Candidature de Earl Richard Rye

 :: Prologue :: Bureau de recrutement :: Candidats acceptés :: Les techniciens
Aller en bas

Earl Richard Rye
Image perso : Candidature de Earl Richard Rye Earl314
√ Arrivée le : 15/04/2021
√ Nationalité : Américaine

√ Messages : 4

Mar 27 Avr - 10:26

Earl Richard Rye

Earl Richard Rye

  • Rye
  • Earl, Richard
  • 01/06/82, Great Falls, Montana, Etats-Unis.
  • Américaine.
  • 38 ans.
  • Mai 2021.
  • technicien - Ingénieur mécanique et technique de maintenance sur le Dédale.
  • Diplômé en aérospatial (et aéronautique) ; Spécialisé dans l'entretien, la réparation et le pilotage des engins aériens et spatiaux ; Expertise de domaine dans les technologies extra-terrestres du programme Stargate ; Capacité à œuvrer sur tous les types et tailles d'appareil, de constitution terrienne et non-terrienne au besoin.
  • Il maîtrise sa propre langue, au littéral comme au figuré, et ça lui suffit amplement.
  • Une tablette dernier cri avec coque renforcée et munie d'écouteurs sans fil en compartiment. Elle stock une énorme quantité de films et de musiques.
Travis Fimmel

Données complèmentaires



DONNÉES MÉDICALES
  • Tâche de naissance au cou, coté gauche, d'une forme similaire à celle d'un soleil. Elle donne une impression de tatouage.
  • AB-
  • Non.
  • En demande.
  • Ce n'est pas à proprement parlé une pathologie déterminée par les sciences humaines, cependant Earl ne supporte pas d'être totalement privé de l'accès à l'air et à l'espace. Être contraint à l'environnement terrestre sur une moyenne période devient très difficile à vivre pour lui, car le fait de voler est pratiquement une drogue dont il a un besoin viscéral. Le simple fait de se retrouver dans un cockpit et de s'élever de terre est un soulagement considérable et une source de bien être, surtout s'il est aux commandes. D'ailleurs, il cherchera la plupart du temps à avoir les commandes de l'appareil dans lequel il vol.

    Lorsqu'il fut candidat à rejoindre l'expédition d'Atlantis, sa seule demande a été la garantie de pouvoir voler au sein de l'espace de Pégase aux commandes des appareils sur lesquels il travaillerait. Bien qu'il ai choisi la voie du technicien de par son contact intuitif et presque instinctif avec les appareils dont il prend soin, il n'en demeure pas moins un pilote prodigieux pour de bonnes raisons.
  • Earl n'a pas de phobie scientifiquement fondée, mais il aime entendre qu'il est phobique à la bêtise et rejette en bloc toute forme de dogme basé sur une foi infondée, ou un déni des faits, ne pouvant s'empêcher de jouer de provocation quand il se confronte à ce qu'il considère irraisonné ou irraisonnable.

    Sur un autre registre, il déteste sérieusement la proximité avec les animaux, même les animaux de compagnie comme les chats ou les chiens, qu'il voit comme parasitaires et inintéressants.
  • Retrait des dents de sagesse avant la majorité. Nez cassé à sa seizième année. Aucun autre antécédant, Earl a une condition physique solide.



Données de compétences


PERSONNEL TECHNICIEN
Compétences de base
  • 0
  • 0
  • 0
  • 10
  • 4
  • 0
  • 0
  • 0
  • 1
  • 4
Compétences secondaires
  • 0
  • 10
  • 2
  • 0
  • 0
  • 4
  • 0

Données d'une personnalité

Earl se qualifie volontiers d'esprit libre et de rêveur invétéré. Il a développé très tôt une passion pour les engins volants de toute forme, passion transmise avec plus de succès qu'imaginé par son père. C'est une personne sensée, mais dont les manies et le reste de son langage corporel souvent excentrique lui donnent des allures de folie ancrée auprès des autres.

Paradoxalement, c'est quelqu'un d'à la fois très téméraire qui aime jouer de bluff et provoquer les événements de la vie, avec un sens du coup de boule - au figuré - prononcé, pourtant, il n'a aucune forme de plaisir à risquer sa vie ou à mettre inutilement en danger les appareils dont il prend soin. Depuis son accident de vol durant son adolescence, il est très soigneux de ses « amis du ciel et de l'espace » et se trouve particulièrement irrité quand il a affaire à un esprit téméraire avec peu de considération pour les engins matériels de ce type.

Earl aime la vie, il aime abuser des plaisirs de celle-ci et se moque bien de la notion d'immortalité, préférant profiter un maximum du moment présent et de tous les lendemains qui lui sont réservés jusqu'à ce que le destin, ou hasard, voyant les deux termes et symboles synonymes et non antonymes, ne décide de façon totalement aléatoire et de ce fait impartiale de mettre fin à ses jours sans qu'il n'ai cherché à le provoquer.

De ce fait, il n'a aucunement l'âme héroïque, sans être un égoïste fini, il moque volontiers ses collègues militaires dont la pensée qu'il juge dogmatique consiste à mourir quand cela leur est ordonné et à risquer leur vie en tout moment et tout lieu, parfois même de manière excessive sur la base d'une certitude que cela est nécessaire. Lui considère que ce n'est souvent pas le cas et cherchera toujours une solution mesurée, mesurable et opportuniste pour préserver sa vie bien entendu, mais aussi celle de ceux qu'il côtoie et avec qui il travaille.

Son caractère très pragmatique fait qu'il a un sens des priorités extrêmement brut. Une autre raison pour lui de moquer les militaires, est leur besoin pathologique d'aider tout le monde et de ne laisser personne même dans les pires situations où les risques de perdre au moins autant voire plus de monde sont encore plus grandes. Pour Earl, la survie est une notion bien ancrée basée sur le nombre certes, mais aussi et surtout la compétence et la connaissance, ce qui implique d'être capable de sacrifier une minorité pour la majorité, ou dans un autre cas de figure, une majorité pour une minorité éclairée capable d'avancées ou de victoire sur le long terme.

A ce titre, il est très honnête avec lui-même, considérant que s'il doit être piégé dans une situation dont il ne peut sortir, de par des blessures ou des obstacles, il serait fou de tenter de le sauver si la balance bénéfice/risque est en grande défaveur. Ce qui n'est en rien là encore une question du sens du sacrifice, mais simplement ce qu'il nomme le bon sens ou l'ordre des choses. Préserver ce qu'il y a de plus précieux, quelque soit la donnée ou la mesure, si le risque n'en vaut statistiquement pas la peine. En outre, il croit et réfléchit très souvent au principe de la Fenêtre d'Overton dont il se méfie de l'usage pratique par d'autres individus et des dérives potentielles et moralement hypocrites.

Au-delà de toutes ces considérations précisées dans son dossier du programme Stargate et qui ont pesé dans sa sélection, Earl est un esprit vif et provocateur à souhait. Il est exceptionnel dans son domaine et très intelligent, et il le sait. Il sait se montrer orgueilleux et arrogant, mais toujours basé sur un précepte aussi simple que juste : être à la hauteur de sa prétention, ou ne pas l'être du tout. Il est moqueur de par sa nature très espiègle, il peut d'ailleurs se montrer condescendant en restant taquin, mais il n'est pas méprisant et demeure dans la case très épineuse de l'ironie sans restriction.

Face à quelqu'un de réellement méprisant au premier degré, ou prompt aux propos à vocation gratuitement rabaissant ou humiliant, il fait fonctionner la machine de sa répartie cinglante, peu importe les obligations sociales et professionnelles que l'on veut lui imposer, ou plus clairement au mépris ironique des conséquences. Il est de ce fait incisif, mais pas insultant, considérant que l'insulte directe n'est qu'un aveu d'échec de l'esprit ou du manque de verbe.

Il n'a rien contre le fait de travailler avec d'autres comparses dans son propre domaine, d'autant plus si la compagnie est féminine et il sait se montrer gentlemen, néanmoins il apprécie avoir main mise sur son travail et être dans sa bulle, raison pour laquelle il a demandé à être affecté au Dédale.

Si son sens de la taquinerie et de la provocation est sans limite, elle est particulièrement vivace lorsqu'il se confronte à un esprit étriqué d'une quelconque façon. Quand les certitudes insensées ou la foi même partiellement aveugle sont de mise, son verbe n'a alors aucune retenue et il ne s'agit pas seulement primairement des religieux ancrés dans leurs croyances, mais également de toutes les formes de dogme arbitraires, qu'il revête une forme sociale, sexuelle, raciale au sens large ou la plus sectaire qui puisse être imaginée.

Ses personnages favoris parmi toutes les mythologies, ayant une certaine affection pour l'histoire et davantage ses sources les plus anciennes, sont Thot de l'Egypte, pour son savoir infini, et Loki de Scandinavie, pour sa ruse et son espièglerie sans pareille.

Sur le plan des connaissances, Earl surf sur une vague très fine entre la confiance en soi et son savoir-faire dont il ne manque pas, et le fait de cultiver la remise en question qui lui permet de renouveler perpétuellement son savoir et l'accroître. Car si arrogance de par sa personnalité il y a indéniablement, il a été très tôt lucide sur le fait qu'être arrogant dans son savoir est un piège menant à des impasses d'évolution dans lequel beaucoup tombent très facilement.

C'est aussi pour cela qu'il a du mal avec l'académisme, alors même qu'il en apprécie la rigueur, de par les barrières qui sont aisément installées et empêchent souvent une progression pourtant à portée. Comme il aime à le dire : « avoir de l'assurance est logique et nécessaire, en revanche s'accrocher à des certitudes est une profonde bêtise au regard des secrets de l'univers ».

Earl est un citoyen de l'univers et il cherche à en découvrir toujours plus, toujours plus loin. Il n'en reste pas moins un enfant des Etats-Unis et surtout du Montana et cela il ne l'oublie pas, fier de sa terre natale, patriote dans l'âme, il a appris enfant à considérer que la cuisine de chez lui était la meilleure, que son paysage était le plus beau et que sa terre était la plus riche. Bien qu'il se soit beaucoup éloigné physiquement et sophistiquement de son Montana, il garde ces préceptes en lui et ne les renient aucunement, appréciant au contraire de les conserver.

Données d'un passé chargé

Earl Richard Rye, fils de Peter Rye et de Deana Myers, est né hors-mariage à Great Falls dans le Montana en 1982. Il a grandi dans une maison douillette, à deux pas du petit aérodrome campagnard hérité de son grand père qui servait d'aéroclub du coin et source des finances relativement modestes de ses parents. Comme son grand-père le fit avec son père, ce dernier transmis à Earl l'amour de ce qui volait : du planeur aux avions amateurs, en passant par les hélicoptères de loisir, Earl fut installé par son père sur un siège de planeur avant même d'apprendre à marcher.

Il passa ainsi son enfance dans les montagnes vertes du Montana, à courir sur les pistes et autour des appareils, et bien sûr, à essayer de grimper dès que possible dans l'une de ces machines divines pour observer la région depuis le ciel et rêver de faire le tour du monde à bord du bijou familial que son père lui a très tôt promis de lui offrir à ses 18 ans : un Gulfstream American GA-7 Cougar peint aux couleurs de l'oncle Sam.

Malgré son aversion pour les bancs de l'école, préférant apprendre la mécanique pour être capable plus tard d'entretenir lui-même le « Dady Cougar », ses parents mirent du cœur - et des coups de ceinture - à le faire travailler pour qu'il soit correctement éduqué et puisse avoir du choix dans la vie. Son enfance fut assez calme, rythmée de quelques bagarres d'école, une paire de renvois, quelques vols à l'étalage - principalement des bonbons dans les commerces du coin, et des vols interdits dans un avion ou un hélico à l'occasion, rien de bien méchant. Tout du moins au regard de la société, beaucoup moins de ses parents et surtout son père qui lui colla plus d'une fois une raclée bien sentie, la pire étant le vol de trop au milieu de sa seizième année où il esquinta l'aile du Dady Cougar et manqua de se crasher, et donc se tuer.

Si le traumatisme d'avoir frôlé la mort n'avait pas suffi, l'aller aux urgences avec le nez cassé suite à la droite paternelle assortie d'une promesse hurlée de ne plus jamais toucher quoi que ce soit qui vol, su lui faire retenir la leçon. Après quelques mois à se tenir tranquille et accomplir une foule de corvées, son père consenti à lui pardonner assez pour lui permettre de remonter dans un appareil, d'abord sous sa tutelle, puis seul un peu plus tard. Lorsque Earl fut proche d'atteindre la majorité internationale, il s'en trouvait déjà être un pilote particulièrement doué et un mécanicien stupéfiant, surnommé le « Skywalker du Montana ». Il avait su séduire bon nombre de filles en s'envoyant en l'air, littéralement et métaphoriquement, ce qui lui avait valu la détestation de bon nombre d'autres père du coin, et la tentative de meurtre au fusil de chasse de l'un d'eux en particulier.

Comme promis, son père lui offrit le Dady Cougar quelques mois avant de mourir dans un crash d'hélicoptère, des suites d'un dysfonctionnement des hélices qui laissa tout le monde, Earl le premier, dans le choc et l'incompréhension. Si le jeune homme repris avec sa mère la gestion de l'aérodrome familial, la mort de celle-ci d'une crise cardiaque, moins de deux ans après celle de son père, scelle sa décision de quitter la région. Il vend l'aérodrome et sa maison et part avec un sac pour rejoindre sa petite amie à Washington où il entame des études dans l'aéronautique. Il a alors 19 ans, de la colère et de la rage à revendre.

Durant plusieurs années et au détriment de sa relation amoureuse qui va vite cesser, Earl se trouve une hargne d'apprendre et une facilité déconcertante à assimiler les connaissances qui lui sont enseignées et celles trouvées dans les livres. Il se plonge dans ses études et travaille très dur pour devenir le meilleur de sa promotion et même, dans ses rêves de jeune homme en recherche de revanche sur la vie, le plus grand ingénieur en aéronautique qui soit, réputé, riche et entouré de belles femmes. Cependant, son talent se révèle plus grand encore qu'il ne l'imagine et c'est son professeur dans le domaine qui va le remarquer, provoquant la rencontre avec une de ses connaissances en lien avec la NASA, qui explique à Earl qu'il peut envisager un avenir d'autant plus exceptionnel et impactant pour le devenir de l'humanité.

Un beau discours idéalisé comme ce genre de personnes en ont l'habitude, persuadant tous les jeunes prodiges rencontrés qu'ils participeront à changer le monde, et le fait est que ça fait mouche. Earl qui se voyait construire et retaper les plus gros avions de son époque, entre dans un nouvel univers qui ne dérive pas tant que cela de l'aéronautique et pourtant va bien plus loin : l'Aérospatial. Très vite, il se rend compte de la chance qu'il a et des circonstances très précises qui lui ont évité de très peu de manquer ce virage. Il va saisir cette chance et travailler deux fois plus pour être de ceux qui dans un avenir proche, contribueront à envoyer les astronautes dans l'espace, fabriquer des engins qui iront visiter Mars et peut-être un jour, conquérir des étoiles.

En conséquence Earl mis au second plan sa passion du pilotage durant quelques temps, non sans un pincement au cœur et ne volait plus que dans le cadre du loisir dans un des clubs très sélects de la région grâce à ses nouvelles relations, mais il pris sur lui pour réaliser un rêve qu'il n'avait même pas envisagé d'avoir avant que celui-ci ne lui soit proposé ; ceci étant, cesser de voler était inenvisageable. Là encore, il dépasse de loin toutes ses espérances et celles de ses instructeurs, décrochant ses diplômes haut la main et se révélant tout aussi doué sur les appareils à but sur-atmosphériques qu'atmosphériques.

Il va alors participer à différents projets, dont le Programme Voyager et travailler directement sur l'une des deux jumelles, Voyager 1, toutes deux destinées - officiellement - à l'exploration de planètes externes du Système Solaire. Une fois de plus, le prodige Rye va attirer l'attention d'une toute autre institution dont il n'avait pas la moindre idée de son existence : le Programme Stargate. Il est testé, interrogé et recruté en huit clos, de par le caractère secret du projet et va découvrir un tout nouveau monde qui va encore largement repousser ses croyances et ses espoirs, véritablement estomaqué d'apprendre tout ce que Stargate avait réalisé et tout ce que l'univers cachait au commun des mortels.

De par ses connaissances de pointe et son aisance avec les appareils aériens et spatiaux en tout genre, ayant largement accru ses connaissances, il renoue avec ses premiers amours et concilie ses passions, à son plus grand bonheur, soit l'envergure spatiale et les appareils de vol. Durant une période, il est affecté en tant que technicien à la maintenance de F-302 et aura à de nombreuses reprises la possibilité de piloter ces engins d'un tout autre genre. De par ses travaux et le sérieux de son implication, il va se familiariser avec les différentes technologies, pas seulement hybrides, mais également les technologies Goa'uld et Asgardiennes dont il va acquérir une véritable maîtrise dans son domaine de compétence, obtenant à diverses occasions l'opportunité de travailler de manière très poussée sur des vaisseaux de ces deux origines.

Bien qu'il soit devenu très ami avec certains scientifiques et techniciens de domaines différents, il va s'entêter dans l'entretien, la réparation et le pilotage des modèles aériens et spatiaux les plus avancés du programme, privilégiant son ultra-spécialisation dans un but évident : devenir le meilleur en la matière. Que ce soit le cas ou non, il n'en reste pas moins un génie reconnu par ses pairs et malgré sa personnalité qui va s'affirmer et devenir particulièrement taquine et espiègle, à l'irritation de nombreux militaires du programme, il est apprécié pour sa minutie et son aisance dans le milieu comme sur le terrain.

Cela va le conduire à être réaffecté en urgence et travailler sur un des modèles de vaisseau DSC-304 issus du prototype BC-303 Prométhée, ceux-là même destinés à devenir les plus puissants de la galaxie : l'Odyssée. C'est lors de ces travaux qu'il va affiner son expertise - toujours dans son domaine strict - d'une technologie sur laquelle il n'avait pas encore œuvré en profondeur, la technologie Lantienne. Son avancée en la matière va nourrir un intérêt très particulier pour cette technologie surpassant toutes les autres. En parallèle, son attrait pour Pégase va le conduire à éplucher un grand nombre de rapports et de livres techniques et mécaniques si l'on puis dire à propos de technologies du secteur, dont la technologie Wraith.

Il n'eut pas l'occasion de participer à un voyage interstellaire vers Atlantis, accaparé par d'autres travaux, ce qui va être très frustrant pour Earl qui avait beaucoup entendu parler de cette extraordinaire cité unique, la plus avancée technologiquement jamais colonisée par l'homme. Dès lors, il va se mettre en tête de rejoindre la cité et travailler d'arrache-pied pour être au sommet du panier, demandant plusieurs fois son affectation. Il aura cependant l'occasion de faire ses « armes » de technicien et pilote à bord de l'Odyssée auquel il sera réaffecté lors de plusieurs affrontements contre les Goa'uld et les Réplicateurs. Il ne conservera pas de bons souvenirs de ces dangers mais en acquis une capacité de réaction sur le terrain qui joua dans son dossier.

C'est donc tout récemment que sa demande d'affectation fut approuvée, de par sa détermination, ses compétences ajustées au projet et après avoir fait plusieurs demandes rejetées du fait de ses réaffectations successives sur la maintenance de F-302 et de l'Odyssée. Ravi, il ne chôma guère et pris très au sérieux sa formation sur les maquettes et prototypes d'entraînement des vaisseaux Pégasiens, mais très vite, les rapports vont détourner son attention et attirer sa curiosité vers l'exploration spatiale permanente.

Il passa ainsi plusieurs mois de simulation et de préparation pour être paré à rejoindre l'expédition, choisissant en fin de compte de gagner le Dédale afin d'y œuvrer en tant que technicien, de crainte de se retrouver cloîtré dans Atlantis malgré son attrait, se convainquant qu'il aurait tout loisir de pouvoir visiter la cité grâce à la facilité présente des déplacements.

Données d'arrivée

La caméra s'allumait tout juste et aussitôt, elle entamait la capture vidéo de l'homme qui se trouvait face à elle, l'objectif très légèrement en contreplongée. On ne voyait rien sous le buste et il était assis sur un siège dont le dossier imposant dépassait de chaque épaule, son cuir noir et ses épais accoudoirs partiellement visibles. En fond, les surfaces métalliques des murs d'une pièce assez petite trahissaient la cabine dans laquelle était installé un bureau technique personnel, par ailleurs, la parcelle de couchette en fond gauche, sur laquelle était entreposée des vêtements de service soigneusement pliés, achevait d'assurer l'identification du lieu.

Il n'y avait rien d'autre de distinct, mais l'on devinait ledit bureau. En réalité, la caméra était déposée sur un ordinateur portable fermé. L'homme lui était librement avachi sur son siège, inspirant sensiblement des narines, il portait la veste tributaire de son poste grise et verte, un version miniaturisée du drapeau de l'Oncle Sam épinglée à chaque épaule pour marquer sa provenance terrienne. Dessous, un simple tee-shirt noir deviné, aucune plaque militaire ni quelconque bijou n'encerclait son cou.

Ses yeux bleus océaniques avaient scruté la diode de la caméra avant de se détourner une fois assuré que l'appareil était en fonction. Sa peau discrètement pâle, héritage des doux étés comme des pluvieux automnes et froids hivers du Montana, n'avait qu'une quantité très infime de petites marques. Il n'y avait pas la moindre cicatrice, si ce n'est un fin creusement sur la pommette droite que l'on ne pouvait remarquer qu'avec de la proximité et une toute aussi fine observation.

Sa chevelure brune quelque peu lumineuse, reste d'une blondeur d'enfance disparue, était attachée en queue de cheval comme souvent d'ailleurs et une épaisse pilosité très bien entretenue encadrait son visage ovale aux traits ciselés en dépit d'un grain lisse, ce qui ne manquait pas de lui donner une certaine harmonie. Ses lèvres se pinçaient et si son attention allait vers quelque chose à coté de la caméra, il ne tarda pas à lever sa dextre pour se saisir de la canette de soda fournie par les stocks de vivres du vaisseau. Déjà ouverte, il la porta à ses lèvres et la redressa pour en avaler une gorgée, sa pomme d'Adam remonta brièvement puis retrouva sa place. Ensuite, il reposa la canette.

Les seuls bruits de fond étaient le souffle de la ventilation, ses hélices cachées derrière un grillage dans un coin de la pièce, ainsi que le souffle plus crépitant d'une autre machine proche de la caméra. Pourtant, quand Earl se racla la gorge, sa sonorité pris aussitôt le pas et étouffa les bruissements, brisant un silence conservé de longues secondes. Il mouva ses épaules d'un léger étirement vers le haut, s'affalant un peu plus sur son siège qu'il faisait doucement pivoter de droite à gauche, tel un bercement tranquille.

L'américain redevint calme de nouvelles secondes encore, inclinant cette fois ses yeux sur le bureau en se laissant prendre par ses pensées immédiates tandis qu'il rabattait les mains sous le bureau, joignant celle-ci à l'insu du cadre vidéo et reposant ses avant-bras sur ses cuisses. Il soupira un brin, son torse se soulevant furtivement, après quoi, il cessa d'ignorer la caméra et revint à celle-ci, sa colorimétrie captant l'intensité naturelle de ses iris si clairs.

« Earl Richard Rye. » Entamait-il, sa voix s'affirmant nativement grave et douce, mêlant une perceptible rocaille à une intonation mélodieuse. « Nous sommes le sept Mai deux mille vingt-et-un et j'entame mon premier rapport à bord du vaisseau de guerre et d'exploration intergalactique de classe BC-304 Dédale, commandé par le Colonel Steven Caldwell. »

A nouveau, l'homme inclina son regard tandis qu'il se frottait les pouces l'un contre l'autre, inspirant des narines. Il marqua un temps qui laissa percevoir quelques grésillements faisant écho dans l'environnement, révélant la présence d'autres machines avec lesquelles le technicien devrait à présent composer, bien qu'il en connaissait déjà d'autres modèles du même type depuis fort longtemps.

« A l'instar de mon service sur le vaisseau de même classe Odyssée dont j'ai été membre participant à sa mise en service, adjoint à de nombreuses missions par la suite ; ce rapport vidéo sera le premier d'une série à but de recenser mon ressenti et mes remarques techniques qui serviront le développement de mes idées et de mon implication dans le programme. Ainsi que ma biographie, enfin... si je m'en occupe un jour. »

Ses derniers mots, il les avait presque murmurés et se racla à nouveau la gorge, plus brièvement et sèchement avant d'étirer ses lèvres closes dans ce qui aurait pu paraître être un sourire, s'il ne l'avait pas aussitôt effacé en relevant son attention sur le pointeur caméra. Il paraissait partiellement ailleurs et taciturne presque d'une certaine manière.

« J'ai embarqué à bord de cet appareil il y a soixante quatorze heures maintenant, fuseau terrestre. L'un des ingénieurs en service a pris soin de me faire la visite des lieux et je dois dire que s'il ressemble sans surprise en grande partie à l'Odyssée, il s'avère remarquable du point de vue de ses performances et possède quelques particularités mécano-technologiques qui ont suscité ma curiosité. D'après l'ingénieur en question, les combats successifs avec les vaisseaux Wraith ont engendré des modifications et améliorations spécifiques. J'envisage de me pencher sur la question durant ces prochains jours, en attendant, j'ai entamé mon service actif - sans babysitter - sur la plateforme d'embarquement des chasseurs F-302 il y a vingt-trois heures et... »

Il interrompit son monologue en relevant la main gauche dont les phalanges s'étaient en partie repliées sous l'impulsion, vérifiant le cadrant de sa montre placé coté intérieur de son poignet presque par-dessus sa manche de veste.

« ... cinquante-trois minutes précisément. Sans surprise là encore, j'ai constaté des erreurs mineures de maintenance liées à certains défauts de compétence ou à un état de flemme variable, mais je n'ai pas encore fait de remarque à mes nouveaux collègues sur la question, venant d'arriver, ce serait relativement déplacé. Je vais attendre un jour ou deux supplémentaires pour commencer à les emm.. quiquiner. D'après mes informations et pour ne pas changer, mon extrême spécialisation fait que je suis certainement le plus qualifié des membres de cet appareil dans le domaine de l'ingénierie mécanique, à même de prendre soin des chasseurs et des réparations matérielles du Dédale lui-même. Ce doit être la même chose pour le pilotage et... je dois dire que c'est assez plaisant. »

D'abord très formel et plutôt détaché dans son attitude, il avait achevé sa dernière phrase en esquissant un sourire en coin amusé, reportant son regard sur l'écran en inspirant une fois encore des narines.

« Malgré toutes mes années de service dans le programme Stargate, je ne peux m'empêcher de penser que même si je suis depuis peu dans une nouvelle galaxie, à bord d'un vaisseau spatial, il existe tout un terreau de familiarités. La simulation de gravité, l'air, l'architecture, l'accoutrement, le niveau de sécurité... je me retrouve si loin dans les tréfonds de l'infinité de notre univers par rapport à la Terre, et pourtant, je ne ressens toujours pas de dépaysement. C'est une sensation assez étrange. »

Earl porta l'index droit sur le dessus de sa joue et la gratta quelque peu, amenant ensuite sa dextre hors écran pour se saisir d'une planche à clip posée en bordure du bureau qu'il souleva et déposa devant lui, sous la caméra. Une étroite pile de feuilles étaient coincées sous le clip, ainsi qu'un stylo placé en travers.

« Le programme Stargate a été à l'origine d'avancées technologiques que l'on aurait cru impossibles, même impensables. La plupart des gens sur Terre le croient encore, sans savoir tout ce que nous avons déjà accompli et toutes les rencontres que ça a impliqué, ainsi que tous les dangers. En cela, j'ai de la peine pour mes comparses de l'aviation, de l'ingénierie ou de tous les domaines techniques de l'aéronautique et de l'aérospatial, qui pensent encore que les probabilités d'accident de vol au seul but de rejoindre un satellite en orbite de notre bonne vieille Terre sont d'un sur une petite trentaine, voire un sur neuf. L'ignorance est assez triste, quand l'on a conscience de tout ceci.

Et les faits sont importants, c'est ce qu'il y a de plus essentiel. J'ai accompli une énorme quantité de choses et ai été infiniment plus loin en comparaison de Neil Armstrong et Buzz Aldrin. Pourtant, au regard des implications, de la nouveauté, des risques, des découvertes... je n'ai pas le sentiment de valoir mieux, ou d'avoir fait plus. Je suis un homme parmi d'autres, du SGC, de cette expédition. Ces deux hommes là en revanche demeurent des héros, des pionniers. C'est pour cela que je suis ici. Accomplir quelque chose dont je n'ai pas encore conscience et qui me fasse mériter de me hisser à leurs cotés. »


Un soupir lui échappa et il se redressa de son assise après quelques secondes en faisant claquer sa langue sur son palais, ses mains empoignant la planche à clip pour la relever dans un même temps. Il reprit une apparence et un ton plus formels et défaits de ses quelques nuances dérivant de sa réflexion, observant alors la feuille qu'il avait sous les yeux.

« Bon. J'entame le listing oral des observations et remarques relatées sur notes papier durant ces premiers jours de service. La partie une relèvera de la synthèse des caractéristiques techniques et mécano-technologiques du Dédale, le reste des formes de technologie concrètes ne m'intéressant pas ni ne relevant de mes compétences. Durée estimée de sept minutes, à compléter dans un prochain rapport. Deuxième partie similaire consacrée aux chasseurs F-302, à la plateforme d'embarquement et aux notes préliminaires d'amélioration et d'optimisation ; durée estimée douze minutes. Dernière partie destinée à un ensemble de remarques personnelles subjectives, pas d'estimation. »
Créé par Jim
Surnom :
Jim
Âge :
32
Comment avez-vous connu Atlantis Insurrection ? :
Par Shaun Kelly.
Connaissez-vous les séries Stargate ? :
Oui. Je les ai vu à leur diffusion plus jeune, revu la série SG1 il y a quelques années tout au plus et je suis entrain de revoir actuellement la série Stargate Atlantis entièrement pour me remettre à la page au profit du forum avec un rythme d'environ 2 épisodes/jour, ce qui devrait aboutir assez vite.
Souhaitez-vous être parrainé ? :
Non.
Multicompte ?:
Non.
Code(s) du contrat :
Validé par Hailey.
Envie de nous dire quelque chose ? :
J'ai été très lent à me lancer dans l'écriture de la fiche, le temps de me remettre dans le bain. Mais au final, me voilà. C'est mieux que rien je suppose.

_________________
Candidature de Earl Richard Rye Earl210

Revenir en haut Aller en bas

Admin
Admin
Image perso : Candidature de Earl Richard Rye 1562430542-image-profil
√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Messages : 638

Mar 27 Avr - 10:37

Admin
Que les Anciens soient avec toi !

Revenir en haut Aller en bas

Admin
Admin
Image perso : Candidature de Earl Richard Rye 1562430542-image-profil
√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Messages : 638

Mar 27 Avr - 10:37

Admin
Le membre 'Admin' a effectué l'action suivante : Lancé de dés


'Gêne ATA' :
Candidature de Earl Richard Rye Deata10
Résultat :
Candidature de Earl Richard Rye Deatan10

Revenir en haut Aller en bas

Lyanna

√ Arrivée le : 14/07/2018
√ Gène : ATA
√ Messages : 178

Mar 27 Avr - 11:15

Lyanna
Encore un mâle à martyriser, à mort Arme1

Mes autres personnalités sont plus sympas et te souhaitent la bienvenue sur le forum hey

_________________
Candidature de Earl Richard Rye Pls8

DC : Kyle Hawkins - Rodney McKay - Skyler McAlister
Couleur d'écriture : #F64C6E

Spoiler:
Candidature de Earl Richard Rye 0n3m Candidature de Earl Richard Rye Fccz

Revenir en haut Aller en bas

Earl Richard Rye
Image perso : Candidature de Earl Richard Rye Earl314
√ Arrivée le : 15/04/2021
√ Nationalité : Américaine

√ Messages : 4

Mar 27 Avr - 13:11

Earl Richard Rye
Mon personnage n'est pas contre l'idée de se martyriser mutuellement. wink

J'ai fait quelques modifications sur l'affectation du personnage qui va de fait plutôt s'orienter vers le Dédale et la maintenance sur le vaisseau lui-même et ses chasseurs F-302.

_________________
Candidature de Earl Richard Rye Earl210

Revenir en haut Aller en bas

Matt Eversman
Caporal
Image perso : Candidature de Earl Richard Rye 1563542370-mattou-banner
√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Date de naissance : 22/01/1990
√ Gène : Wraith
√ Age : 31
√ Messages : 11423

Mar 27 Avr - 20:09

Matt Eversman
Bienvenue par ici ;-)

Attention, il n'est pas possible d'évoquer les Oris et tout le lore qui est avec ;-)

_________________
Candidature de Earl Richard Rye Dn87Candidature de Earl Richard Rye 70vdCandidature de Earl Richard Rye R39aCandidature de Earl Richard Rye St3hCandidature de Earl Richard Rye R5l5
merci !                               couleur : darkcyan                                USS Dédale
Candidature de Earl Richard Rye 1540805177-matt-texte


Revenir en haut Aller en bas

Chenoa Penikett

Image perso : Candidature de Earl Richard Rye 7foc
√ Arrivée le : 13/06/2018
√ Nationalité : Américaine

√ Gène : ATA
√ Messages : 192
√ Localisation : Entre le Dédale & Atlantis

Mar 27 Avr - 21:12

Chenoa Penikett
Coucou et bienvenue !!

C'est chouette ça, quelqu'un qui vient bidouiller les F-302. Chenoa te détaillera en long et en large son algorithme pour économiser du carburant !

H7

_________________
Candidature de Earl Richard Rye Cc597010
DC : Erin Steele ; Pedge Allen ; Warren Butler

Revenir en haut Aller en bas

Earl Richard Rye
Image perso : Candidature de Earl Richard Rye Earl314
√ Arrivée le : 15/04/2021
√ Nationalité : Américaine

√ Messages : 4

Dim 2 Mai - 22:12

Earl Richard Rye
Alléluia, la fiche est terminée. Faute de mon hésitation, j'ai à nouveau modifié les compétences.

Merci d'avance de votre lecture.

_________________
Candidature de Earl Richard Rye Earl210

Revenir en haut Aller en bas

Chenoa Penikett

Image perso : Candidature de Earl Richard Rye 7foc
√ Arrivée le : 13/06/2018
√ Nationalité : Américaine

√ Gène : ATA
√ Messages : 192
√ Localisation : Entre le Dédale & Atlantis

Mar 4 Mai - 14:17

Chenoa Penikett
Hello,

Alors après lecture :


Félicitations !

Tes efforts sont récompensés !

Félicitations, tu viens d’avoir ta première validation.
Il en faut deux de la part des membres du staff pour que ta fiche soit classée dans les « candidatures acceptées ».

Prends ton mal en patience cela ne va pas tarder !
En attendant, si ce n'est pas déjà fait, rejoins nous sur le discord pour échanger avec les autres membres et pouvoir mieux t'organiser avec tes partenaires pour les événements qui ne manqueront pas de survenir !



Fiche vraiment bien écrite, j'ai beaucoup aimé ! Je sens que ce personnage sera intéressant à rencontrer, d'ailleurs dès que tu seras validé, si tu veux croiser Chenoa qui est Pilote F-302 sur le Dédale, ce sera avec grand plaisir ! Du coup, c'est sans hésitation que je te donne la première validation wink

_________________
Candidature de Earl Richard Rye Cc597010
DC : Erin Steele ; Pedge Allen ; Warren Butler

Revenir en haut Aller en bas

Admin
Admin
Image perso : Candidature de Earl Richard Rye 1562430542-image-profil
√ Arrivée le : 08/12/2012
√ Messages : 638

Mar 4 Mai - 17:08

Admin
Fiche bien écrite, agréable à lire.
Je te souhaite donc la bienvenue sur le forum et de trouver ton bonheur parmi nous !

Hailey



Félicitations !

Le forum t'ouvre ses portes !

Avec cette validation tu fais désormais partie d'Atantis !

Il te faut désormais mettre à jour tes compétences dans ton profil : en bas d'ici !

Tu peux faire ta fiche de « dossier personnel » et tu peux commencer à RP.

N'oublie pas de faire recenser ton avatar dans ce sujet. Tu peux également choisir une couleur d'écriture dans ce sujet.. Bon jeu !

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 1


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum