disloquant en de nombreux morceaux. Un plus gros encore s'était détaché de la paroi avant même que le gouffre ne soit rempli de gravats, avant même d’avoir atteint Chenoa qui avait trouvé refuge en contrebas, mettant un terme définitif à cette comédie, comme le claquement d'une porte qui clôturait une querelle.

Une large roche venait de boucher l'étroite cheminée qui avait maintenu possible l'espoir d'une sortie, réduisant la clarté déjà faible des lieux en une profonde noirceur. Le promontoire où les deux officiers s'étaient tenu quelques instants plus tôt, se séparant de la plus odieuse des manières avait disparu sous les décombres, à l'instar de la silhouette de celui qui était resté en arrière. Il régnait désormais un silence apocalyptique, escorté de cette légère lueur luminescente qui s’en était décuplé dans les ténèbres, et offrait plus qu’un semblant de visibilité, projetant ses éclats chatoyants sur toutes les surfaces de la cavité.

Le corps du Caporal Jensen était toujours là, étendue sans plus de conscience des nouvelles difficultés qui venait de s'imposer à ses anciens camarades, comme un gardien protecteur inébranlable de ce sac à dos qui avait trouvé refuge contre lui. Ce dernier avait été épargné, mais à quel prix ?

Là-haut, au cœur même des entrailles de la terre, Shaun avait trouvé son seul refuge dans la crevasse qu'il avait eu tant de mal à traverser. Cet écart solidement taillé dans la roche qui lui avait fait craindre d'être écrasé, venait de lui offrir un répit. Il avait attendu que les derniers mouvements se fassent sentir puis cessent, que la montagne retourne au repos, avant d'ouvrir les yeux pour contempler son état et s'apercevoir que l’obscurité l’entourait, se demandant finalement si la mort ne l’avait pas fauché.

Son corps était comprimé entre deux épaisseurs de pierre qui ne le torturait d'aucun poids. La roche qui l'avait percuté et obligé à lâcher prise, avait laissé sa marque sur sa peau d'un éclat sanglant sur la hauteur de sa cuisse gauche, le mettant encore un peu plus en mal, ce qui rendait sa posture difficile à tenir.

Derrière lui, l'accès s'était bouché, le condamnant à devoir progresser sans avoir aucune foutue idée de la direction qu’il prenait, y allant à tâtons, et espérant parvenir à trouver une sortie. Il put alors pleinement ressentir l'état de stress et de panique que les deux soldats avaient sans doute éprouvés dans leur abri étroit, dans lequel la pilote s’était laissée emporter, c’était désormais son tour. Le premier mouvement lui arracha un grondement sourd. Il peinait à bouger, étendant ses doigts, cherchant ses prises comme l’aveugle qu’il était et les élançant vers l'avant dans l'espoir d'accrocher l'arrête d'un relief saillant pour s'y tirer de toute sa longueur.

Chaque mouvement lui coûtait en énergie et le froid commençait à embrumer son esprit. Les centimètres se gagnaient aux prix de nombreux efforts mais atténuaient d'autant plus les certitudes qu'il avait. Il voulait se démener, tant qu'il était en vie, tant qu'il était conscient, pour atteindre enfin le bout de son tunnel aussi physique que symbolique, murmurant entre ses lèvres fendillées que l'enfer ne pouvait que se traverser. Mais le corps parfois, rendait les armes avant l'heure.

Ses yeux se fermaient, lentement, à ce repos que chaque cellule de son être lui réclamait, ses muscles se contractant d'une dernière énergie pour se conserver du froid, se recroquevillant un maximum possible.

Et puis quelque chose résonna à son esprit, un bruit sourd, celui d'un pas, puis un autre, et encore un autre. Il marquait ses tympans au rythme presque semblable des battements de son cœur, lent et intense, cherchant à redonner vigueur à ce corps léthargique. Ses yeux s'ouvrirent vers l'ouverture de la crevasse qui avait fini par se dessiner au loin, si fine, presque inatteignable, cherchant à savoir qui venait le chercher dans le néant de son abîme. Une lueur verte, brumeuse s’immisça dans l'écart, brillant d'un léger éclat pour mettre en relief le contours sombre d'une paire de jambes flottant dans un pantalon large.

Il eut cette incertitude à cette soudaine apparition, un instant de lucidité improbable où il se demanda si tout ceci était réel, avant de replonger dans les méandres de sa chimère au constat de l'identité que cette apparition dévoilait. La silhouette s'était accroupie pour laisser paraître un visage bien connu. Penché, les deux bras en appui sur ses genoux redressés, le jeune homme l'observait avec un fin sourire qui marquait ses traits, ses cheveux châtain clairs tombant sur ses tempes dans un coiffé que seuls les jeunes de son âge maîtrisait, son regard grisé renvoyant ce mélange acide de compassion sans bienveillance.

« Finn ...? » réussit à articuler la gorge resserrée du soldat, à la tonalité moins grave qu'ordinaire.
« Salut, p'pa. » répondit l'autre dans un écho vibrant sans même ouvrir ses lèvres, comme si le chant de sa voix l'avait atteint non pas par son ouïe, mais par son esprit, résonnant dans les méandres d'un rêve qui semblait l'emporter.

Un esprit qui accepta aussitôt l'évidence, malgré l'impossibilité que ce soit seulement vrai, ne cherchant à ne comprendre ni comment, ni pourquoi, par cet espoir désespéré que ce le soit.

« Alors... c'est ici que tu vas mourir ...? » continua la même voix qui résonnait encore, l'expression du visage de son fils gagnant un peu plus en douceur pour paraître le même jeune homme que Shaun avait gardé gravé dans ses mémoires. Celui bien vivant, qui projetait un jour de suivre les pas de celui qu'il avait érigé en modèle.
« C'était pas... au planning. »
« L'homme prévoit... et Dieu rit. »
« Quel cynisme... c'est pas comme ça que je t'ai élevé. »

En acte presque inconscient, Shaun étendit à nouveau ses bras vers l'avant, à la recherche de nouvelles accroches puis continua sa progression. Plus loin, un léger souffle moqueur s'échappa des narines du jeune homme, dont les fossettes de ses joues se creusèrent davantage sous son sourire, sa tête se secouant lentement.

« L'absence d'un père a dû y jouer pour beaucoup. » Il gagna d'un silence léger pendant lequel l'officier grimaça, touché par ces mots comme une lame insidieuse. « T'as toujours été comme ça, jamais là, jamais certains de savoir où était ta place, comme en cet instant à lutter pour du vent. Ni vivant, ni mort, tu jongles en permanence à la frontière entre les deux dans une vaine lutte pour trouver ton salut. Les Etoiles ne pardonnent pas. Elles se fichent du sort des hommes. »
« Je sais... où est ma place... » il continuait à se traîner, tirant sur le maigre sursaut de force qui lui restait.
« Peut-être que tu devrais laisser tomber, et me rejoindre. Gagner ta vraie place, celle que tu mérites, de l'autre côté. »
« Tu sais... » Il sentait des douleurs nouvelles surpasser les anciennes, de sa peau raclant sur le sol, s'écorchant comme du papier.
« J'suis prêt depuis longtemps à rencontrer Dieu... mais j'crois que c'est lui.... qui est pas prêt à ça. »
« Personne ne t'attend là-bas. Un pion sacrifiable sur la table de l'échiquier. Tu as rejeté les seuls qui t'aient jamais aimé. Tu crois toujours que le monde est à tes pieds et qu'il ne doit répondre qu'à ton contrôle. Mais... ton monde... est vide. »


(c) AMIANTE



Shaun Kelly
#006633

C'est du fond de la caverne que nait l'espoir - pv Shaun - Page 2 Shaun
DC : Aidan Foster

Revenir en haut Aller en bas

Chenoa Penikett
Sous Lieutenant
Pilote F302
Bannière perso (image 901x180px) : C'est du fond de la caverne que nait l'espoir - pv Shaun - Page 2 7foc
√ Arrivée le : 13/06/2018
√ Nationalité : Américaine

√ Gène : ATA
√ Messages : 212
√ Localisation : Entre le Dédale & Atlantis

Mar 13 Juil - 9:01

Chenoa Penikett
C'est du fond de la caverne que nait l'espoir
feat Shaun & Chenoa


Vu d’en bas, c’était l’apocalypse. La lumière vascilla en même temps que la montagne poussait des grondements dantesques. C’étaient dans ce genre de moments que l’humain se sentait insignifiant par rapport à la nature qu’il pensait dompter par son intellect et son comportement adaptatif. N’en déplaise, quand elle décidait de reprendre ses droits, elle ne laissait aucune chance aux parasites qu’ils étaient.
Oui vraiment, elle était bien là haut dans son cockpit. Qu’est-ce qu’elle foutait là ? La corde fut agitée de soubresauts important et bientôt elle tomba aux pieds de Chenoa. Du Lieutenant, aucune trace cependant. Si la corde s’était détachée et qu’il n’avait pas suivi, c’était qu’il était soit écrasé, soit coincé là haut quelque part, et peut-être vivant.

Mais était-ce seulement la corde qu’elle avait senti ? Dans le noir, impossible de distinguer quoique ce soit. Cependant, une clarté était en train de naître, qui trouvait sa source dans l’eau. Le biome luminescent semblait se dévoiler dans l’obscurité la plus totale, irradiant les roches d’une lumière verte, fantomatique, presque spectrale, mais qui suffisait à l'œil pour voir.
Chenoa se baissa pour ramasser ce qui était tombé et c’était bel et bien la corde qui avait servi à la faire descendre. La douleur suintait par tous les pores de sa peau mais elle s’estimait heureuse d'être en vie et elle essayait de relativiser pour de bon. Avant de se pencher vers des problèmes plus immédiats comme le froid et la douleur, elle essaya cependant d’en savoir un peu plus vis à vis de Shaun :

« Shaun ?! Lieutenant ?! Tu m’entends ?!! » brailla t-elle en mettant une de ses mains au niveau de sa bouche pour diriger le son, le regard en l’air de même que la truffe. Mais passé une certaine hauteur, les ténèbres étaient totales.

Elle n’obint aucune réponse. Et dire qu’elle l’avait engueulé avant de descendre. Qu’elle ingrate. Elle aurait dû le voir venir avec ses petites allusions, et au fond, quel mal y avait-il eu ? Il n’avait fait que poser ses lèvres sur les siennes. Peut-être qu’en se montrant taquine, elle lui avait laissé penser que ce serait réciproque. Au pire, une baffe et c’était terminé. Elle n’aurait pas dû monter dans les tours. Il ne pouvait pas savoir qu’elle avait un problème insoluble avec une façon trop directe de s’imposer physiquement.

« Fais chier putain. » grogna-t-elle en se tenant le bras. Elle se déplaça vers le sac et commença à fouiller dedans. Elle était à deux doigts de craquer pour de bon mais son mental tenait bon pour le moment, relancé en mode survie. Ça commençait à faire un moment, les choses en surface allaient évoluer. Cela ne pouvait être autrement. Le site d'entraînement était connu, Atlantis dépêcherait rapidement des secours. Charge à elle de vivre assez longtemps pour ça. Et pour ça, il ne fallait pas qu’elle crève de froid.
Il y avait des vêtements de rechange dans le sac. Ils étaient secs. Si elle était seule, elle pouvait les mettre pour elle non ? Shaun ne répondait pas, il était probablement mort dans l’éboulement. Cette perspective ne l’enchantait vraiment pas mais elle devait maintenant penser à elle.

Elle commença par s’asseoir pour défaire ses chaussures gorgées d’eau, d’une main. Son bras invalide ne fonctionnant pas bien, ou alors s’était terriblement douloureux. D’ailleurs, retirer les rangers ne fut pas une sinécure. Au moins, la douleur avait le mérite de la maintenir en état de veille et de chasser le froid.
Elle se releva pour virer son pantalon. Limite, il faisait meilleur sans les vêtements humides collé sur sa peau, mais c’était relatif. Elle enfila du sec ensuite, avant d’entendre quelque chose… Comme si quelqu’un parlait.

Elle tendit l’oreille un petit peu, essayant de faire cesser le tambourinement de son cœur dans ses oreilles, et de faire taire ses dents qui claquaient encore. Quelqu’un parlait là haut. Elle en était certaine.

« Y A QUELQU’UN ? HE HO JE SUIS EN BAS !! » s’époumona-t-elle, les deux pieds glissés dans ses rangers sans être totalement chaussée.


(c) AMIANTE



C'est du fond de la caverne que nait l'espoir - pv Shaun - Page 2 Cc597010
DC : Erin Steele ; Pedge Allen ; Warren Butler

Revenir en haut Aller en bas

Shaun Kelly
Lieutenant
Bannière perso (image 901x180px) : Rangers lead the way!
√ Arrivée le : 25/08/2020
√ Date de naissance : 25/12/1981
√ Nationalité : Américain

√ Age : 39
√ Messages : 135
√ Localisation : Cité d'Atlantis

Liste de vos DC : Aidan Foster

Mer 14 Juil - 12:07

Shaun Kelly
C'est du fond de la caverne que nait l'espoir
feat Shaun & Chenoa


La voix résonnante, vrillante contre les paroies de la grotte le tira assez brusquement de sa torpeur dans laquelle il s’était laissé surprendre. Il n’avait fermé les paupières qu’une brève seconde, détourné son attention qu’un bref instant, et la silhouette tant familière nimbé d’un halo verdâtre s’était évaporée, comme si elle n’avait jamais existé. Shaun en resta figé, un certain moment, alors que cette vérité s’imposait à lui. Non, elle n’avait jamais existé.

Une douleur plus pernicieuse que toutes les blessures que son corps avait supporté jusqu’ici lui arracha quelque chose au fond de ses entrailles, l’envahissant d’une nouvelle tristesse profonde. Son putain de monde était vraiment… véritablement vide. La voix résonna encore dans sa tête, comme pour le rappeler à la raison, le forçant à redresser le menton. Sans savoir comment, il avait progressé dans son délire, l’entrée de la crevasse se dessinant devant lui, découpée irréellement dans la pénombre.

D'un ultime effort, il retrouva sa liberté, hors de l’oppressante présence de cette roche de toute part. Il s'était laissé glisser sur le léger dénivelé qui marquait la sortit, allongé sur le dos de l'étroite corniche, le thorax se soulevant d'une respiration folle et prit des spasmes d'un rire véritablement nerveux, escorté d’une certaine complainte douloureuse. Il n'y avait plus personne, juste lui et ses angoisses qui torturait son coeur, mais bien vivant.

Le rire fit écho dans la galerie. Chenoa tendit l’oreille, certaine que ce n’était pas le reflet de son imagination. Est-ce que Shaun, ou l’un des deux soldats emprisonnés, étaient encore en vie ? Elle espérait de tout son coeur que oui. Seulement, avec son bras certainement cassé, elle ne pouvait pas grimper pour aider. C’était impossible. Chaque mouvement, chaque déplacement de son corps, lui procurait des vrilles douloureuses dans toute l’épaule, jusqu’à lui transpercer le dos de douleur.

« Hey, j’aimerai entendre la blague qui te fait rire ! » lança-t-elle, à l’écoute. Elle espérait une réponse, un signe, même un silence. Un silence voudrait dire que cette personne l’avait entendue, et qu’il cherchait soit à répondre, soit à écouter. Au pire, elle réessairait de parler par intervalle régulier tout en terminant de s’habiller.

Le rire s’estompa aussitôt, se perdant dans le très bref écho qu’il avait provoqué dans cette grotte étouffante, sans doute à l’entente des mots prononcés. Il y eut un silence qui suivit, aussi assourdissant qu’un brouhaha terrible, qui donnait le ton de l’angoisse ressentie par l’un et par l’autre. Le temps de se remettre les esprits en place, Shaun s’était tourné sur le flanc, prenant appui sur la roche pour se placer de manière à s’offrir l’ouverture de la grotte en contrebas.

La luminescence verdâtre des algues qui vibrait offrait un semblant de visibilité et il dû se rapprocher d’autant plus du bord pour en percevoir quelque chose. Il y avait bien une silhouette mouvante, là-bas, qui s'articulait sous son regard de gestes qu’il avait du mal à suivre, mais qui lui donnait l’assurance de ceci : elle avait survécu. Cela lui tira un souffle long expiré d’entre ses lèvres asséchées par le froid alors qu’il basculait à nouveau sur le dos, son bras non blessé se redressant pour se poser en barrage par-dessus son visage, ne laissant que sa bouche libérée de cette posture. Le froid revenait à contracter ses muscles. S’il ne descendait pas maintenant, il ne serait plus capable de le faire.

« J’me suis dis que tu l’aurais eu mauvaise… si j’y étais passé avant que t’ai pu me gifler… » laissa-t-il entendre finalement après un long moment à avoir gardé le silence.

Le soulagement qu’elle ressentie en entendant la voix de Shaun fut palpable dans l’air. Elle ne broncha pas de sa position, mais son sourire alla en s’élargissant quelque peu, reléguant la douleur en arrière plan tandis qu’elle se sentait plus légère. C’était égoïste, mais ça faisait du bien d’avoir une bonne nouvelle dans tout ce merdier.

« Bien joué sur la diversion, je n’ai plus envie de te gifler. » répliqua-t-elle du tac au tac, avant de lever les yeux vers le “ciel” pour essayer de situer sa position, sans succès. La lumière à son niveau l’empêchait de voir les détails plus haut, même si elle forçait sur ses yeux perçants. Rien à faire, en plissant le nez, en les ouvrant en grand, ou en se concentrant, elle ne voyait strictement rien passée une certaine hauteur, à cause de la luminosité verdâtre qui l’entourait. L’arrière de la tête posé sur la roche, elle conservait cependant son regard vers le haut, tandis qu’elle ajoutait :

« Tu es blessé ? Tu crois que tu peux descendre ? Ou alors tu restes là et on attend ? Pas trop froid ? Les secours ne devraient pas tarder ! » Sa petite succession de questions n’était que le reflet plus ou moins audible de son contentement de le savoir vivant.

Shaun sentait déjà que le moindre de ses mouvements devenait difficile. Ses muscles, ses membres étaient si contractés par le froid, tremblant de toutes parts qu’il devait ardemment lutter pour les faire bouger. Il devait absolument rester éveillé, c’était le seul moyen de ne pas succomber. Ici, à cette hauteur, s’il perdait connaissance, il savait qu’il n’y aurait aucune chance de se réveiller.

« Faut que je descende… avant de n’plus arriver à bouger...»

Descendre devrait s'avérer plus facile que monter, non ? C’était en tout cas l’argument qu’employait son esprit pour lui donner cette dernière volonté avant qu’il ne soit trop tard. Il revint au bord de son promontoire, poussant un souffle assez long garni d’un grincement de dents, tandis qu’il faisait basculer ses jambes dans le vide, cherchant à attendre l’étroite corniche dont il avait souvenir de l’existence à ce niveau-ci.

L’extrémité de ses godasses détrempées touchèrent le rebord recherché, talonnant maintenant un appui avant de faire descendre ses bras. Les blessures qu’il avait de toute part l’handicapaient pas mal dans la manœuvre, mais il n’était pas un Ranger pour rien, fier de son blason, de porter l’onglet que tout homme envahit, signe d’un certain exploit humain. Les meilleurs, disait-on. Les meilleurs.

Alors il continua, pas après pas, grondement après grondement, tordant son esprit pour le pousser à aller au-delà des limites de son corps. Au-delà des douleurs, des doutes, du froid, de la fatigue, pour se conserver du mieux possible. L’avant dernière étape fut la plus pénible, son pied ripa sur une roche instable, obligeant son corps à suivre dans la chute, lui faisant rappeler par le choc de la gravité, à quel point sa masse musculeuse était lourde.

Il roula deux fois sur lui-même avant de s’immobiliser en contrebas, enfin parvenu à l’étage inférieur, immobile sur le dos, le corps perclus d’ecchymoses.


(c) AMIANTE



Shaun Kelly
#006633

C'est du fond de la caverne que nait l'espoir - pv Shaun - Page 2 Shaun
DC : Aidan Foster

Revenir en haut Aller en bas

Chenoa Penikett
Sous Lieutenant
Pilote F302
Bannière perso (image 901x180px) : C'est du fond de la caverne que nait l'espoir - pv Shaun - Page 2 7foc
√ Arrivée le : 13/06/2018
√ Nationalité : Américaine

√ Gène : ATA
√ Messages : 212
√ Localisation : Entre le Dédale & Atlantis

Dim 18 Juil - 12:28

Chenoa Penikett
C'est du fond de la caverne que nait l'espoir
feat Shaun & Chenoa


Chenoa serait bien tentée de l’aider à descendre, mais comment ? Depuis sa position, c’était délicat. Elle se leva, pour essayer de voir un peu mieux par elle-même, et essayer de proposer des pistes. Dans le fond, il avait raison. Il ne fallait pas qu’il reste là haut sinon il allait mourir de froid.
Seulement, elle pouvait tourner le problème dans tous les sens, elle ne trouvait pas de solution. La solution, Shaun la trouva de lui-même. Il se laissa tomber. Un bruit sourd accueillit sa chute. Chenoa l’avait vu tomber dans son champ de vision périphérique avant d’arriver à faire le focus sur lui, étalé par terre.

« Putain… Ca va ? Tu t’es éclaté comme une merde... » commenta-t-elle en approchant. Il était sur le dos, les yeux ouverts. Vivant. Mais dans quel état ?

Il eut envie de rire, mais ça en devenait douloureux. Il avait l’impression d’être une brique étriquée sans aucune liberté de mouvement. Ses épaules fit quelques tressauts, son visage se comprima d’une légère grimace, mais ça ne l’empêcha pas d’en ressentir ce nerveux besoin de se marrer, franchement.


« Bouge pas ok. » lui intima-t-elle en allant chercher le sac. Arrivée là, elle défit la veste avec moults précautions. Son bras était un véritable problème et elle essayait vraiment de ne pas penser aux séquelles à long terme qu’elle pourrait avoir et qui pourrait compromettre sa carrière de pilote. A poil, elle enfila aussi rapidement qu’elle put le t-shirt sec, et elle revint, transpirante de douleur, près de Shaun. Elle posa le sac à côté de lui.

« Faut que tu m’aides, tu peux te soulever qu’on enlève ton t-shirt ? »

« J’dois pouvoir...» laissa-t-il entendre d’une voix un peu plus rauque qu’ordinaire, parlant bassement alors qu’il dérivait son attention de Chenoa pour se caler dans le vide obscure, le temps de sa manœuvre.

Il s’était aidé de son bras non blessé pour se maintenir dessus, en appui sur le coude, essayant tant bien que mal de se dépatouiller pour retirer le fameux vêtement. L’avantage, c’est que le tissu une fois déchiré, ferait un bien meilleur bandage à son chiffon déjà bien regarni de sang à son biceps. Il cherchait à se maintenir pour passer un bras, c’était pas une mince affaire et toute aide serait la bienvenue.

Sur sa peau, même dans la pénombre scintillant de la luminescence verte, les différents hématomes étaient visibles, comme ses écorchures, et griffures sur une bonne partie de son flanc.

« Attend… » Elle ne voulait pas spécialement qu’il l’enlève tout seul, mais au moins qu’il l’aide. Elle avait le bras ankylosé mais à eux d’eux, ça faisait une paire complète non ?
Du coup, elle tira de son côté aussi, mais il fallait reconnaître qu’ils n’étaient pas très raccord tous les deux. Chenoa n’avait pas une patience très élevée, surtout sur ce genre de chose, aussi finit-elle par proposer :
« Bon tu sais quoi, il est flingué ton t-shirt. Tiens le d’un côté, je tire de l’autre, et ça ira bien. Au pire ça servira pour tes plaies. »

Son tee-shirt n’était pas de première fraîcheur, on pouvait le dire. Il était déchiré par endroit, sensiblement, mais suffisamment pour permettre à une bourrine assumée d’en venir à bout. Elle tira dessus avec sa délicatesse légendaire. Une fois qu’elle récupéra le morceau de chiffon, elle lui remit dans les mains.

« Plaque le sur ton bras, je vais essayer de te le nouer pour que tu arrêtes de perdre du sang. Ensuite, tu repasses ta veste, elle devrait être encore chaude. Et après, j’essaie de faire du feu avec les allumes feu pour qu’on se réchauffe un peu. Les secours ne devraient pas tarder à arriver. En dernier recours, tu auras le droit à un câlin. Mais interdit d’essayer de me peloter ou de m’embrasser, vu ? » dit-elle en lui mettant son index sous le nez tout en le toisant.


(c) AMIANTE



C'est du fond de la caverne que nait l'espoir - pv Shaun - Page 2 Cc597010
DC : Erin Steele ; Pedge Allen ; Warren Butler

Revenir en haut Aller en bas

Shaun Kelly
Lieutenant
Bannière perso (image 901x180px) : Rangers lead the way!
√ Arrivée le : 25/08/2020
√ Date de naissance : 25/12/1981
√ Nationalité : Américain

√ Age : 39
√ Messages : 135
√ Localisation : Cité d'Atlantis

Liste de vos DC : Aidan Foster

Lun 19 Juil - 11:18

Shaun Kelly
C'est du fond de la caverne que nait l'espoir
feat Shaun & Chenoa


Il attrapa la boule de tissu déchirée, alors qu’il donnait une petite impulsion à son bras sur lequel il se maintenait pour s’asseoir un peu mieux, présentant son flanc à la pilote. Il déploya le morceau entre ses doigts pour en faire une longueur, tandis qu’il la laissait dénoué l’usagé. Le froid le gagnait d’autant plus, ainsi torse nu, dévoilant bien plus que ses blessures, mais aussi la silhouette taillée dans la roche de son corps athlétique, tout comme plus nettement son propre tatouage, sur la hauteur de son épaule, de l’insigne du 75ième qui était l’une de ses plus grande fierté.

« J’en ai pas l’intention.» dit-il d’un ton uniforme et presque détaché, retenant néanmoins sur la fin le tremblement de sa voix au froid qui l’agitait, ses mouvements de plus en plus saccadés.

Il aura placé le tissu en barrage sur son biceps, patientant qu’elle le noue en bandage.

« J’voulais seulement te faire réagir. J’suis pas un gars qui sait comment parler aux gens. L’action, c’est plus mon domaine. Mais j’t’ai dis que tu craignais rien. Ça vaut toujours. »
« Et du coup quand tu ne sais pas quoi dire et que tu veux faire réagir les gens, tu leur roules une pelle ? » elle exagérait un tantinet, alors qu’elle était en train de nouer le bandage, sans serrer comme une brute cette fois-ci. « Tes soldats doivent t’adorer. » fit-elle ironiquement.

Il souffla une expiration rieuse, qui se contracta sur la fin d’un rappel à l’ordre d’un tel mouvement, l’obligeant à incliner son visage sur le côté en le contractant.

« J’opte en général pour la paire de claques. J’ai hésité.»
« Pourquoi ? » demanda-t-elle de but en blanc en lui tendant la veste une fois le bandage en place.

Lui avouer qu’il avait eu l’intime conviction que ce geste aurait pour elle bien plus de chance de réaction que l’autre, au regard de ce qu’il avait constaté, aurait été des plus maladroits. Quels qu’en soient les causes, sans vouloir s’étendre à ce sujet, elle ne méritait pas qu’on les lui reclaque à la figure. Il haussa sensiblement une épaule, son regard se portant sur la tâche à son bras accompli avant de s'emparer de la veste et essayer d’y glisser un bras.

« Parce que t’avais déjà pris un sacré coup dans la tronche et que ça m’semblait pouvoir être.... » il s’interrompit un instant, sa pensée parasitée par une réflexion fugace, qu’il contraint vers la sortie d’un léger mouvement de tête. « … efficace. J’fais pas ça habituellement, t’en fais pas. Ca sera sans doute la seule et unique fois. »

La jeune femme acquiesça, admettant que ça pouvait se tenir. Malgré tout, ce n’était pas anodin quand même. Elle passa dans son dos pour essayer de l’aider à enfiler la veste en tirant sur la manche de sa main valide, en prenant garde à ce qu’il ne se coince pas non plus, ce qui aurait pour mérite de lui provoquer quelques douleurs supplémentaires, et il semblait quand même en avoir déjà assez bavé comme ça. « J’ai presque le sentiment de devoir te dire merci avec tes explications. » lança-t-elle toujours dans son dos avec une touche d’ironie encore une fois mal dissimulée.

Décidément, elle avait le chic pour lui tirer quelques sourires fugaces. Lui qui en était d’ordinaire si avare que certains prétendaient même qu’il n’en était pas humain. Il la laissa l’aider en y apportant sa touche, articulant ses bras au possible, avant de venir au devant pour fermer complètement la veste. L’apport en chaleur était indéniable, mais sans doute pas suffisant et pour cause, il avait encore le froc si gelé que ses jambes en étaient endolories. Il bascula sa tête sur le côté, pour amorcer de la voir en arrière, ses iris se décalant au maximum pour la deviner dans la périphérie de son regard.

« Traite moi de connard, ça fera l’affaire. » ironisa t-il à son tour, avant d’en revenir vers le sac. « Il reste des vêtements dedans ? »

« Je t’avais dit que je te trouverai un surnom. Connard c’est pas mal. » blagua-t-elle cette fois-ci avec un sourire. D’avoir discuter un peu avait sensiblement désamorcé sa petite colère. « Il reste la deuxième veste, je me suis servie du reste en pensant que… que j’étais plus que la seule survivante. Mais si tu veux, je te rends ton froc, si on se le partage à tour de rôle, ça fera l’affaire. » proposa-t-elle simplement. « Ou alors, enroule tes jambes dans la veste. »

« Si ça peut t’aider à supporter la suite. » répondit-il sans vraiment hésiter dans ses mots à sa trouvaille de surnom, mais continuant d’être tremblant par le froid, ses dents claquant d’autant plus alors qu’il cherchait à desserrer le bouton de son pantalon, les doigts douloureux. « Met la veste. Y’a une couverture de survie, à l’intérieur. Passe la moi et occupes toi du feu. » Il fit une légère pause avant de reprendre. « T’es pas obligé de regarder. »
« Tu ne vas pas me jouer les types vexés quand même ? » demanda-t-elle devant sa réponse tout en fouillant le sac pour en extirper la couverture, et la veste.
« Pas le moins du monde. » lança t-il un peu surpris qu’elle l’ai pensé, n’ayant fait qu’un trait d’humour supplémentaire, quand il évoquait déjà très subtilement la suite.
« Tant mieux. » répondit-elle du tac au tac.

Elle laissa tomber à côté de lui la première et commença à enfiler la seconde en s’aidant de sa bouche pour solliciter le moins possible son bras. Aussi répondit-elle en ayant le tissu entre les dents : « J’vais m’occhuper du feu… Mais chi tu as besoin d’un coup de main, héchite pas, j’ai déjà chanché des couches. » Le plus difficile, c’était de glisser le bras endoloris dans la manche. Au moins, ce petit sport achevait de la réchauffer. Elle poussa une petite exclamation satisfaite quand elle y parvint, avant de se pencher sur le cas du feu. Elle s’était tournée, ayant quand même compris le message malgré sa “délicatesse” candide.

De son côté, Shaun continuait sa manœuvre, finissant dans un grondement sourd à finir par avoir raison des attaches de son pantalon, essayant de se caler un maximum en se tortillant pour arriver à s’extraire du tissu rigide tant il était glacé. Il se retrouva donc sans futal, déchaussé au passage, ayant nagé dans les eaux qui avait imprégné ses godasses, conservant le sous-vêtement qui masquait son bas ventre parce que ça ne lui aurait juste strictement rien apporté de plus de le retirer hormis un malaise supplémentaire.

D’un geste ensuite, il ouvrit le sachet en plastique qui maintenait la couverture de survie de son habillage doré, pour la déployer aussitôt à ses jambes et au reste de son corps, se laissant glisser vers la paroi pour s’y adosser en repos.

« Y’a assez de place pour deux. »
(c) AMIANTE



Shaun Kelly
#006633

C'est du fond de la caverne que nait l'espoir - pv Shaun - Page 2 Shaun
DC : Aidan Foster

Revenir en haut Aller en bas

Chenoa Penikett
Sous Lieutenant
Pilote F302
Bannière perso (image 901x180px) : C'est du fond de la caverne que nait l'espoir - pv Shaun - Page 2 7foc
√ Arrivée le : 13/06/2018
√ Nationalité : Américaine

√ Gène : ATA
√ Messages : 212
√ Localisation : Entre le Dédale & Atlantis

Mar 20 Juil - 11:52

Chenoa Penikett
C'est du fond de la caverne que nait l'espoir
feat Shaun & Chenoa


Chenoa venait de provoquer une petite lueur en allumant les allumes feu. Sans combustible durable, ça ne tiendrait que quelques minutes, et encore… Elle en empila quelques uns pour faire un petit bûcher mais il fallait reconnaître qu’à part de la lumière, et une légère chaleur en y mettant les mains tout près, ça ne dégageait pas grand-chose… si l’on mettait de côté l’odeur pas très agréable.
La jeune femme commençait à avoir soif, et faim. Mais plus encore que ces deux besoins vitaux, celui de chaleur était celui qui la tiraillait le plus. Certes, elle était presque entièrement sèche maintenant, mais il restait néanmoins qu’il ne faisait pas chaud dans cette caverne maudite.
« J’arrive. » dit-elle en venant se glisser du côté de Shaun, en mettant son bras invalide du côté opposé pour qu’elle ne l'appuie pas sur l’épaule de son vis-à-vis afin de ne pas se provoquer de douleur. Elle ramena ses jambes vers elle pour prendre le moins de place possible, et surtout, pour que son propre corps replié ne lui apporte un peu de chaleur sous la couverture de survie.
« T’a de la famille sur Terre ? » demanda-t-elle au bout de quelques secondes, incapable de ne pas faire la discussion. Elle devait avoir un problème avec les silences.

Il avait accueilli sa proximité en soulevant son bras, son bandage de fortune fait d’un vieux tee-shirt déchiré gonflant sensiblement le relief de son biceps sous la veste qu’il avait passé au-dessus. Il n’avait pas l’intention de l’oppresser outre mesure de sa présence, mais autant dire qu’épaule contre épaule n’aider strictement pas à partager une chaleur. Il se souvenait encore de ces exercices chez les Rangers, à les foutre dans une rivière glacée à dix où y’avait plus rien qui comptait autre que la nécessité de trouver une chaleur, forcé d’apprendre que le corps humain en était une des sources les plus accessibles. Alors ils s’étaient tous comprimés, les uns aux autres, sans même penser un seul instant à ce moment-là à plaisanter sur le sujet tant l’esprit et le corps étaient déjà soumis à la nécessité. Oh, ça n’avait rien retiré de l’humour graveleux des collègues une fois sortit de ce merdier, mais ça faisait partie du jeu.

Il la laissa néanmoins choisir. Après son dernier geste, il se doutait qu’elle garderait quand même ses distances vis-à-vis de lui, mais le choix lui appartenait. Il lui fit profiter de la couverture qui se froissa un peu plus, la surface dorée sur le dessus. Son regard resta rivé sur les légères flammes qui s’agitaient très finement juste à côté; profitant de ce temps de repos pour se laisser d’autant plus aller, basculant l’instant d’après sa tête en arrière, ses yeux se fermant enfin sans rien retirer de sa conscience.

« Une femme qui désespère sans doute de pas me trouver pour me foutre ses papiers de divorce en pleine gueule. Une fille. ... » Son souffle marqua un élan supplémentaire, comme s’il avait eu autre chose à rajouter, mais il se ravisa. Sous le couvert, il frotta ses phalanges de mains où étaient tatoués les deux prénoms. « Et toi ? Je risque un poing sur la gueule d’un mari furieux si je survis à tout ça ? »

Si Chenoa avait suivi des classes d’officiers pour être pilote, elle n’en demeurait pas moins une… pilote. Jamais elle n’en avait chié comme une formation d’officier de terrain ou d’homme du rang. La formation comprenait bien sûr le développement d’aptitudes diverses et variées, mais la majeure partie du boulot restait quand même le pilotage et les différentes techniques attenantes. Aussi, ce genre de situation n’était pas vraiment dans ses habitudes.
Malgré ses réticences, et parce qu’elle se gelait, son corps demandait un peu de chaleur. Instinctivement, elle se glissa donc contre le lieutenant en le laissant passer son bras pour élargir la zone de contact. Elle n’avait pas spécialement de crainte étant donné la mise au point de toute à l’heure.
Si Shaun opta pour coller sa tête sur la roche en la rejetant en arrière, l’amérindienne opta pour l’inverse et vint poser son front sur ses mains, qui étaient sous la couverture. Elle ne voulait pas créer de brèche en se penchant de trop et laisser entrer de l’air froid, alors que l’aluminium commençait à tenir leur chaleur respective, tout comme elle ne voulait pas se servir de son bras comme d’appui-tête.

Elle risqua un regard en coin à l’évocation de sa femme et de sa fille, avant de répondre à son tour :
« Non, pas de mari, pas d’enfants. Jamais pris le temps avec ma carrière. » répondit-elle avant d’ajouter : « T’es venu te planquer ici pour éviter le divorce ? » questionna-t-elle sans arrière pensée, juste par intérêt.

(c) AMIANTE



C'est du fond de la caverne que nait l'espoir - pv Shaun - Page 2 Cc597010
DC : Erin Steele ; Pedge Allen ; Warren Butler

Revenir en haut Aller en bas

Shaun Kelly
Lieutenant
Bannière perso (image 901x180px) : Rangers lead the way!
√ Arrivée le : 25/08/2020
√ Date de naissance : 25/12/1981
√ Nationalité : Américain

√ Age : 39
√ Messages : 135
√ Localisation : Cité d'Atlantis

Liste de vos DC : Aidan Foster

Jeu 22 Juil - 10:43

Shaun Kelly
C'est du fond de la caverne que nait l'espoir
feat Shaun & Chenoa


Shaun commença enfin à ressentir les effets glanés par leur chaleur respective maintenu captif de la couverture qui faisait bien son travail. Ils étaient encore loin du sauna étouffant, mais ça avait l’avantage de calmer ses tremblements.
« Ca fait partie des dommages collatéraux. » ironisa t-il d’un souffle des narines, assez détendu pour se laisser aller au jeu de la conversation, quand bien même il restait fort mystérieux sur certains domaines. Ca faisait partie de sa personnalité après tout, et sans le savoir, Chenoa aurait pu se vanter d’en avoir appris plus que n’importe qui sur la cité. « Est-ce qu’il faut toujours une raison précise pour choisir Pégase ? »

« Je vois… Je suis désolée alors. » dit-elle avec un hochement de tête, plutôt sincère comme toujours, et d’ajouter : « Parce que tu vas me dire que tu es venu ici comme ça parce qu’on te l’a demandé ? »

Cette fois, elle avait posé sa joue à plat sur ses mains repliées sur ses genoux et elle observait du côté du Lieutenant. Elle ne tremblait plus, sans dire qu’elle était bien. Son bras lui faisait toujours un mal de chien, et le confort relatif de la pierre sous les fesses n’était pas pour lui faire oublier leur situation délicate.

« Non. » Se contenta t-il en réponse, un léger froncement de dessinant sur son front, entre ses deux sourcils, creusant ses rides du lion de manière un peu plus marquées, sa tête toujours maintenue en arrière contre la roche et le reste de son corps immobile si ce n’était le soulèvement de son thorax à chaque mot. « La fuite était sans doute une bonne hypothèse. »

Voilà aussi pourquoi elle n’avait pas spécialement cherché à avoir un mari et une famille tout en menant sa carrière de pilote. En tant que militaire, elle savait qu’elle allait pas mal voyager et comme elle fut intégrée rapidement dans le programme top secret, c’était d’autant plus flagrant. Enfin, elle pouvait se trouver ce genre d’excuses en tout cas.

« T’espère que ça va s’arranger avec le temps ? Au fond, si tu te sauves déjà, pourquoi ne pas les signer ces papiers ? » fit-elle en l’observant.

Il ouvrit finement ses paupières, gardant son appui sur la roche tout en pivotant sensiblement la tête pour l’avoir dans son champ de vision périphérique, sa question ayant attiré son attention quelques brèves secondes.

« J’en sais rien. » lâcha-t-il après quelques secondes, sur le ton d’un aveu qu’il se faisait davantage à lui-même qu’à elle, revenant à sa posture en laissant l’acier de ses iris se perdre dans le vacillement luminescent qui se reflétait sur la paroi haute de leur caverne. « Ca clôturerait un chapitre. Définitivement. »
« Et comme ça, ça en ouvre un autre. Puis tu sais, c’est pas parce que tu refuses de signer les papiers que de son côté, elle a pas commencé un nouveau chapitre elle aussi. Alors… t’es toujours dans son histoire, mais de toute façon, tu le seras toujours avec ta fille. » observa-t-elle sur le ton de la conversation.
« Elle le mérite. » Il prit un instant de pause, à seulement entendre son propre souffle, avant de continuer. « De tourner la page. »

Il laissa glisser la pointe de sa langue d’un appui certain sur sa lèvre inférieure, retirant la sécheresse du glacé qui s’y était apposé, avant de fermer à nouveau les yeux.

« Pourquoi Pégase ? » lui demanda t-il ensuite.

Chenoa faisait la conversation parce qu’il répondait, en lui faisant part un peu de ce qu’elle aurait fait à sa place. Elle n’avait pas la science infuse ni même la prétention de croire qu’elle savait tout, mais en bon rouleau compresseur qu’elle était, elle avait toujours avancé sans trop chercher à s’attarder sur son passé. Mais au fond, peut-être que c’était aussi une stratégie pour le fuir sans chercher à l’accepter, à l’intégrer, pour avancer plus sereinement. Mais ça, il fallait encore qu’elle se l’avoue.
Elle se contenta d’opiner du chef doucement quand il lui confia que sa femme le méritait. Lui aussi, très certainement. De son point de vue, et avec juste ce qu’il venait de lui dire, cette situation n’était pas très saine. Mais ainsi allait les rapports humains. Qu’est-ce qu’elle était bien dans son cockpit, seule, là haut… Enfin seule. Il avait quand même fallu que le destin lui colle un putain de violeur timbré dans les pattes en guise de copilote. Sacré Coyote !

« Pourquoi Pégase... » répéta-t-elle dans un souffle comme si cette simple répétition renfermée beaucoup de choses, ce qui était le cas au fond. « Y a la version où l’armée m’a proposée et affectée ici sans trop me demander mon avis, parce que j’étais formée sur F-302 et que y avait de la place dans l’escadrille du Dédale. J’aurai pu essayer de refuser, mais je ne l’ai pas fait, à cause de l’autre version. » Elle marqua une petite pause, ordonnant ses pensées. « Moi je pense que ce sont mes ancêtres qui m’amènent ici. » fit-elle avec un petit sourire, s’attendant à se faire chambrer, un peu comme Scott l’aurait fait.

« Ouais… ben ça doit être de sacrés farceurs, tes ancêtres, toi qui cherche les étoiles, à t’avoir foutu au fond de ce trou. » fit-il, en regagnant d’un ton un peu plus léger un temps, alors que sa voix restait aussi grave qu’ordinaire. « Tu espères trouver quoi, là-haut ? Quelles réponses ? » Cette question n’était pour l’homme pas vraiment anodine, aussi ouvrit-il à nouveau les yeux sur elle.

« C’est la faute au Coyote, il aime les blagues. » répondit-elle avec une moue amusée. Manifestement, elle se serait passée de celle-là, de blague. Elle haussa de nouveau des épaules devant les questions, son regard se fixant sur la roche alors qu’elle réfléchissait.
« J’ai déjà trouvé tout ce qu’il me fallait je crois. » finit-elle par dire en reportant son regard sur lui. « C’était un de mes rêves de voler. »

« Tes rêves aussi ont de l’humour, on dirait... » conclut-il en revenant au repos de ses yeux. « Mais maintenant qu’ils sont atteints ? C’est quoi, la suite ? »

« Je te signale qu’on est dans la même galère, alors tu peux te moquer... » fit-elle avec un sourire. « Explorer cette galaxie ! Tu savais que les Navajo ont voyagé au travers de trois mondes avant de s’établir sur Terre ? Peut-être qu’ils sont passés par ici aussi. »

Il dressa un sourcil, dissymétrique de l’autre à sa dernière réflexion, finissant par abandonner l’inconfort de la roche derrière sa tête, son bras gauche simplement posé sur les épaules de la pilote s’articulant d’un très léger mouvement pour ne pas rester trop statique, et changeant de position à ses jambes que l’inconfort, en plus de ses multiples blessures rendaient douloureux.

« Comment tu sais ça ? » questionna t-il d’une curiosité bien réelle en captant son regard, de ses iris tournés vers lui.

« Tu es croyant ? » demanda-t-elle sans bouger de sa position. Elle commençait à être bien, et elle avait peur de faire entrer le froid dans la couverture en bougeant.
« J’ai longtemps cru en l’existence de Dieu. Maintenant, je crois davantage en l’existence de quelque chose qui nous est supérieur, qu’importe le nom qu’on lui donne.»
« Ouaip. Et bien… Tes croyances étaient guidées par des textes, les miennes par une tradition plutôt orale, mais c’est via ces récits que je le sais. Alors, maintenant, à la lumière de tout ce que nous savons aujourd’hui, ce ne serait pas bête de se dire qu’il y a une véritable dimension dans tout ça, et que peut-être, ils sont venus d’ailleurs avant d’arriver ici. Sans que ce ne soit métaphorique, tu vois ? »
« T’auras pas vraiment de mal à me convaincre de ça. J’ai laissé dix années au Stargate Command et à l’exploration d’autres planètes. J’crois que je suis prêt à croire à un putain de sens à la moindre coïncidence. »

Et c’était sans doute pour cette raison que lui-même était partit pousser son exploration plus loin encore. En quête d’un sens.

« Et si t’en trouve un jour la preuve… qu’est-ce que tu ferais ? Ca serait pas insupportable d’avoir à garder ça pour toi sans pouvoir en parler aux tiens ? »
« Les miens le savent déjà, mais ils ne savent pas comment, ni où. Mais ils le savent, tout comme je le sais. Alors non, ce ne sera pas insupportable. J’en serai très heureuse. » dit-elle avec sa franchise et sa spontanéité. « J’suis contente que tu m’traites pas de plouc. » fit-elle en rigolant avant de faire une grimace alors que son épaule se rappelait à elle.
« De plouc ? »

Cette confidence le surprit. Il était évident que c’était pas juste sortie de nul part. Sans doute y avait-elle été confronté, aussi se dit-il qu’il était bien inutile de lui demander pourquoi il le ferait. Elle lui répondrait simplement que d’autre ne s’en était pas gêné.

« J’suppose que t’as du en baver. » pensa t-il à voix haute sur un ton plus sérieux, mais pour ne pas avoir l’air de la plaindre, il changea aussitôt d'intonation, cette fois-ci plus ironique. « D’où le caractère de chien. »
(c) AMIANTE



Shaun Kelly
#006633

C'est du fond de la caverne que nait l'espoir - pv Shaun - Page 2 Shaun
DC : Aidan Foster

Revenir en haut Aller en bas

Chenoa Penikett
Sous Lieutenant
Pilote F302
Bannière perso (image 901x180px) : C'est du fond de la caverne que nait l'espoir - pv Shaun - Page 2 7foc
√ Arrivée le : 13/06/2018
√ Nationalité : Américaine

√ Gène : ATA
√ Messages : 212
√ Localisation : Entre le Dédale & Atlantis

Sam 28 Aoû - 9:16

Chenoa Penikett
C'est du fond de la caverne que nait l'espoir
feat Shaun & Chenoa



Elle fit un petit bruit de nez comme pour confirmer, avant de sourire de nouveau. Elle savait qu’elle n’était pas facile, mais personne n’avait été facile avec elle non plus. Elle avait dû se faire toute seule pour en arriver là. Mais elle ne voulait pas qu’on la plaigne ou qu’on s'apitoie, ce qu’il ne semblait pas faire ceci dit.
« Un cheval sauvage, je préfère. » fit-elle amusée. Elle se redressa un peu finalement, ankylosée d’avoir maintenue la position. Elle s’appuya sur le bras de Shaun et regarda vers le haut, comme essayer de voir les prémices d’une tentative de secours. Elle poussa un soupir.
« Tu ne m’as pas dit comment s’appelait ta fille ? » demanda-t-elle en lorgnant le plafond.

Il eut une légère torsion de corps quand elle s’appuya sur son bras, essayant de feindre que tout allait bien, alors qu’elle avait juste posé son appui en plein sur sa blessure. Cela l’obligea à sensiblement pivoter vers elle, pour recaler son biceps, échappant à la pression douloureuse, toujours mine de rien autre que la contraction de sa mâchoire en écho.

« Tessa. » répondit-il un peu rapidement, avant de se racler la gorge et reprendre, plus linéaire. « Elle va avoir quatorze ans. »

La jeune femme s’ajusta instinctivement à sa reprise de position, tout en tournant juste ses iris vers le côté pour écouter sa réponse. « C’est joli comme prénom. Dans ma réserve, a quatorze ans, elle serait déjà une adulte. » fit-elle avec un sourire dans le vide.
« T’essaye de m’foutre en rogne ou bien ? » lâcha t-il en accentuant et exagérant la dureté de son regard qu’il fixe sur elle.
Chenoa pouffa en penchant un peu la tête pour croiser son regard.
« Monsieur joue les papas protecteurs ? C’est mignon. Y a ptet un coeur là-dessous. » le taquina-t-elle en lui plantant un coup de coude pas très délicat dans le flanc pour illustrer son propos ce qui lui arracha une nouvelle grimace non retenue cette fois-ci, et plus grondante du grondement qui l'escorta.
« L’en faut bien un pour vivre. » répliqua t-il alors en resserrant son bras sur sa nuque opposée, l’obligeant à se tordre dans ce sens, juste vengeance à son assaut précédant.
« Quel cynisme !! » répliqua-t-elle en essayant de forcer pour ne pas se faire plier, plus dans un esprit de bagarre et de gaminerie cette fois-ci.
« Hey, l’poulet. J’te préférais congelé. Tu la ramenais moins. » Un grondement escorta ses mots, toujours sur la même humeur, profitant de son bras qui entourait ses épaules pour venir l’ennuyer du côté de son oreille.
« Le poulet ??! » s’offusqua-t-elle en allant chercher ses côtes sous la couverture. Elle grimaça en tirant un peu sur son bras mais elle ne s’en formalisa pas.
« Tous de la volaille dans leur avion d’planqué. »
Il rabattit son bras droit sur son flanc gauche pour bloquer ses assauts un peu plus vif, la couverture s’agitant davantage à leurs mouvements respectifs.
« Va chier, sans nous vous vous feriez tiré comme des lapins ! »
Elle allait le bourrer un peu plus quand cette fois, la douleur fut suffisante pour la calmer et partir d’un petit rire mêlé de quelques grognements douloureux. « Toi aussi t’étais plus sage en haut de ton rocher... »
« Tu parles duquel ? Le premier ou le deuxième ? » continua t-il,son index cherchant toujours à envahir son oreille d’un léger chatouillement, l’avisant avec un peu plus d’insistance pour être néanmoins sûr qu’elle ne s’était pas réellement fait mal.
« Deuxième, le premier tu avais que le cerveau de gelé pour trouver l’idée de m’embrasser comme bonne. » fit-elle en pliant sa tête sur le côté pour essayer de se soustraire à son chatouillement. Elle le poussa même du haut du crâne avec l’oreille contre son épaule pour ne laisser aucune place à son index. La main du Lieutenant se retrouva alors comprimée, ce qui l’immobilisa bien qu’il aurait simplement pu s’en dégager, il choisit de l’y laisser.
« C’qui compte, c’est le résultat. Mais ça fait un partout. »
« Un partout ? » demanda-t-elle en remontant son bras pour attraper la main du lieutenant une fois qu’elle aurait redressé sa tête.
« Toi aussi, t’as eu le cerveau complètement gelé là-haut. »
Il redressa sa jambe valide pour supprimer le contact de sa cuisse défait de tout vêtement contre la roche glacée, tout comme son visage, maintenant qu’il avait cessé ses taquineries, alors qu’il portait à son tour son attention vers l’entrée bouchée.
« Peut-être qu’il existe une autre sortie... »
« J’ai pas spécialement envie d’aller explorer le coin, surtout qu’à part en allant fouiller dans l’eau pour voir où ça mène… Tu crois qu’ils ne vont pas arriver ? Ça commence à faire un moment maintenant. Le Dédale pourrait nous téléporter. » fit-elle en observant le plafond à son tour avec une lueur d’espoir dans les yeux. Elle lâcha la main qui l’embêtait pour reprendre une posture plus sage.


(c) AMIANTE



C'est du fond de la caverne que nait l'espoir - pv Shaun - Page 2 Cc597010
DC : Erin Steele ; Pedge Allen ; Warren Butler

Revenir en haut Aller en bas

Shaun Kelly
Lieutenant
Bannière perso (image 901x180px) : Rangers lead the way!
√ Arrivée le : 25/08/2020
√ Date de naissance : 25/12/1981
√ Nationalité : Américain

√ Age : 39
√ Messages : 135
√ Localisation : Cité d'Atlantis

Liste de vos DC : Aidan Foster

Dim 29 Aoû - 11:11

Shaun Kelly
C'est du fond de la caverne que nait l'espoir
feat Shaun & Chenoa


« Il est pas reparti sur Terre ? »

Il prit une longue inspiration, passant sa main libre sur sa jambe redressée pour en frotter le tibia et son flanc de cuisse, avant de dresser sa main hors de la couverture, l’emmenant à ses lèvres pour souffler dedans.

« Il peut pas nous filer un coup de main, ton Coyote ? »

Et si, il était reparti sur Terre. Sinon pourquoi est-ce qu’elle serait là. Les conditions commençaient à lui taper sur le système. Elle se décida à ironiser un peu : « Quand il reviendra. On sera peut-être tout sec mais bon. » Elle fit un sourire. « Et qui sait pour Coyote. Il est jamais là où on l'attend. » dit elle avec une certaine forme de sagesse toute empreinte à sa façon d'être.

« Tu veux faire le tour du propriétaire en caleçon ? » ajouta t elle en observant les alentours. En vrai, ça lui ressemblait bien plus de chercher à s'en sortir que de rester là à attendre que ça se passe. Elle reprenait un peu de poil de la bête en ayant moins froid et en ayant pu blaguer et discuter un peu.

« Je te ferais pas ce plaisir là. »

Il observa près des flammèches ridicules qui dansaient encore sur les carrés d’allume feu, essoré, délaissé, son pantalon qui restait bien humide. Pas le choix, il allait encore devoir se le coltiner. Tout en gardant Chenoa contre son flanc, il se pencha quelque peu de l’autre côté pour trainer son sac à dos juste à ses côtés et faire l’inventaire du maigre matériel qu’il y avait dedans, maintenant qu’il s’était un peu plus réchauffé même si ça restait subjectif. Il ouvrit en premier lieu les poches latérales, dégainant deux barres énergétique un peu malmenées mais encore emballées, venant tendre l’une d’elle vers la pilote.

« On s’réchauffe encore un peu, on se met en forme et on va voir c’qu’on peut trouver. Y’a quoi… dix … quinze mètres de rocaille au-dessus de nos têtes ? Voir plus. Alors, si le Dédale est pas dans le secteur, nous sortir de là prendra de toute manière des heures, toutes méthodes confondues. Comment tu te sens ? »

Il déballait déjà de son côté son propre en-cas, le portant à ses lèvres en faisant crisser les céréales sous ses dents, lèvres serrées.

Chenoa économisait son bras, aussi défit-elle son propre emballage avec les dents. Elle acquiesça non sans croquer dans la barre énergétique. Son estomac se rendait compte qu’il ne serait pas contre un peu de matière consistante.

« Ça va mieux. Je me réchauffe, manger fera du bien. J’avais un petit coup de mou toute à l’heure, et un petit coup de barre, mais ça passe. Je peux te rendre ton pantalon, je nage dedans, et reprendre le mien. Ça devrait aller, et si de toute façon faut qu’on retourne dans l’eau… Toujours l’épaule en vrac, mais ça tire moins. Je pense pas qu’elle soit cassée. » commenta-t-elle. Son regard suivi pour observer l’étendue calme et placide, qui s’étirait un peu plus loin, et d’où se dégageait la lumière. Elle n’avait vraiment pas envie de retourner là dedans, mais s’il le fallait, alors… Il le fallait.

« On trouvera sans se baigner, sinon autant juste attendre les secours. Bouger, j’veux bien, mais pas juste histoire de dire qu'on est pas resté statique. »

Il dégageait l’emballage de sa propre barre sur le côté, au sol, en en ayant rien à foutre de l’écologie, tandis qu’il terminait sa dernière bouchée, le temps d’attraper une petite gourde cylindrique, entamant de la déboucher d’un claquement du pouce et s’en déverser une large gorgée dans le gosier, avant de la proposer à la femme.

« Tu me laisses regarder ? » lui fit-il finalement en désignant du menton la direction de son épaule, tandis que sa main qui se tenait à proximité d’elle la frôla sensiblement.

« Si tu veux, mais je sais pas si on pourra y faire grand chose pour le moment. », elle avait attrapé la gourde pour en prendre une gorgée à son tour. Elle économisa quand même.

A dire vrai, elle n’avait pas regardé non plus la tête de son épaule, même quand elle avait enlevé la veste toute à l’heure, trop pressée de ramener la veste à Shaun qui était tombé comme une pomme. Elle méditait sur leur option. Dans un sens, il avait raison. Bouger pour bouger ne servait à rien. Dans ce genre de contexte, il valait mieux économiser son énergie et ses forces pour patienter et attendre l’arrivée des secours, même si cela devait prendre des heures.

Elle fit descendre la fermeture éclair de la veste puis avec précaution, elle enleva son bras meurtri de cette dernière. Elle toisa Shaun tout en restant en t-shirt, la veste déposée sur le côté. Un frisson s’empara d’elle en renouant avec l’air ambiant hors de la couverture, et sans la couche supplémentaire de cette veste d’exploration.

Au niveau de l’épaule, le t-shirt de l’amérindienne, qui était en réalité le t-shirt de Shaun, s’était encrouté de sang. Avec précaution, et parce qu’il était trop large pour elle, la jeune femme tira dessus de son bras valide pour l’écarter doucement et le faire glisser le long de son bras. Il y eut une petite résistance dû au sang coagulé qui s’était mêlé au vêtement, mais cela céda rapidement. Ce faisant, elle dénuda son épaule. Il y avait donc bel et bien une plaie qui saignait un petit peu du fait de la friction du t-shirt qu’elle venait de tirer, mais le sang avait cessé de couler pour de bon. Cela faisait plus coupure pas très nette que déchirement, et l’ensemble de son épaule avait pris une teinte violacée pas très belle à voir. C’était le coup qui sortait, avec les stigmates du passage de la pierre.

En dévoilant son épaule de la sorte, les branches du “collier” tatoué qui tenait l’attrapeur de rêve qu’elle avait de dessiné dans le dos étaient visibles au niveau de son trapèze, et basculaient devant pour rejoindre le haut des cornes de la tête de buffles en ossement sur son torse. D’ailleurs, quelques plumes dessinées avec des pigments de couleurs, nouées à ce bout de corne visible, s’étiraient doucement au niveau de son muscle pectoral sous son épaule. La jeune femme avait tourné son menton vers son épaule pour essayer de voir l’ampleur des dégâts.

« Pitain… C’est moche, mais ça n’a pas l’air trop grave, t’en pense quoi ? » demanda-t-elle en relevant ses yeux noirs sur le faciès de son vis-à-vis, l’interrogation gravée dans son regard aux sourcils arqués.

Le regard posé sur son épaule dénudée, Shaun observa la blessure dans la pénombre des lieux. La coloration violacée ne lui apparaissait que sombre, mais son esprit n’avait aucun mal à en interpréter son véritable aspect. Des blessures de ce genre, ce n’était pas la première fois qu’il en voyait, à peu de chose près, quand bien même il n’était ni infirmier ni docteur, mais seulement par expérience du terrain.

Dans la manœuvre, il avait évidemment relâché les épaules de la pilote de son bras qui l’enserrait précédemment pour se caler, d’une torsion du buste, en face à face vis à vis d’elle. De sa dextre, il tira un peu plus sur le tissu du tee-shirt, dont le col s’élargissait d’autant plus à ce traitement qu’on lui infligeait, aussi prudent soit-il, à peine de quoi en voir l’étendu des dégâts sans gêner sa pudeur. Il ne prêtait pas outre mesure attention au tatouage qui se dessinait et se dévoilait plus nettement à son regard, cherchant sa concentration là où elle devait-être, approchant même son visage pour y voir de plus près.

« Montre moi de dos. » avait-il finalement relâché en gardant le sérieux dans son regard alors qu’il laissait la femme pivoter de l’autre côté pour lui offrir cette fois-ci la vision de son épaule de dos.
« Je touche à peine, ok ? »

« Ok... » avait-elle répondu laconiquement en s’étant ajustée, ramenant ses cheveux sur un côté pour plus de lisibilité.

Il avait demandé cela par anticipation, contrairement à la dernière fois d’ailleurs, se faisant désormais plus prudent, dans ses gestes et sa retenue par rapport au contact avec elle. Certes, il restait persuadé d’avoir fait ce qu’il fallait à l’instant T, au regard de la situation et du résultat, mais cela ne l’empêchait pas d’avoir une certaine forme de réserve désormais. Par respect.

L’instant d’après, le bout de ses doigts vinrent en appui sur les os de son épaule, sans chercher à lui infliger la moindre douleur, mais seulement s’il percevait du contact digital que quelque chose ne se trouvait pas à sa place. Certes, aussi léger que le touché se fit, cela ne l’empêcherait pas de réveiller au passage quelques douleurs latentes, il en était conscient, mais ça lui permettrait de juger plus efficacement l’état de la blessure.

Évidemment, s’il y avait vraiment une casse, il ne pourrait absolument rien faire en l’état, mais ça lui permettrait également de jauger ce qu’ils allaient pouvoir se permettre ou non dans l’exploration de la grotte.

« Ca n’a pas l’air cassé… ni déboité. » jugea t-il en premier lieu en laissant encore un peu sa main courir sur son épiderme blessé.

(c) AMIANTE



Shaun Kelly
#006633

C'est du fond de la caverne que nait l'espoir - pv Shaun - Page 2 Shaun
DC : Aidan Foster

Revenir en haut Aller en bas

Chenoa Penikett
Sous Lieutenant
Pilote F302
Bannière perso (image 901x180px) : C'est du fond de la caverne que nait l'espoir - pv Shaun - Page 2 7foc
√ Arrivée le : 13/06/2018
√ Nationalité : Américaine

√ Gène : ATA
√ Messages : 212
√ Localisation : Entre le Dédale & Atlantis

Dim 29 Aoû - 21:50

Chenoa Penikett
C'est du fond de la caverne que nait l'espoir
feat Shaun & Chenoa



« Tant mieux... » soupira-t-elle. Elle n’avait rien dit tout au long de la petite inspection du bout des doigts de Shaun. Centrée sur elle-même, elle sentait parfaitement les points d’appuis et les palpations, même s’ils étaient engourdis, englobés dans la douleur pulsante qui se dégageait de son épaule endommagée. Il n'était pas médecin, mais déjà, si un os était saillant ou quelque chose dans ce genre, il l’aurait certainement senti non ?

Outre l’aspect violacé et la plaie, l’architecture osseuse était préservée. Il semblait certain qu’elle allait avoir du mal à lever le bras pendant quelques jours le temps que l’hématome se résorbe, mais elle ne devrait pas avoir de conséquence à long terme. Sous ses doigts, l’angle de l’os qui partait de l’épaule vers l'omoplate et qui faisait un V vers la clavicule, était linéaire et non altéré, mais cette inspection fit grimacer l’amérindienne qui prit sur elle de ne pas le manifester autrement. La pierre serait tombée plus vers son cou qu’elle aurait pu lui casser la clavicule justement, mais elle l’avait réceptionnée sur la partie musculeuse de son épaule, et c’était sans doute pour ça qu’elle n’avait rien de grave sur le long terme. Même la petite boule qui marquait le haut de l’épaule semblait rouler normalement sous les doigts.

« T’es pas très délicat ! » le houspilla-t-elle en tournant un peu la tête. Si la phrase pouvait laisser penser qu’elle l’engueulait, le ton n’y était pas quand même.
« C’est vraiment Timber qui me donne des leçons ? » répliqua t-il sur un ton bien ironique, dressant son regard sur son visage et ses yeux, un sourire en coin se dessinant sur la bordure de ses lèvres.
« C’est vraiment elle... » répondit-elle en commençant à rire un peu. « Ouais bon, ça va, je ne t’ai pas encore martyrisé non plus. » fit-elle faussement vexée. Elle assumait parfaitement son côté fonceur, depuis le temps qu’elle le cultivait.
Il abandonna ses palpations d’épaule, revenant chauffer de quelques souffles ses mains jointes, après les avoir frottés l’une à l’autre.
« J’m’attendais à pire. » laissa t-il entendre, sans préciser le sujet réel de sa réplique, gardant brièvement ce léger sourire au coin des lèvres qui creusait une petite fossette, avant d’en redevenir sérieux. « Tu devrais t’en remettre. »
« Ouais. Je m’en remets toujours. » fit-elle en remontant le t-shirt et en commençant à remettre sa veste. Elle se retourna. « Il est pas né de la dernière pluie celui qui mettra la Timber par terre. Alors, on va pas se laisser emmerder par une grotte, et on va trouver une sortie. »

Le moral allait mieux, et cette inspection lui permettait de relativiser quant à son épaule, sa principale source d’inquiétude là tout de suite, malgré les conditions déplorables, le froid, la perspective d’être enterrée sous des tonnes de roches. Si tout cela pouvait compromettre son avenir par divers moyens, tant qu’elle n’était pas en train de crever de faim ou de soif, ça passait au second plan. Son épaule par contre, s’était imposée à elle avec violence et ne la lâchait plus depuis toute à l’heure. Dans son esprit, c’était ça le plus grave. Maintenant, elle pouvait relativiser.

« T’en es ? » demanda-t-elle avec un sourire, avec l’envie de lui coller une bourre sur l’épaule, mais elle se retint. Entre amochés, ils se devaient bien ça.
« J’en suis. Et tu gardes ce froc. » laissa-t-il échapper en attrapant son propre pantalon, soulevant assez la couverture pour l’enfiler.
« Ouais t’inquiète, on a vu assez d’horreur pour aujourd’hui. » blagua-t-elle en terminant de s’extirper de la couverture en aluminium pour se remettre debout. Elle s’étira doucement. Rester par terre un certain temps l’avait rendue un peu raide et ankylosée, surtout qu’elle était aussi tendue, son corps compensant la douleur de son épaule en la rendant raide. Ni une ni deux, elle approcha des allumes feux, éteints maintenant. Il ne servait sans doute à rien d’en faire cramer d’autres. C’était comme pisser dans un violon.

Alors, elle alla voir un peu plus loin pour observer les lieux, se plantant devant la marre d’eau. Avec la luminosité qui en émanait, les perspectives et les dimensions changeaient. Et puis, cette fois il n’y avait plus d’urgence à se précipiter dedans pour tirer un corps en espérant le sauver. Son regard dévia à ce propos sur le soldat étendu plus loin.
Ils avaient la falaise dans leur dos, celle par laquelle ils étaient remontés pour aller chercher le sac et pour s’approcher de la sortie, sans pouvoir l’atteindre. Cette voie était condamnée, entre l’éboulement, et leur condition physique, il n’y avait plus rien à espérer de ce côté-là.
Sur la gauche, l’eau formait un coude, et un affleur rocher ne permettait pas de la suivre sans devoir se mouiller. Néanmoins, impossible de savoir ce qu’il y avait plus loin après ce coude. A droite, il était possible d’avancer, mais sur combien de mètres et pour trouver quoi ? Peut-être une faille ou quelque chose dans le genre qui permettait de poursuivre l’exploration ? Aurait-elle la capacité de passer dans des boyaux comme lors de leur ascension, ou d'escalader ? Elle n’en était pas certaine, mais cela semblait être la seule destination plausible pour ne pas se mouiller.



(c) AMIANTE



C'est du fond de la caverne que nait l'espoir - pv Shaun - Page 2 Cc597010
DC : Erin Steele ; Pedge Allen ; Warren Butler

Revenir en haut Aller en bas

Shaun Kelly
Lieutenant
Bannière perso (image 901x180px) : Rangers lead the way!
√ Arrivée le : 25/08/2020
√ Date de naissance : 25/12/1981
√ Nationalité : Américain

√ Age : 39
√ Messages : 135
√ Localisation : Cité d'Atlantis

Liste de vos DC : Aidan Foster

Mer 1 Sep - 22:46

Shaun Kelly
C'est du fond de la caverne que nait l'espoir
feat Shaun & Chenoa


Le temps qu’il enfile son pantalon toujours aussi glacé, et au regard des blessures de son corps, ce n’était pas une sinécure, Chenoa s’était déjà éloignée. Il avait profité qu’elle ai le dos tourné pour rabattre la couverture de survie, qui avait un temps soit peu fait son office en les aidant à retrouver et contenir leur chaleur corporelle, se hissant sur ses jambes meurtries pour mieux boucler le vêtement, remontant la fermeture éclaire d’un geste sec, enfourner ses rangers encore suintante d’humidité avant de se concentrer sur le contenu de son sac à dos et y ranger les affaires traînantes.

Il replia autant que faire se pouvait la couverture dorée, la matière se froissant et bruissant d’autant plus à chaque geste, enfournant par la même occasion la petite gourde d’eau déjà bien entamée où ne restait qu’un fond d’eau pure tout au fond. Il en profita pour récupérer une petite lampe torche qui trainait dans une des poches latérales, la coinçant entre ses dents d’une prise serrée le temps qu’il réajuste le tout et passe le contenant sur ses épaules.

Fin prêt, il avisa rapidement la position de la pilote, récupérant la lampe au passage de sa dextre sans l’enclencher pour le moment. C’était un modèle puissant, une spéciale, tactique, à la pointe de la technologie militaire, qui offrirait une clarté importante en plus d’être étanche, mais qui disait puissance imposait un batterie Lithium-Ion à l’intérieur et non pas ces fichues modèles à dynamo, et quand bien même l’autonomie restait généreuse, il préférait ne pas en usait tout de suite.

Ses pas, parfois glissant sur la roche érodée qui couvrait le sol, le portèrent dans sa direction, avant qu’il ne s’arrête à hauteur du Caporal, toujours étendu là au bord de cette eau pétillante d’écho lumineux. Cela lui donnait un reflet maladif, alors même que son épiderme voyait sa rougeur particulière disparaître, peu à peu, pour devenir d’un blanc maccabre. Sa contemplation immobile ne dura qu’un bref instant, à peine un temps d’arrêt avant de le rejoindre pleinement, posant un genou à terre, de sa jambe la moins souffrante, pour venir glisser ses doigts à la chaînette qu’il portait autour du cou.

Il ferait tout, bien entendu, pour que les recherches viennent récupérer le corps de son défunt camarade. Quitte à y passer des jours, des semaines, il se faisait la promesse de tout essayer pour ramener Jensen auprès de sa famille, là-bas sur Terre, dès lors que lui-même serait sorti d’affaire. Mais son esprit pragmatique lui faisait envisager cette solution où, d’un événement à l’autre, un éboulement, qu’importe.. ce dernier ne soit plus accessible. Alors il ne resterait que ces drapeaux de métal, portant son nom et imprégnés de tout son parcours militaire. Silencieux, laissant filer l’acier glacé sous ses doigts froids, il saisit l’un des deux Dog Tag pour le soustraire à son propriétaire, laissant le second en place. S’il tombait, s’il ne parvenait pas à s’en sortir et que ce corps était découvert… il devait encore porter son identité.

D’un vif mouvement, il passa la chaînette autour de son propre cou, le tintement de ses propres plaques venant accueillir celle du G.I. qui trouvèrent logement sous l’épaisseur de sa veste qu’il avait enfilé sans tee-shirt, ce dernier déchiré bandant toujours son bras écharpé. Une prière silencieuse accompagna le geste, rapide, efficace, souhaitant repos et salut de l’âme, puis, d’un nouvel élan, cherchant à ne plus penser à ceci sans quoi il ne pourrait garder l’esprit clair, il alla prendre place aux côtés de la pilote.

« Allons voir par là. » dit-il assez simplement de sa voix légèrement résonnante dans la cavité froide, désignant de la pointe de sa lampe torche, le fond de roche sur leur droite.

Il prit aussitôt chemin dans la direction donnée, slalomant entre les imposantes stalagmites qui empêchaient la zone d’être plane et sans encombre, rejoignant le fond de caverne qui s’imposait en une haute paroie, plus loin. Un putain de cul de sac qui les laissait sans solution ou presque. D’une pression du pouce sur le flanc de sa lampe, le puissant halo d’un blanc épuré de déploya devant leur regard un peu trop habitué à l’obscurité avec une violence qui obligea l’officier à plisser les yeux. Là, un peu plus loin, une nouvelle crevasse ouvrait la paroi en deux, de bas en haut cette fois-ci, comme une entaille profonde faite dans la roche qui menait ailleurs… ou nulle part.

(c) AMIANTE



Shaun Kelly
#006633

C'est du fond de la caverne que nait l'espoir - pv Shaun - Page 2 Shaun
DC : Aidan Foster

Revenir en haut Aller en bas

Shaun Kelly
Lieutenant
Bannière perso (image 901x180px) : Rangers lead the way!
√ Arrivée le : 25/08/2020
√ Date de naissance : 25/12/1981
√ Nationalité : Américain

√ Age : 39
√ Messages : 135
√ Localisation : Cité d'Atlantis

Liste de vos DC : Aidan Foster

Mer 20 Oct - 14:46

Shaun Kelly
C'est du fond de la caverne que nait l'espoir
feat Shaun & Chenoa


Chenoa clignait des yeux des suites du flash lumineux qui venait de lui griller les rétines. Faut dire qu’ils étaient dans une certaine pénombre depuis toute à l’heure, alors le faisceau irradiant avait quelque chose d’agressif, mais aussi de très beau. Mais sa vision était bonne, avec un taux de réponse normal pour l’éblouissement, aussi s’habitua-t-elle assez rapidement, pour observer les alentours dessinés par le halo lumineux. N’empêche, ils avaient eu de la chance que la lampe, certainement conçue pour encaisser de toute façon, n’ait pas cassée quand le sac était tombé.

« On dirait qu’on va devoir encore se faufiler, mais le contraire aurait été étonnant. » constata-t-elle en montrant la crevasse qu’il avait dû repérer lui aussi.

Dans une grotte, quoi de plus étonnant. Si la spéléologie avait consisté à remonter des boyaux tout droit, les découvertes ne seraient pas vraiment des exploits. Le truc, c’était qu’ils n’étaient pas vraiment équipés pour faire de la spéléo, ni en très bonne condition physique. C’était ça ou de continuer à se faire un calin sous la couverture de survie en attendant que ça se passe.

Chenoa s’avança, contournant quelques roches disparates qui se présentaient sur leur chemin, pour se diriger dans le fond de ce cul de sac afin de de s’engouffrer dans cette crevasse pas très accueillante qui se dessinait. Un trou noir dans les ombres. Un gouffre de ténèbres dans les ténèbres. Là-dedans, la luminescence de l’eau ne l’éclairerait pas beaucoup.

« Tiens ta lampe à disposition, on ne sait jamais. » lui conseilla-t-elle. La lumière, c’était la vie dans ce genre d’endroit inhospitalier. Le sol était plutôt lisse, signe que le passage avait dû se creuser avec le passage de l’eau, au fil des années, des siècles, des millénaires. Est-ce qu’ils trouveraient des traces de civilisations ? D’une civilisation qui aurait vécu sur le continent avant l’arrivée des Anciens, avant l’arrivée des Wraiths ? C’était peu probable. Jusqu’alors, ils n’avaient rien vu de semblable.

La hauteur sous plafond était en train de diminuer, obligeant Chenoa, et a fortiori Shaun, à progresser un peu plus plié. Son épaule douloureuse décentrée du fait de la largeur réduite, elle progressait sans parler, économisant son souffle et ses forces. Elle était surtout très concentrée sur sa progression, de peur de se cogner, ou de tomber dans un trou, pour ne citer que ces deux exemples de danger. Un peu plus loin, ils arrivèrent dans une “salle” un peu plus grande, les angles s’arrondissant pour former une circonférence plus importante au boyau, qui se scindait en deux.

A leur arrivée, des petites bêtes toutes poilues qui faisaient penser à des chinchillas, s'égayèrent dans tous les sens avant de se disperser ici et là.

« Soit on le joue à pile ou face, soit on essaie un boyau pendant cinq minutes, puis on revient essayer l’autre… Qu’en penses-tu ? »

Elle s'engouffrait la première, d’un pas déterminé et de toute sa résolution retrouvée. Exit la pilote qui se laissait abattre, assis sur la roche à simplement attendre que le temps passe. Shaun l’avait observé ce chemin faisant, toujours plus assuré qu’il avait fait ce qu’il fallait si le résultat y était. Il attendit qu’elle prenne un peu d’avance, progressant de quelques pas à peine avant de s’engager lui-même dans l’étroit passage qui le forçait à se présenter de flanc. Son côté droit vers l’avant, laissant son bras blessé en arrière, il maintenait toujours la lampe allumée, étendant même son bras vers le haut avant qu’elle soit guidée par le faisceau projeté en avant.

Autant dire que le passage n’était pas creusé pour faciliter la tâche d’un homme, surtout du gabarit de Shaun. Si sa carrure lui offrait de nombreux avantages sur le terrain, capable de déployer une force certaine quand la situation l’exigeait, elle était aussi souvent porteuse de pas mal d'inconvénients. S’il avait l’endurance, il n’avait pas la souplesse du chat maigre, ni son agilité, aussi fut-il contraint, non sans quelques grondement contestataire, se trouver solution pour continuer sa progression, suivant au mieux celle de la femme qui était moins contrainte par ce désavantage, sans compter le sac qu’il avait emporté sur son dos et qui rajoutait de l’épaisseur à sa silhouette.

Aussi fut-il des plus soulagé lorsque le boyau étroit s’ouvrit à nouveau pour le laisser respirer et bouger davantage que de quelques millimètres, venant à proximité de Chenoa. Le faisceau de lumière balaya l’ensemble, leur arrivé ayant effrayé quelques créatures qui rendaient en réflexion dans leur immense yeux, le halo de la lampe, comme des phares qui s’activaient dans le noir et s’échapper. Si la réaction première du Lieutenant fut d’avoir été surpris par leur présence, il était néanmoins soulagé de les voir déguerpir au lieu de leur sauter au visage comme des créatures sauvages et sanguinaires.

L’odeur de leur habitat agressa d’ailleurs les narines de l’homme qui exprima une grimace de dégoût, mais rien qui ne mettrait un frein à ses élans, pas vraiment susceptible sur ce sens en particulier.

« Le test de la flamme. » répondit-il à l’interrogation de la femme, tout en plongeant sa senestre dans un revers de sa veste. « Tiens moi ça. »

Il lui confia la lampe torche tout en se glissant un peu plus contre la paroie pour passer au devant d’elle, frôlant sa silhouette de son passage serré. Il s'emparait de la boîte d’allumette qu’il avait récupérée dans le kit d’allume-feu, sortant une première longue tige de bois à l’extrémité bleutée, nappée de paraffine, qu’il gratta aussitôt sur la surface râpeuse qui provoqua immédiatement la réaction chimique attendu, en un déploiement de flamme et d’un souffle caractéristique.

Alors qu’il la conservait sensiblement inclinée vers le bas, pour que le bois prenne le relais sur l’appétit vorace du feu, il alla présenter sa flamme d’un côté puis de l’autre du dégagement qui s’offrait à eux dès qu’elle fut assez stable pour que le moindre frémissement lui donne un indice. Il n’était par fervent partisan du hasard, même quand cela s'avérait nécessaire, préférant se donner un maximum de billes pour faire son choix.

Retenant son souffle pour ne pas en fausser le résultat, c’est du côté droit qu’il en obtient le plus, observant, très léger, la fluctuation d’un petit courant d’air que seule une flamme pouvait ressentir.

« Par-là. » conclut-il finalement, en désignant le passage à droite d’un geste de la main qui secouait le bâtonnet pour l’éteindre.

(c) AMIANTE



Shaun Kelly
#006633

C'est du fond de la caverne que nait l'espoir - pv Shaun - Page 2 Shaun
DC : Aidan Foster

Revenir en haut Aller en bas

Shaun Kelly
Lieutenant
Bannière perso (image 901x180px) : Rangers lead the way!
√ Arrivée le : 25/08/2020
√ Date de naissance : 25/12/1981
√ Nationalité : Américain

√ Age : 39
√ Messages : 135
√ Localisation : Cité d'Atlantis

Liste de vos DC : Aidan Foster

Ven 22 Oct - 17:27

Shaun Kelly
C'est du fond de la caverne que nait l'espoir
feat Shaun & Chenoa



Chenoa l’observa faire, tout en essayant de se souvenir vers quel boyau les créatures poilues qu’ils avaient dérangées étaient partis. Elle aurait eu tendance à se fier à l’instinct animal, mais comme elle était arrivée la première et que ces petits êtres plein de poils avaient filé rapidement, des ombres plus qu’autres choses, elle était bien incapable de se dire qu’ils étaient plus partis d’un côté que de l’autre.
Histoire de ne pas induire elle aussi sur le résultat du test qu’elle regardait avec curiosité, et dont elle comprenait la finalité, elle retenait tout autant son souffle que l’homme. Disposée sur le côté, elle s’était faite toute petite pour être aux premières loges du test, qui rendit rapidement son verdict.

Le savoir dans le feu, comme une divination en quelque sorte. Elle trouvait ça vraiment génial.

« Super technique Lieutenant. Très digne des miens. » fit-elle avec un petit sourire plus pour elle-même que pour lui ceci-dit tout en lui braquant le faisceau de la lampe dans la tronche avant de la relever précipitamment avec un :
« Oh merde, pardon, je suis désolée ! » Elle lui attrapa la manche pour le soutenir si jamais il ne savait plus trop où il était.

Il avait tourné son regard vers elle, prêt à lui répondre quand il se prit la lumière en pleine face, et autant dire que c’était loin d’être agréable. L’engin était de qualité militaire, un truc d’une puissance certaine, et autant dire que se le prendre en plein face si brutalement, avait eu de quoi arracher avec raison un grondement des lèvres du grand gaillard. D’instinct, il leva un bras en protection, les paupières se fermant brusquement en détournant son visage sur le côté, autant de gestes de défense qui était venu assez d’instinct.

« Bordel ! Faut rien te laisser entre les mains ! »

Il était complètement ébloui, le flash brutal lui ayant scotché les rétines, il gardait cette luminosité persistante que ses iris avaient captée alors que la focale était restée bien grande ouverte. Ça avait de quoi désorienter. Il resta immobile, une main passant à ses yeux le temps que l’effet passe, soutenu par la pilote pour lui éviter de se prendre une paroie.

« Je suis vraiment désolée, faut que tu clignes des yeux plusieurs fois et que tu te les frottes, ça va passer. » baragouinait-elle pour s’excuser et tenter de réparer les choses, même si elle ne pouvait pas faire grand chose d’autre que d’éteindre la lampe ponctuellement pour économiser la batterie, mais aussi pour diminuer drastiquement le contraste afin qu’il puisse mieux reprendre ses esprits… ou ses yeux.
« Frotte tes yeux, ça va passer. Tu es en train de le faire j’espère ! » insistait-elle désireuse de se faire pardonner, avec la mauvaise méthode sans doute.
« Ouais, j’fais ça. » Bougonna-t-il sur un grognement léger en passant sa main à ses paupières closes pour les masser et en dissiper l’effet. Un instant plus tard, il parvenait à les ouvrir correctement, percevant l’éclat de la lueur de la lampe que Chenoa braquait dans une autre direction. « C’est la sentence que les tiens infligent aux Yankees pour oser user de pratique digne d’eux ? »

« Non, d’habitude quand on remarque qu’un visage pâle connaît nos petits secrets, on l’enterre dans le désert jusqu’au cou en le tartinant de miel pour que les fourmis viennent le bouffer ! » répliqua-t-elle sur le ton de l’humour. « Ou alors on le dépouille de ses biens, on lui met une tunique en peau de chamois autour de la taille et on dit que c’est un chamane. » Elle haussa des épaules.
« Se faire grignoter par des bestioles miniatures ou danser le pow-wow les parties fourrées dans une peau de chamois. Ça laisse rêveur… . » reprit-il en continuant sur sa lancée d’une humeur grognonne forcée, bousculant sensiblement l’épaule non blessée de la pilote avant de s’avancer le premier cette fois-ci vers la galerie de droite. « Par précaution, je passe devant. Tu s’rais bien capable de recommencer. »
« C’est dans le guide touristique pour visiter la réserve Navajo. » blagua-t-elle en se laissant pousser, non sans s’écarter pour le laisser passer devant. « Je te rends la lampe. » dit-elle en lui tendant l’objet du délit. Il en aurait plus besoin qu’elle en ouvrant la marche. Elle espérait qu’il avait bien récupéré avant de se lancer dans la suite de l’aventure. « Aller, au bout de cette galerie, il y a la mer, une plage de sable fin, et des hamacs pour faire la sieste, suspendus entre deux cocotiers. » lança-t-elle.
« C’est ça ton paysage idyllique ? » répondit-il sur le ton de cette nouvelle conversation lancé, s’étant sans doute habitué à la conversation le temps de leur progression.
Il avait amorcé son avancée en récupérant la lampe, se faufilant toujours de biais dans la faille qui lézardait, tantôt penché un peu plus en avant, tantôt en arrière, la lumière ne révélant qu’une sombre obscurité au devant en l’incarnation du passage lointain qui bifurquait.
« Là tout de suite, oui. Ce serait plus lumineux que cet endroit, plus chaud aussi, plus peinard… Et toi ? Attend... » fit-elle pour qu’il ne réponde pas tout de suite. « Je vais essayer de deviner. » Manifestement, Timber avait retrouvé son optimisme, et son envie de parler à tout va. Elle suivait de près, s’adaptant avec prudence au changement dans les déclivités, dans l’inclinaison des murs, et sur les petits obstacles qui pouvaient se présenter. Mais pour l’heure elle était quand même contente de marcher droite, ou presque, sans avoir à ramper ou grimper. « Vu l’côté nounours, je dirai que… Hmmm…. Canapé bière football ? »
Arrivé devant une roche qui descendait du plafond, et sans doute pour se jouer de l’optimisme que venait de gagner la pilote, Shaun dû se courber pour un passage plus bas, qui ne dura que quelques mètres, avant d’en regagner toute sa hauteur. L’écartement se rétrécissait, comme une menace à n’en être qu’un cul de sac qui ne laisserait passage qu’à un ruissellement d’eau, mais pour le moment, ils pouvaient progresser.
« Me voilà catalogué bien injustement. C’est donc comme ça que tu me vois ? C’est réducteur. Figure-toi que je tolère assez mal d’être en intérieur. La faune sauvage, la forêt, les grands espaces de liberté. C’est ça qui me fait rêver. » Il jeta un bref regard en arrière avant de continuer, sur un ton plus râleur. « Et pas au fond d’une grotte bien trop étriquée. »

« Un nounours des grands espaces alors ! C’est bien, tu sais me surprendre quand même alors. » fit-elle un taquine, le souffle un peu haché de se contorsionner pour négocier le passage. Elle espérait qu’il ne se rétrécirait pas plus que ça. Rebrousser chemin serait décourageant, mais s’il fallait en arriver là. « Happy Bear, je crois que ce serait ton surnom. Mais bon, y en a des plus doués que moi pour coller des surnoms aux gens ! » finit-elle par dire.

« Happy Bear. C’est vraiment naze quand même. » laissa t-il entendre en restant sur cette note légère donnée à leur conversation apaisant un temps soit peu les difficultés, le froid qui revenait insidieusement à la charge, et les blessures qui le rappelaient parfois à l’ordre. « C’est bien, tu commences à t’y faire. Je suis un homme surprenant. »

Ses pas suivants claquèrent légèrement dans une espèce d’humidité sentie, le faisceau de la lampe descendant vers le sol pour en attester d’un très mince filet qui courait lentement dans tous les pores de la roche. C’était très léger, mais devenait de plus en plus marqué à mesure qu’ils progressaient.

« Angry Bear alors, vu que tu n’es jamais content. » répliqua-t-elle sans rebondir sur la suite, focalisée sur le surnom, alors qu’elle prenait conscience de l'humidité de la roche ambiante de la roche. « Je n’ai pas fait attention si on descendait ou si on remontait depuis toute à l’heure, avec tous les passages un peu délicat. » fit-elle en plissant le nez.

Il laissa courir le rayon de sa lampe en direction du sol, de l’avant vers l’arrière, le braquant vers les pieds de la jeune femme, avant d’en revenir au devant. De l'autre main, il balaya son visage, étalant la légère couche de saleté poussiéreuse qui le marquait.

« Je crois que ça descend. » Il restait incertain, continuant de plusieurs pas, le passage se resserrant davantage jusqu’à ce qu’il soit comprimé dans son épaisseur. « Ca s’élargit après. Faut juste passer ça. »

La cadence de son souffle court, il coinça le cylindre lumineux entre ses dents pour s’aider de ses deux mains à pousser dans l’interstice son corps qui raclait la roche des deux côtés, sa veste et son sac à dos ralentissant ses mouvements. La portée de ses pas se réduisaient fortement, alors qu’il tirait d’un grondement audible, ses doigts accrochant quelques rocailles plus anguleuse pour s’aider dans l’effort avant qu’il ne parvienne enfin à s’extraire, tombant sur un couloir en forme de boyau un peu plus épais, et au devant, à trois mètres environs, un apic qui chutait brusquement. Rattrapant la lampe de sa dextre, sa senestre se tendit dans la direction de la pilote pour qu’elle s’en saisisse.

(c) AMIANTE



Shaun Kelly
#006633

C'est du fond de la caverne que nait l'espoir - pv Shaun - Page 2 Shaun
DC : Aidan Foster

Revenir en haut Aller en bas

Shaun Kelly
Lieutenant
Bannière perso (image 901x180px) : Rangers lead the way!
√ Arrivée le : 25/08/2020
√ Date de naissance : 25/12/1981
√ Nationalité : Américain

√ Age : 39
√ Messages : 135
√ Localisation : Cité d'Atlantis

Liste de vos DC : Aidan Foster

Sam 23 Oct - 9:51

Shaun Kelly
C'est du fond de la caverne que nait l'espoir
feat Shaun & Chenoa


Elle se mit de profil pour se glisser dans le passage. Si Shaun était passé avec son sac à dos et sa carrure, elle passerait elle aussi assez facilement. Elle avait surtout peur de se taper l’épaule sur un rocher ou de se la racler sur un mur, mais peut-être que ça lui remettrait en place. L’avantage, ou l’inconvénient de ne pas avoir la lampe, c’était qu’elle ne se souciait pas trop des volumes, mais que ces derniers pouvaient se soucier d’elle. Enfin, le mur était présent de part en part, elle ne pouvait avoir qu’une direction à suivre. Quand elle vit la main de son collègue qui était sorti du boyau restreint, elle s’en saisit pour s’aider dans les derniers mètres afin de déboucher dans le conduit plus large. Ce n’était pas non plus une avenue, mais après des petits passages comme ça, c’était un luxe.
Elle avisa le gouffre devant eux avec un petit : « Wooo. J’espère que y a moyen de descendre... » dit-elle en s’approchant du rebord.

Le boyau continuait, mais il s’enfonçait verticalement dans le sol, comme un puits. A la lumière du faisceau, il ne semblait pas très profond, avant de rejoindre un autre boyau qui semblait horizontal. Mais pour combien de mètres ? S’ils s’enfonçaient là dedans, il serait impossible de remonter pour rebrousser chemin.
Le mur semblait bien humide, un peu à la façon dont l’eau suintait toute à l’heure, d’ailleurs, il lui semblait distinguer dans l’assouplissement de la verticalité, une condensation de l’eau qui commençait à former un torrent.

« Si on descend là dedans, admettons qu’on ne se casse rien, on ne pourra pas remonter. » fit-elle remarquer en étudiant ce boyau.
« C’est ce que je me disais... » laissa t-il échapper d’un léger souffle, continuant de balayer le contrebas pour en dévoiler toutes les aspérités. En dehors de l’éclairage fourni par la lampe, tout le reste était plongé dans une intense obscurité. « T’es partante ? On peut retenter de gratter une allumette pour s’assurer qu’on se plante pas. »
« Y a pas de raison que le résultat soit différent je pense. » fit-elle observer avant de relever le nez du trou pour lancer un coup d’oeil à son interlocuteur. « J’aurai tendance à dire que l’eau va bien quelque part, mais elle peut passer sous la roche aussi, ou tomber dans des marmites. T’en as déjà entendu parler ? Des marmites de géants ? » demanda-t-elle.
« J’appelle ça des trous de chiotte… mais c’est moins élégant. »
« Ouais ben j’ai pas envie de finir comme une merde qui fait du rafting dans la chasse d’eau, pour causer de façon élégante. » enchérit-elle.

Le rire de Shaun assez sincère résonna quelque peu contre les étroites paroies contre lesquelles ils étaient coincés, finissant en un souffle expiré, les lèvres plissées en secouant la tête.

« Faisons en sorte de ne pas les boucher. »
Il se pencha pour poser un genou au sol, passant sa main sur les parois qui allaient leur servir à leur descente, le lisse de la roche étant assez glissant.
« Je te propose de passer en premier. J’suis plus épais, j’aurais plus de facilité à me caler. Si tu glisses, je te réceptionne en bas. Tiens. » Il lui tendit la lampe, mais la retira de sa portée juste avant qu’elle s’en empare. « Et évite les yeux, bordel. »

Elle s’était marrée de ce petit échange informelle, et la voilà la main en suspension, avec cette lampe qui venait de se sauver sa prise. Elle le toisa, et étendit le bras pour attraper la lampe et la ramener vers elle, ou du moins tenter de le faire s’il ne la lâchait pas :
« Si je tombe ou avec la lampe ? » demanda-t-elle avec un rictus ?
Il la laissa faire, gardant ce léger sourire amusé aux lèvres, avant de confier sur un ton un peu plus bas. « J’vais peut-être esquiver en fait. »
« Si tu y arrives ouais. »
« Vu la taille de ton postérieur, j’y échapperai peut-être pas...»
« Vu la largeur de ton bide, c’est impossible que je te rate. »

Il secouait doucement la tête, gardant cette allégresse acquise sans se froisser le moins du monde, tout en conservant son appui au sol. Il chercha dans un premier l’appui le moins glissant. Le plus difficile était de se placer pour l’amorce, bloquer son corps sans glisser direct dans le long boyau qui l’aurait juste aspiré s’il s’y était jeté en long. Il prit une longue inspiration, exprimant l’air par la suite d’un souffle plus brutal, cherchant à s’appuyer sur une aspérité plus proéminente sur le flanc droit de son talon et s’en servir de base pour se caler. Son pied ripa brusquement, son dos basculant en arrière d’une lancée provoquée, percutant la roche opposée tandis qu’il déployait ses mains pour empêcher une chute malvenue.

Par la grâce de quelconque divinité, il parvint à maintenir ses appuis, une main de chaque côté, les pieds légèrement écartés, et le dos à plat sur le versant de la paroie. « Putain … » gronda t-il en restant ainsi pour se stabiliser, redressant son attention vers le haut pour en aviser la silhouette de la pilote qui se découpait difficilement dans le faisceau de lumière. « C’est vraiment casse-gueule. »

Chenoa l’observait faire depuis sa position. Elle balayait avec le faisceau de la lampe le mur et non Shaun directement. Si elle l’aveuglait encore une fois et qu’il faisait une mauvaise chute à cause de ça, elle s’en voudrait terriblement, aussi prenait-elle garde de ne pas commettre deux fois la même bévue. Elle ne la sentait pas cette descente. Mais pas du tout, surtout avec son épaule en vrac qui lui promettait un vrai bon moment de plaisir.
Néanmoins, il fallait avancer, même si c’était laborieux, et quelque part, une fois qu’elle serait lancée dans le trou à son tour, elle n’aurait plus le choix que de se laisser glisser, douleur ou pas douleur. Impossible d’abandonner en tombant. Alors qu’en grimpant, rien de plus facile.
« J’ai du mal à estimer de là où je me trouve, mais tu ne dois plus être très loin du sol ! » gueula-t-elle depuis le haut. Elle était cependant parfaitement audible dans un boyau qui transmettait très bien le son.

Il basculait sa tête d’un côté, et de l’autre, mais impossible de voir plus bas que lui-même, une bonne surface de l’aire du cercle étant obstruée par son propre corps. L’eau contre les parois ruisselaient davantage, entendant même le clapotement en écho plus bas qui remontait le long de la roche. Ils avaient misé sur leur bonne étoile, aussi sadique fut-elle, pour ne pas les laisser tomber au moment critique, et il espérait réellement que ce choix fut le bon.

« Aucune idée. Je continue.»

Millimètres par millimètres, il se laissait glisser d’un côté, puis de l’autre. Les mains d’abords, les pieds ensuite, et puis le dos, le tout descendant en progression d’escargot. Parfois, une de ses mains avait du mal à ne pas glisser, s’obligeant à forcer sur ses muscles malgré les blessures. Il gagnait du terrain, avec lenteur, mais sa concentration pour éviter la glissade douloureuse l’obligeait à ne pas penser à autre chose. L’eau glacé commença à éclabousser ses vêtements et ses cheveux, l’obligeant à secouer la tête régulièrement pour ne pas en être gêné.

« Putain, ça valait bien la peine de se sécher comme des couillons. » laissa-t-il échapper en portant sa voix, continuant jusqu’à ce qu’une de ses jambes soit privée de surface, parvenue à hauteur du nouvel embranchement.

Il n’avait plus qu’à se laisser tomber en priant que la perspective qu’ils avaient observé sur la profondeur n’était pas fausse. Prenant une légère pause, il finit enfin par rassembler ses jambes pour les basculer vers le bas, la gravité emportant le reste dans sa descente. En réalité, il était bien plus bas qu’il ne l’avait pensé et il se rata dans ses appuis, percutant le sol qui accueillait une couche d’eau plus épaisse de plusieurs centimètres. De là où il était, il ne voyait rien de la suite, la continuité du boyau s’enfonçant dans l’obscurité la plus profonde, et tandis qu’il se redressait, sur les genoux, il lança : « C’est à toi ! »

(c) AMIANTE



Shaun Kelly
#006633

C'est du fond de la caverne que nait l'espoir - pv Shaun - Page 2 Shaun
DC : Aidan Foster

Revenir en haut Aller en bas

Shaun Kelly
Lieutenant
Bannière perso (image 901x180px) : Rangers lead the way!
√ Arrivée le : 25/08/2020
√ Date de naissance : 25/12/1981
√ Nationalité : Américain

√ Age : 39
√ Messages : 135
√ Localisation : Cité d'Atlantis

Liste de vos DC : Aidan Foster

Dim 24 Oct - 10:01

Shaun Kelly
C'est du fond de la caverne que nait l'espoir
feat Shaun & Chenoa


« Bon en fait, je vais faire demi-tour, et rester au sec !! » lança-t-elle en laissant flotter un moment de silence et d’ajouter : « Je plaisante, j’arrive, et j’espère pas trop vite ! »
« Sans déconner... » avait-il rétorqué aussitôt, sur un ton faussement blasé.

La jeune femme se présenta devant le trou béant. Elle prit une inspiration et ce fut à son tour de coincer la lampe entre ses dents avant de chercher à se mettre convenablement pour commencer à descendre. Pas le choix, elle fit descendre ses jambes et les calla contre le mur en forçant, se soutenant de ses deux bras, sur les coudes derrières elle. Son épaule se rappela vivement à son bon souvenir, ce qui lui arracha quelques grognements étouffés par la lampe dans sa bouche. La douleur était poignante, aussi quand elle parvint à caler ses reins contre la roche et à soulager ses bras de la pression de son poids, ce fut tout de suite plus supportable. Ses rangers accrochaient bien, mais elle sentait qu’il ne faudrait pas grand chose pour que l’accroche glisse.

Centimètres par centimètre, elle se laissait glisser dans le boyau en forçant sur ses appuis pour faire ce fameux effet de transfert de force qui lui permettait de ne pas dégringoler. Elle s’en sortait bien pour le moment, mais elle commençait à trembler de plus en plus. Elle forçait de trop, compensant trop largement la gravité, alors qu’elle aurait pu s’économiser un peu. Mais cela lui donnait un sentiment de sécurité tout relatif. Seulement, la privation, le sport, la douleur, faisaient qu’elle commençait à tétaniser des cuisses. Elle avait peut-être fait la moitié du chemin quand son pied ripa une fois. Elle se plaqua de toutes ses forces sur la paroie, et parvint à rattraper la situation, mais elle commençait vraiment à accuser le coup et à transpirer à grosse gouttes, vite rafraîchi par l’eau qui venait se mêler de l’histoire désormais.

Son mouvement suivant lui fut fatal. Elle sentit son appuis se barrer et ne jamais revenir, si bien que soudainement, tout lâcha brusquement. Son dos ne trouvait plus vraiment la paroie, ses bras battaient l’air de façon ridicule, et son large popotin faisait office de missile vers le bas. Elle n’était plus très haute et heureusement, surtout pour Shaun qui devait s’attendre à la réceptionner sur le coin du nez, surtout qu’elle avait poussé une exclamation surprise avant de glisser pour de bon. Heureusement, elle ne lâcha pas la lampe coincée entre ses dents.

Il ne lui fallut guère de temps pour réagir. Déjà placé juste en dessous, ses bras se détendirent en espérant lui éviter une douleur trop sévère dans cette chute brutale. C’est son propre corps qui accusa le reste, ses genoux noyés dans l’eau où la roche était des plus instable, il glissa à son tour et il se retrouva affalé dans l’eau en poussant une expiration étouffée par le poids qui pesait sur lui.

« Ca finit toujours comme ça, avec toi ? » Hasarda t-il en grimaçant, sentant l’eau à mi-hauteur de toute son épaisseur .
« Hey... » commença t elle toute pantelante en grognant, avant de reprendre la lampe dans sa main, un peu figée dans la terreur de sa chute. Elle ajouta sans conviction : « Moi au moins, je ne t’envoie pas des rochers... » Elle chercha à se redresser pour le soulager de son poids, et qu’il ne reste pas allongé dans l’eau froide qui cascadait.

Il se redressa en restant assis un instant, écartant les bras qui dégoulinaient d’eau glacé. Son sac à dos avait aussi pris la flotte et il était à prévoir que tout était désormais fichu, plus ou moins. D’un mouvement de main, il profita du liquide d’une transparence presque pure pour se frotter le visage, écartant la crasse qui s’y était accumulé, avant de secouer la tête pour chasser l’accumulation d’eau et se redresser complètement.

« Bon, j’ai maintenant la preuve que t’as bien une bonne largeur... »
« Et moi aussi... » dit elle en éclairant finalement le boyau qui s’étirait devant eux. Légère pente, mais rien de bien dramatique, mais jusqu’à où ? La pente faisait qu’il n’était pas possible de voir très loin. L’eau ruisselait bien en tout cas. Chenoa ne s’inquiétait pas outre mesure des affaires trempées et du reste. De toute façon, ils avaient décidé d’avancer, alors foutu pour foutu… L’avenir se trouvait devant, pas dans une apparente sécurité illusoire.
« En tout cas, merci pour la récupération. » Elle sentait encore ses cuisses complètement rigides, et elle espérait qu’elle n’allait pas se chopper une crampe en continuant l’aventure.
« Je te sortirais la facture quand on se tirera d’ici. »

Il avisait la suite. La hauteur du plafond était assez basse, ce qui forcerait une progression courbée et avec la hauteur d’eau qui gagnait en centimètre plus loin, il avait vraiment l’impression de se tenir dans une canalisation.

« Tu crois qu’il y a des bestioles dans l’eau ? » lança-t-il d’un air moqueur, commençant à entamer sa progression vers l’avant, à moitié plié vers l’avant, fléchi sur ses jambes.

« C’est possible. » fit-elle avec sérieux en observant l’eau. Cependant, il y avait du courant, et ce n’était pas vraiment un milieu propice pour une bestiole pour nager peinarde. « Mais je doute qu’elles aient le temps de nous faire du mal, et je n’ai pas peur des petites bêtes, si c’était ça que tu cherchais à faire ! » dit-elle en montrant la canalisation du menton pour l’inciter à avancer un peu plus vite au lieu de dire des conneries.

Elle n’était pas aussi grande que lui mais elle n’était pas non plus petite, elle devait se tenir courbée tout autant pour progresser, dans une moindre mesure cependant. Elle espérait vraiment que le cours d’eau ne se transformerait pas en rapide soudainement et ne les entraînerait pas vers l’infini et l’au-delà. Elle rejoindrait ses ancêtres, mais avec le sentiment qu’elle n’en avait pas assez profité.

Il ne fallait pas non plus qu’elle se casse la figure, songea-t-elle alors que le sol allait en s’inclinant de plus en plus, donnant de la force à l’eau qui ruisselait autour d’eux. Si elle se prenait une gamelle et qu’elle se faisait entraîner, elle embarquerait Shaun avec elle et il aurait encore une raison de rajouter des dollars sur la facture.

« C’est marrant de se dire que nous sommes probablement les premiers à passer par ici. » observa-t-elle.
« Profites en, laisse ta marque. Comme ça les prochains pourront pas s’en vanter. »

A plusieurs reprises, il manqua de glisser, et un peu moins encore, il y parvint, sa main ou son genou venant s’apposer au sol en retenue, le laissant maugréer à chaque fois. Il n’avait plus envie de compter le nombre d'hématomes, d'éraflures, d’écorchures, blessures, coupures, ou chocs qu’il avait reçu depuis le début de cet exercice raté, mais chaque effort lui rappelait sa propre condition. Et il tenait bon, comme un Ranger devait le faire, entraîné à en chier. Il essaya d’ajuster un peu plus ses pieds à chaque mouvement, cherchant à l’aveugle une cale qui viendrait soutenir sa progression. L’eau s’engouffrait maintenant dans ses godasses allègrement, toujours plus froide, toujours plus vicieuse. Au fond de lui, il sentait qu’il ferait un bon moment l’impasse sur n’importe quelle séance de piscine.

Mais malgré toute sa prudence, il ne put éviter l’ultime chute. Ses mains avaient battu l’air en même temps que son souffle laissa échapper un juron, tombant en arrière en éclaboussant tout sous son poids avant de se faire aspirer vers l’avant.


(c) AMIANTE



Shaun Kelly
#006633

C'est du fond de la caverne que nait l'espoir - pv Shaun - Page 2 Shaun
DC : Aidan Foster

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum